3
min

Baskets aillées

Image de Margot Swania

Margot Swania

69 lectures

39

Il marche dans les longs couloirs de l'hôtel. Il les arpente comme un dieu. Sur son passage, tout le monde s'écarte. Il marche avec tellement de prestance et d'aisance que chaque personne qu'il croise s'arrête pour le contempler un instant. Ses longues jambes se plient et se déplient dans un mouvement de flexion infini. Elles sont suivies de ses pieds, longs et larges, s'enroulants sur le sol et le caressant comme on tâte la peau douce d'un bon chien. Il les pose avec délicatesse sur sa surface et les laisse suivre leur chemin, se suivant, l'un derrière l'autre, sans jamais déroger à l'allure et changer de rythme. Ne se décalant d'un millimètre seulement pour changer de trajectoire. Ils ne se touchent jamais, même pas ne se frôlent. Ne voulant abîmer les belles ailes de part en part des baskets blanches d'un pur absolu qui les entourent. Il est connu comme le loup blanc ici, ce grand homme, toujours paré d'un peignoir blanc assorti à ses chausses, à peine entrouvert au niveau du poitrail laissant deviner les contours d'un serpent majestueux enroulé autour d'une coupe d'argent. Il loge ici depuis si longtemps que des rumeurs ont eu le temps de se créer à son propos. Beaucoup auraient juré avoir vu les ailes de ses baskets bouger et les pupilles du seigneur briller d'un éclat surnaturel. Il faut dire que son physique prête à ce genre de suppositions. Il est grand, très grand, il doit se courber en deux pour pouvoir passer les portes et sa tête frôle le plafond déjà si haut des allées de l'hôtel, électrisant ses longs cheveux bouclés qui frisent à demi. On devine sous son peignoir un corps musclé, des jambes volumineuses, tout de quoi faire un profil attirant. De plus, sa grande bouche, aux lèvres pulpeuses et délicates, présente, en continu, le plus beau des sourires. Il paraîtrait qu'il en aurait bien profité et que nombre de femmes se seraient succédées dans son lit. Mais rien n'a encore été prouvé. Cela ne saurait tarder, les commérages sont suffisamment nombreux à son égard pour vouloir être vérifiés. Cependant, aujourd'hui, monsieur est un peu agité. Cela se remarque par le changement d'attitude que trahit son visage aux traits tirés. De plus, sa promenade habituelle consistant à passer dans les couloirs du premier étage puis de prendre les escaliers et de traverser le jardin du second en flânant entre les fleurs, jusqu'à récupérer l'ascenseur pour se rendre dans sa chambre au dernier étage, au suites luxueuses, n'est plus la même. Il descend au rez de chaussé pour se rendre à l'accueil et après avoir rapidement parlé avec le secrétaire, il s'en retourne, une lettre à la main, vers l'ascenseur, sans même s'arrêter au jardin qu'il aime admirer et en claquant la porte de sa chambre derrière lui. Sa personne étant célèbre, les théories sur ce changement ont tôt fait de se créer. Il aurait reçu une lettre de sa fiancé qui décide de le quitter ne le voyant plus, ce qui le mettrait fou de rage. Ou bien, son père fâché de ne le voir rien faire, l'aurait déshérité au détriment de sa fille, bien plus talentueuse et efficace que lui. Ou encore, pour les plus farfelues, une transaction financière, des suites du marchandage illégal de canabis, aurait été empêchée par la dénonciation d'un des leurs au poste de police local, dont l'un des agents travaillant également pour son groupe en tant qu'espion, se serait empressé de classer l'affaire et de régler son compte au traitre, ce qui serait fâcheux lorsqu'on le découvrirait. La réponse ne tarda pas à tomber et ne fut pas prévue: il allait quitter l'hôtel. Pourquoi s'était-on mis à crier de toutes parts, pourquoi maintenant alors que l'hôtel atteint une réputation sans conteste par sa simple présence et que les rumeurs à son sujet représentaient un si grand divertissement pour le personnel las du travail redondant et inchangé? A son arrivée dans le hall d'entrée, tout le monde jette des cris de stupeurs, monsieur n'est plus revêtu de son peignoir qu'il portait tout le temps, il est habillé tout autrement, d'une bien étrange manière. Un casque métallique à la plume resplendissante figé sur la tête, le poitrail dénudé montrant clairement son tatouage qui brille maintenant d'une couleur d'or, pour tout bas un simple châle blanc plié de manière majestueuse, refermé par une pince d'or sur sa hanche gauche. Puis ses éternelles baskets, resplendissantes, cette fois-ci laissant clairement voir ses ailes qui vibrent de plaisir. Après avoir laissé sur le comptoir suffisamment de poids en diamants et pierres précieuses pour payer son séjour et 5 ans de travail pour chaque employé du personnel, il passe la porte et, sous les yeux médusés des habitants de l'hôtel sur le seuil, il prend son envol et disparaît dans les nuages. Les hôtels Mercure se souviendront longtemps de cet homme si réputé qui avait fini par s'envoler grâce à ses baskets aillées un soir d'été. Désormais sa statue empli chaque hall de l'hôtel, mais, ce n'est qu'une légende...

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
39

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
TTC Superbement bien écrit, mythique à souhait. Le détour par votre page me ravit. Mon vote avec plaisir. Je vous invite à découvrir mes trois haïkus dont: Matou sans papiers ethttp://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/grand-noir-du-berry
·
Image de Margot Swania
Margot Swania · il y a
Merci! Je m'en vais lire vos haïkus avec plaisir.
·
Image de Maya Bellamie
Maya Bellamie · il y a
J'aime beaucoup !
·
Image de Thara
Thara · il y a
Cela aurait pu être les baskets de Pégase (en référence à la mythologie) !
·
Image de Margot Swania
Margot Swania · il y a
Après tout pourquoi pas! Même si un cheval avec des chaussures aurait étonné plus d'un...^^ mais tout est possible avec la mythologie!
·
Image de Thara
Thara · il y a
Bah, juste pour faire sourire...
·
Image de Margot Swania
Margot Swania · il y a
Exact!
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Je découvre ce texte avec bonheur, même si j'arrive un peu tard. A l'occasion, poussez les portes de mon univers, j'ai notamment un "gamin' qui demande qu'on l'aime. Merci
·
Image de Margot Swania
Margot Swania · il y a
Merci pour votre visite qui me fait plaisir même avec retard! Je passerai volontiers soutenir votre "gamin".
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Je découvre ce texte avec plaisir, même si j'arrive un peu tard.
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
C'est mythologique ! Une belle découverte ! Bravo !
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
je viens de découvrir vos baskets ailées et je me suis définitivement laissée transporter.
·
Image de Coucou!
Coucou! · il y a
Mythique!
·
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Bien jolie légende ! Mes 5 votes.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Faudra que j'aille un jour dans un hôtel Mercure... voir si la statue y est.
Chez moi, c'est un " Pari "...

·
Image de Margot Swania
Margot Swania · il y a
Vous la trouverez plus facilement avec votre tête que vos yeux mais sait-on jamais!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur