1
min

" Banc à louer".

Image de Sangdrillon

Sangdrillon

62 lectures

7

Je me souviens de ce vieil homme sur ce banc immaculé de fientes de pigeons ; tous les jours sans exception, il me saluait d'une accolade en levant son chapeau aussi vieux et usé que lui.
Son visage me rassurait ; il me donnait du courage pour la journée de travail intense autant qu'acharnée qui m'attendait.
Ses rides profondes, ses cheveux d'une couleur argentée si prononcée et ses mains fatiguées par la vie m'apaisaient.
Ce monsieur était un grand homme à mes yeux ; toujours souriant, bienveillant avec son regard si persan ; il ne mangeait pas à sa faim, il ne buvait pas à sa soif mais il avait le mérite de tenir sa place.
Un matin, je me suis levée comme tous les jours ; le banc était bel et bien là, comme à l'accoutumée ; les pigeons, eux aussi, fidèles, mais L'HOMME, lui n'était plus là, il ne restait plus que son chapeau posé sur ce banc, ce chapeau posé délicatement comme un souffle léger qui semblait vouloir dire : Tout ira bien, ne t'inquiète pas , tout ira bien...
FIN.
"Sang...Drillon".
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
Un texte touchant par sa simplicité et son dépouillement. Je vous ferai pourtant une petite critique sur l'emploi de (immaculé de fiente de pigeons) qui me dérange un peu.
Au plaisir. Je vais lire votre autre texte.

·
Image de Sangdrillon
Sangdrillon · il y a
Bonjour,
Merci à tous et toutes pour ses remarques qui vont énormément m'aider pour la suite de mes futures histoires ; c'est très gentil et surtout très constructif, ce que je souhaitais pour avancer dans le bon sens du terme. Je vous souhaite le meilleur. Au plaisir de vous lire. A très bientôt sur le site.Bizzzz. Sangdrillon. Elisabeth m'a donné l'envie de continuer l'histoire et les autres lectrices et lecteurs m'ont énormément aidé pour toutes mes faiblesses de temps, de mots mal appropriés ; je vais travailler, travailler et travailler encore ... MERCI INFINIMENT. Très joli dimanche à vous. Sangdrillon Alias Sophie :) :)

·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
C'est un très très très court. Une tranche de vie, ou de mort. Pas mal écrit. Attention au regard " persan " ou " perçant " ? on peut corriger les textes quand ils sont en libre. Un vote en obole dans le chapeau du vieil homme du parc.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Rien de plus à ajouter, Elisabeth développe ce que je vous aurais dit. Travaillez, travaillez, travaillez !!!
·
Image de Fofi
Fofi · il y a
Dès la première phrase : "maculé" et une "accolade" mal employée... Sur le fond, on en apprend trop peu je pense.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
J'aurais en effet moi aussi en savoir davantage...
·
Image de J. H. Keurk
J. H. Keurk · il y a
Un peu court. Il aurait mérité un développement plus psychologique et sentimental. Pour accrocher plus le lecteur.
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
J'ai lu et je suis d'accord avec les remarques d' Élisabeth Marchand. Bonne continuation... Lange.
·
Image de Francis Hop
Francis Hop · il y a
Accolade → Œillade ?
Simple reflet de la vie.

·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Coucou... Comme tu le demandes, je viens lire ton texte... le banc est "maculé" de fientes... et il me saluait d'une accolade... tu peux supprimer "d'une accolade" car, dans ce cas, il te prendrait dans ses bras... A part ça, tu as une belle entrée en matière pour faire un texte plus long que tu pourrais présenter à Short ds le cadre d'un prix... tu racontes où tu vas, ce que tu fais... et, toujours, tu vois ce monsieur sur ce banc... et, un jour, seulement le chapeau... Amitiés.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

- « Adjugé, vendu » ! Annonça le Commissaire-priseur. L’expression de joie se lisait sur le visage de Romain Carton ; même sa fossette au menton avait disparu sous son large ...

Du même thème