Beige

il y a
4 min
158
lectures
34
Qualifié
L’impact des gouttes sur le métal, c’était le seul bruit qu’elle entendait. D’énormes gouttes venaient s’écraser sur sa voiture. Le moteur coupé, dans cette nuit noire et mouillée, Tricia se cramponnait des deux mains au volant, sur lequel elle avait posé son front. Elle avait 20 ans aujourd’hui. Chaque jour, particulièrement le jour de son anniversaire, elle se demandait comment continuer à faire semblant. Souvent la peur de se trahir lui tordait le ventre. Pourtant elle était rodée, elle jouait cette comédie depuis 5 ans déjà. Le monde était beige. Tout était dans la nuance et la neutralité, il lui suffisait d’observer ses semblables, de reproduire leur comportement et de devenir beige par mimétisme. Ça n’était pas difficile, mais c’était fatigant.
Sous cette pluie qui semblait ne jamais vouloir s’arrêter, elle ressassait sa vie en version accélérée. Sa tête menaçait d’exploser, son cerveau était un hamster dans une roue.
0 an
Ses parents, Alice et Grégoire, étaient chercheurs pour l’Organisme de Recherche de l’État Suprême. Au début de leur carrière, ils avaient reçu leur Feuille de Route de Vie. Selon l‘Organisme de Construction des Foyers, leur Taux de Compatibilité s’élevait à 98,72%. Ce taux exceptionnel leur avait valu une prime d’installation conséquente ainsi qu’une superbe maison dans le quartier le plus prisé de la ville. Sa naissance 8 ans après et son prénom était eux aussi conformes à la Feuille de Route. Tout comme ses études, ses animaux de compagnie (des chats, un seul à la fois, renouvelable trois fois au décès de l’animal), ses amis. Pour faire simple, toute sa vie.

12 ans
L’âge de l’Injection Initiale et de la Puce. L’État Suprême offrait au peuple la garantie d’une vie de bien être, de santé et de sécurité. Une fois l’Injection reçue, elle avait quitté sa famille pour son Foyer d’Éducation Continue. Elle y avait appris la Vie, et bientôt, elle serait affectée à un Travail. A 72 ans, elle se rendrait au Site d’Injection Finale pour laisser sa place.
Elle n’avait pas de souvenir précis de l’Injection Initiale. Une grande salle d’attente sous un dôme de verre, des plantes immenses, des canapés moelleux, puis un petit bureau dans lequel elle s’était rendue seule. Après un très long jeu de rôle au cours duquel elle avait dû exprimer ses émotions face à des situations données, elle avait reçu l’Injection lui garantissant santé et bonheur et la Puce, permettant d’assurer sa sécurité en la géolocalisant à chaque instant. Et une tablette-liseuse, offerte par l’État Suprême, avec une sélection de programmes, de lectures et de jeux adaptés pour chaque étape de sa vie.
15 ans
Le jour où tout avait basculé. En plein milieu du dîner célébrant son retour à la maison pour les vacances, alors que ses parents lui présentaient le prochain plan-vacances, elle avait levé les yeux au ciel, soupiré, et dit que ça serait bien de partir à la mer, comme quand elle était petite, là ça faisait trois ans que le plan-vacances les envoyait dans un chalet de luxe à la montagne. C’était joli et tout, bien sûr, mais elle aurait préféré la mer. Ses parents s’étaient arrêtés de manger et l’avaient regardée comme s’ils la voyaient pour la première fois. Son père lui avait posé des tas de questions qui ressemblaient à celles de l’Injection Initiale, puis lui avait fait une prise de sang et était parti dans son labo. 20 minutes plus tard, rouge et agité, il avait frénétiquement fait « Oui » de la tête en direction de sa mère, qui s’était mise à pleurer et à rire en même temps. Effarée par ce débordement d’émotions, interdit par la Grande Loi de l’État Suprême et signe de profond trouble de la personnalité, Tricia avait à peine eu le temps de se demander ce qu’il se passait que son père la serrait tellement fort dans ses bras qu’elle avait cru mourir étouffée.
Ses parents avaient ensuite balayé en 4h30 de discussion tout ce qu’elle croyait savoir. Elle se souvenait des grandes lignes. Ils avaient sympathisé avec un autre couple de chercheurs, Franz et Micka. Leur amitié n’étant pas inscrite dans leurs Feuilles de Route, ils avaient dû demander une autorisation pour pouvoir se fréquenter et l’avaient obtenue. Franz et Micka, après s’être assurés pendant 2 ans qu’Alice et Grégoire étaient dignes de confiance, leur avaient révélé, preuves à l’appui, que l’État Suprême se moquait pas mal du bien être et de la santé de la population. Les injections n’étaient là que pour gommer toutes les émotions et garantir un peuple docile. Soumis. L’âge de 12 ans avait été déterminé après des années de recherche : c’était l’âge où la personnalité commençait à s’affirmer. Pour tuer dans l’œuf toute forme de rébellion ou de contestation, c’était l’âge idéal.
Dès le début des injections massives, la Résistance avait vu le jour. Elle comptait des dizaines de milliers de membres. Franz et Micka en étaient. Une Résistance dont la grande victoire était l’élaboration d’un vaccin. Indécelable, il annihilait les effets des injections. L’origine du vaccin était inconnue, mais son perfectionnement au fil des années l’avait rendu transmissible génétiquement : il y avait une chance que la progéniture soit insensible aux injections. Tricia et Joshua, le fils de Franz et Micka, étaient donc suivis de près par leurs parents. Franz et Micka avaient déménagé dans la zone nord du pays, mais ils avaient informés les parents de Tricia que Joshua manifestait les premiers signes. Aujourd’hui, c’était au tour de Tricia.
Elle avait soudain réalisé que tout cela expliquait la relative bizarrerie de ses parents, qui étaient, en tout cas dans l’intimité, très différents des autres parents. Elle l’avait bien évidemment remarqué, mais l’éducation qu’elle avait reçue au Foyer d’Éducation Continue dissuadait de (se) poser trop de questions. Alors elle aussi avait appris à tricher, à mentir, à se contrôler, avec l’aide de ses parents et des tutoriaux de la Résistance. A être beige. Aujourd’hui, elle maîtrisait parfaitement l’art de la dissimulation : elle savait que ses injections n’étaient pas très fortement dosées. Ça prouvait bien qu’elle était douée.

