1
min

Banqueroute

Image de Sylvie Loy

Sylvie Loy

111 lectures

29

Avant, elle venait le chercher à l'aéroport. Dans le grand hall, sitôt qu'elle l'apercevait, elle courait vers lui. Il accélérait son allure, lâchait ses valises, tendait ses bras pour mieux la réceptionner. Des retrouvailles dignes d'un film romantique.
Mais c'était avant. Quand ils s'aimaient. Et qu'ils faisaient l'amour des jours durant pour rattraper le temps perdu lors de ses déplacements professionnels. Tu es une reine, lui sussurait-il inlassablement. Tu règnes sur ma vie, tu gouvernes mon coeur, tu régis mon destin, mon existence est entre tes mains...
Aujourd'hui, le taxi le dépose en bas de chez eux. Il balance ses valises dans l'entrée, l'embrasse du bout des lèvres et s'affale dans le canapé. Le décalage horaire, prétexte-t-il.
Cependant, il n'est pas coutume de déchoir une reine. Elle est donc restée reine: reine de la valise. Personne ne prépare aussi bien une valise que ma femme se vante-t-il auprès de ses collègues de travail. En effet, la veille de ses départs, elle plie ses costumes de façon à ce qu'il les ressorte sans un pli à l'autre bout du monde, range ses chaussures vernies dans des petits sacs en toile, glisse soigneusement sa trousse de toilette entre ses effets de nuit et son jogging. Elle cache même des petits mots d'amour qu'elle retrouve au même endroit lorsqu'il rentre. Elle glisse aussi des photos d'eux du temps où ils étaient amoureux qu'elle ne retrouve jamais plus.
Son ambition des affaires a pris le dessus. Il a oublié à quel point l'amour est vital.
Comme à chaque retour, elle traîne sa valise jusque dans leur chambre. La dépose sur leur lit. Et méthodiquement range ses vêtements à leur place dans son côté du dressing. Dispose son parfum sur la tablette de la salle de bain. Programme le lave-linge. Ensuite, comme souvent, elle s'affaisse sur la moquette. Et sans bruit, pleure. Sur leur sort. Sur leur amour usé.
Pourtant, ce jour-là, ses larmes se tarissent vite. D'un geste sûr, elle ramène le sac dissimulé sous leur lit. L'ouvre et transvide son contenu dans la valise. Puis, dignement, telle une reine, quitte son royaume en perdition, une valise à la main.
Dans la soirée, quand il immergea de son sommeil, il l'appela tendrement. Puis férocement. En vain. Alors il fût forcé de se lever du canapé pour se préparer son scotch. Son verre à la main, il parcourut les pièces de la maison à sa recherche.
Sur la moquette de leur chambre, il ne retrouva qu'un billet de banque.
29

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Anna Hoser
Anna Hoser · il y a
le temps use tout, même l'amour, quel triste constat...
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
L'amour, c'est précieux. On l'entretient sinon il n'a plus de couleur ni de goût. Merci Anna pour ta lecture !
·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
c'est encore trop bien payé!
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Tu te fais le défenseur de la cause féminine ?! Quel joli coeur tu fais !
·
Image de Damien Malène
Damien Malène · il y a
Voilà une histoire, un instant de vie banal, qui a dû se produire des milliers de fois depuis que les femmes aiment sédentairement et les messieurs ont perdu leurs âmes à l'autre bout du monde. Mais vous avez su donner à ce matériau banal, probablement par la sobriété et la fluidité de l'écriture, une intensité poignante aux sentiments qui habitent l'histoire et à la conclusion, avec la puissance du silence.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Que dire ? Merci Damien. Pour ta lecture qui a su percevoir toute la finesse de la situation que je voulais poser. C'est une histoire ordinaire ou presque. Et merci d'avoir relevé cette fluidité d'écriture qui devient une réelle obsession !
J'y travaille beaucoup.
A très bientôt Damien !

·
Image de Jln
Jln · il y a
bravo - Est-ce du vécu ? car c'est excellemment précis dans la description du cadre (ex-futur dynamique ?) qui travaille dans l'international-.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
100% fictif !
Merci pour ta lecture !

·
Image de Claudine Vautrelle
Claudine Vautrelle · il y a
voté ! et encore ce n'était pas un des pires...J'ai connu pire d'où je me suis enfuie avec ma fille de 8 ans il y a déjà 25 ans !!!
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Et j'en suis navrée Claudine. Tu as bien fait de "rebondir" avant. Bien à toi. Sylvie.
Bonne soirée !

·
Image de Patrick
Patrick · il y a
c'est tout à fait le genre de mec à dire " une de perdue , dix dans la cuisine"
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Rhooo, je ne connaissais même pas cette expression: vachement macho !
Mais oui, c'est le genre !
Merci Patrick !

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ah ces hommes! Tous les défauts ou presque! :)
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Et c'est un homme qui le dit ! J'adore !
Merci Luc !

·
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Encore un très beau texte qui décrit bien l'amour qui s'en va. J'ai beaucoup aimé cet espoir qui renaît avec le départ de la femme !
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
J'aime bien ce thème: l'usure du couple. C'est si évocateur des comportements humains.
La femme embarque pour une vie meilleure ! Merci Johanna !

·
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Et c'est très bien appréhendé ici, j'aime vraiment l'idée qu'elle puisse trouver mieux !
·
Image de PatDeb
PatDeb · il y a
Encore un beau salaud qui ne savait pas la chance qu'il avait...
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Peut-être. Il faudrait que je dissèque plus leur vie ! La sienne surtout: elle a l'air louche !
Merci pour ta lecture Patrick !

·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Elle lui a laissé un pourboire. C'est déjà ça ! :-)
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Je n'avais pas pensé à ça: un pourboire ! Inconsciemment oui, ce doit être ça.
Comme si ce billet traduisait tout son mépris. Merci Patricia !

·