Baisser les armes

il y a
2 min
123
lectures
45
Image de 2020

Thème

Image de Très très court
Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés? Peut-être les deux. Me suis-je laissé entrainer dans ce précipice meurtrier et ensanglanté de mon plein gré? Aurais-je pu m’en libérer ? Il m’était déjà arrivé d’imaginer une vie loin de tout ce carnage. Une vie loin des guerres qui cognaient avec pugnacité dans la métropole. Fuir ! Je désirais fiévreusement prendre mon envole loin de ce territoire desséché. Tandis que je nourrissais dans mon subconscient le désir ardent de m’envoler, le danger comme une ombre, se rapprochait pernicieusement de ma cité. Il a ravagé ma vie et l’a laissée vide et sans saveur, comme un champ de ruine. La guerre et la violence trônaient inexorablement dans mon pays le Cameroun. Ces jeunes soldats pensaient faire régner l’ordre et lutter pour une paix durable, l’égalité sociale, mais le sang de ces innocents versés n’était que le signe d’un malheur qui croissait adagio et s’emparait de leurs âmes assujetties. Je regardais douloureusement l’effroi s’implanter sur le territoire anglophone, prisonnier de mon impuissance. Du haut de mes douze ans, je trimbalais quotidiennement dans ma main, une arme à feu. J’obéissais sans émettre la moindre opposition. Je vivais pour être heureux, mais depuis leur survenance brutale chez moi, je ne vivais plus que pour tuer.
J’étais désormais l’un d’eux, ces soldats mineurs, immergés dans la violence. Certaines nuits alors que le silence meurtrier parfumait le campement, je me remémorais ce jeudi noir, quasi-épouvantable. Je ressentais encore les battements haletants de mon cœur et les sueurs froides glissant sur mon front. Je parvenais même à me laisser frapper par l’angoisse qui broyait mes tripes, alors qu’ils égorgeaient ma mère, après avoir violés ma sœur agonisante. Je revoyais le sang qui giclait comme une déflagration de lave volcanique dans toute la pièce, s’étalant sur les murs et le carrelage. Le regard creux que m’a adressé mon père avant de recevoir seize balles en pleine poitrine, mon visage recouvert du liquide visqueux, ainsi que de la colère qui cuisait chaque partie de mon corps, m’aiguillonnaient. Chaque détail me transperçait et était encore frais comme si le déroulement de ces événements sanglants avait eu lieu hier. Chaque fois que je fermais les yeux, je revoyais cette nuit. Mais le plus douloureux était le nombre incalculable d’innocents qui avaient péri de mes mains, sous la contrainte de notre chef de troupe, Johnson.
Il m’arrivait souvent de faire ce drôle de rêve : je me revoyais blotti contre ma maman, profitant de sa chaleur et de son affection. Cette vision utopique caressait mon quotidien obscur et m’extirpait un court instant, de l’enfer que nous vivions, loin des coups, des cris, des viols et du sang. Tous, aussi nombreux que nous étions, avions par moment envie de nous sentir aimés. Nous avions besoin de vivre une vie normale. Vivre la vie des enfants de douze ans : avoir une famille, être scolarisés et protégés. Nous aurions très bien pu mourir, notre chef n’en avait rien à faire. Nous étions des enfants soldats, des armes de destructions conçues pour rependre un vent de terreur sur toute la zone anglophone. Des enfants y laissaient leurs vies et le traumatisme grandissait à mesure que les journées s’enchainaient.
45
45

Un petit mot pour l'auteur ? 12 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Une belle plume. J'ai adoré vous lire. Bravo à vous, et bonne. Vous-avez toutes mes 3 voix.

Je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le prix des jeunes auteurs, et à me soutenir avec vos voix, si jamais il vous plaît.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11
J'adorerais également lire vos commentaires avisés qui m'aideront à me parfaire.

Image de Fodé Camara
Fodé Camara · il y a
Bravo Christopher ! Vous avez mes 5 voix.
Je vous invite à faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps 👇👇
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lerrance-spirituelle-1

Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Très émouvant Christopher. Vous avez mes voix. Votez aussi pour mon texte https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred
Image de Christopher Mfoula
Christopher Mfoula · il y a
Merci infiniment pour tous vos textes et vos commentaires.
Image de Sylvie Martorell
Sylvie Martorell · il y a
Les enfants soldats... un grand malheur! Texte fort !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un bon texte sur la tragédie des enfants soldats ! Bravo, Christopher ! Vous avez mes cinq voix.
Je vous invite à lire un tri-triolet en compétition printemps si vous avez le temps https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/la-rose-la-bouteille-et-le-baiser
Bonne journée à vous.

Image de Yveson Pascal
Yveson Pascal · il y a
Je t’offre Mes 5voix ! je t’invite a lire l'œuvre Mille nuits dans les égouts https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/mille-nuits-dans-les-egouts
Image de Yanis Auteur
Yanis Auteur · il y a
Mes 5 voix!
Félicitation pour vous et votre texte.
Je vous invite aussi à voter mon histoire pour le concours adolescent
Voici le lien
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lhomme-10

Image de Idriss Sims
Idriss Sims · il y a
Un texte très émouvant qui traite vraiment des réalités de la guerre en Afrique et le triste sort des jeunes enfants qui se voient forcé d'être des soldats de guerre
Image de istitutodeisordiditorino
istitutodeisordiditorino · il y a
J'adhère totalement. Le texte est profond
Image de Oka N'guessan
Oka N'guessan · il y a
Beau texte , +2 voix , hésitez pas a Aller me voter aussi https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-lumiere-10
Image de Christopher Mfoula