1
min

balade d'automne

158 lectures

106

FINALISTE
Sélection Jury

Lana enfila son manteau. Elle avait décidé d’aller dehors, se promener dans les feuilles mortes agitées par le vent froid et les arbres, chavirant du rouge vif au brun clair. Peut-être qu’elle croiserait un des habitants de cette majestueuse forêt, comme une biche ou même un gros sanglier.Le vent lui fouetterait le visage avec l’air frais de la tempête sur son chemin. Peut-être qu’elle verrait le premier flocon blanc, fondant dans sa paume rougie par le froid.

Mais cette balade n’allait en rien ressembler à tout cela pour Lana.

Cette balade allait dégénérer, l’absorber.

Car cette forêt n’est pas une forêt, non...

C’est tout dans son imagination. Voyez-vous, Lana, heureuse comme elle en a l’air, n’habite pas à l’orée du bois. Au lieu des arbres, il y a des bâtiments grisants de cent mètres ou plus, et au lieu des feuilles mortes, ce sont les papiers et plastiques variés qui peuplent le sol dur de la ville. Dès que Lana sort de chez elle, elle pleure. Elle pleure pour de multiples raisons; Elle est choquée par ce qu’est devenu le petit village rayonnant aux mille oiseaux colorés.
Les magasins et écrans montrent des pubs pour téléphones, restaurants, bijouteries , et bien d’autres encore. Ce n’est pas une vie.
Et Lana s’écroule. Elle a perdu tout espoir d’être heureuse.
Mais elle voit un banc rouge, puis un arbre rayonnant des couleurs de l’automne, avec des feuilles tourbillonnantes. Alors elle va s’asseoir.

Puis un phénomène étrange se produit.

Le ciel tremble, les nuages s’écartent, et laissent paraître un ciel bleu. L’herbe redevient verte, les bâtiments s’écroulent et du sol poussent des arbres colorés aux milles feuilles dorées, virevoltant dans le vent. Le sol ramollit, devenant terre. Les feuilles reviennent. Les personnes autour d’elle se transforment aussi. Un pauvre sans-abri devient un cerf majestueux et se réjouit de sa nouvelle apparence. Un enfant apeuré se métamorphose en un hibou, volant au loin.

Alors Lana pleure encore. Mais de joie. Elle est si heureuse, et elle pleure plus encore. Elle voit sa vie changer en ce qu’elle voulait le plus au monde. Elle voit sa famille, ses parents.

Et elle, à son tour, devient une habitante de la forêt.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Collégiens
106

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sophie ray beneyto
Sophie ray beneyto · il y a
merci Ghislaine, vraiment. C'est très gentil à vous.
·
Image de Ghislaine Lavoie
Ghislaine Lavoie · il y a
J'ai mis 4 voix parce que c,'est frais. Et que les autres étaient totalement pourris.
·
Image de Véronique Idéelle
Véronique Idéelle · il y a
Bravo pour cette balade automnale, au coeur de l’Espoir ...
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Une belle façon de souhaiter un monde moins matérialiste. Espérons que les responsables politiques iserois (Et surtout d'ailleurs) vous entendent.
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
C'est un très beau texte écrit comme un conte, et qui pointe du doigt à quel point on voudrait retrouver une humanité plus en accord avec la nature. Félicitations
·
Image de J. H. Keurk
J. H. Keurk · il y a
Vous avez fait un bel effort d'imagination. On va dire que j'imagine que votre forêt est iséroise, et je vous donne des points d'encouragement pour votre participation.
·
Image de Océan
Océan · il y a
Petit texte fort sympathique. Mon vote d'encouragement pour la finale.
·
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Superbe !
·
Image de Louise Calvi
Louise Calvi · il y a
Belle imangination pour un texte qui est une ode à la nature
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Il manque sans doute quelques noms géographiques pour nous persuader que la scène se passe en Isère mais en Isère aussi il existe des grandes villes mornes, Lana rêve de paysages ( c'est bien dans le sujet ), la poésie et la construction de ce texte sont délicieuses. Continue à écrire, Sophie. Ce texte est déjà une réussite. Je te mets le maximum : + 5.
·