20 ans
Chaque année, lorsqu’elle revenait faire son rappel d’Injection, elle recevait un cadeau pour récompenser sa docilité. Pour ses 20 ans, elle avait eu une voiture, un modèle hors de prix. Si ils avaient su, ils se seraient sans doute abstenus. Dès qu’elle l’avait eue, elle avait pris la route après avoir pris soin de brouiller sa Puce. Encore une découverte de la Résistance. Officiellement, elle était chez elle.
Et là, dans sa voiture sous la pluie, Tricia se demandait si elle ne devrait pas repartir. Ses parents lui avaient parlé des résistants capturés par l’Armée Suprême : disparus à jamais, comme toute leur famille et amis. Les autres vivaient dans l’angoisse permanente. Une larme incontrôlable, un rire un peu trop fort, un geste de colère, un accès d’enthousiasme et c’était fini. La délation était l’activité favorite de tous les agents de l’État Suprême, qui étaient difficiles à identifier. Était-ce une vie pour les résistants ? Quel intérêt de ressentir toute une panoplie d’émotions puisqu’il fallait les cacher ? Combien de temps avant que l’État Suprême ne trouve un contre-vaccin au vaccin ? Fallait-il réveiller la population en plein cauchemar, ou les laisser dans leur ignorance douce et confortable ? Tous appréciaient-ils l’éveil ? Que devenaient ceux approchés par la Résistance mais qui ne voulaient pas du vaccin – ses parents prétendaient ne pas savoir ? L’État Suprême ou les Résistants, finalement, n’étaient-ce pas deux faces d’une même pièce ?
Tricia releva la tête. Elle soupira. Foutu hamster. Comme une promesse d’éclaircissement, la pluie s’était arrêtée, les nuages s’écartaient pour faire place au lever du soleil, qui les faisait paraître bleus, striés de rouge, jaune et orange. Elle inspira profondément, retira la clé du contact et descendit de sa voiture. Elle traversa le jardin et frappa à la porte. Joshua lui ouvrit.
« Rentre, on t’attendait ».
34

Un petit mot pour l'auteur ? 14 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
À L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne journée.
Image de Arnaud FREJAVERGNE
Arnaud FREJAVERGNE · il y a
Injections , Injonctions
Résistance, Obédience :
Vous touchez aux pires des mondes ainsi qu'au meilleur d'Huxley

Image de Veee
Veee · il y a
Très bien fait, bravo
Image de Bill Schim
Bill Schim · il y a
bravo
Image de Les chapitres de Sonia
Les chapitres de Sonia · il y a
Mon vote :)
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo pour cette SF prenante et si bien écrite, Laetitia ! Mes votes !
Mon œuvre, “Kidnapping”, est en compétiton pour le Prix Court
et Noir 2017. Je vous invite à venir la lire et la soutenir si le cœur
vous en dit. Merci d’avance !

Image de Arlo G
Arlo G · il y a
Sacrée imagination dans votre histoire très réussie. Un peu de l'époque de Mao, beaucoup de la Corée du nord. Heu sèment la résistance finit toujours par se former. Surréaliste et parfaitement réussi. Les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir son dernier poème " à l'air du temps" retenu pour le prix été poésie. Bonne journée à vous
Image de Chantane P.
Chantane P. · il y a
beaucoup d’imagination, mon vote pour une histoire particulièrement bien écrite, bonne chance
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Votre univers est désolant... Tricia a courageusement pris une décision difficile ; reste à savoir comment tout cela va tourner !...
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Moi j'adore la SF et votre texte est bien mené. Si vous faites une suite, prévenez moi. Mes votes!
Image de Laetitia Guillaume
Laetitia Guillaume · il y a
Merci Abi ! À bientôt pour la suite
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bonsoir, Laetitia ! Grâce à vous, “Kidnapping” est en Finale pour le Prix Court et Noir 2017. Merci de revenir confirmer votre soutien si vous l’aimez toujours.