Aveu (n°2)

il y a
1 min
13
lectures
1

Artisane de mots soufflés et conseillère en relations textuelles  [+]

Je suis une menteuse. Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours menti. A mes parents, à mes amis, j’ai raconté beaucoup d’histoires. Aujourd’hui encore, je mens tous les jours, à mon amant surtout, qui feint de ne pas le savoir. Je lui dis que je l’aime, je n’en suis pas sûre... que la vie est un dilemme, non mais quelle imposture ! Si je mens, voyez-vous, c’est parce que je m’ennuie. Je m’ennuie car mes jours – pardonnez la rime, je ne l’ai pas choisie – mes jours, disais-je, mes jours sont des nuits : j’ai l’œil infirme... transpercé par une poutre à l’âge de sept ans, alors que je regardais attentivement un trou dans le plafond de ma chambre. Depuis, je n’y vois plus clair ; je n’ai rien à faire ni à dire, alors j’invente des sornettes et je mens comme les autres respirent. L’air est à eux ce que sont à moi : boniments, tromperies, fables et fictions ; comédies, néant, bobards et imaginations. Je n’en suis pas très fière, mais que voulez-vous, il faut bien parler avant de se taire, un point c'est tout. Bref, retenez ceci : je mens, c’est ainsi, je mens, donc, je suis.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ch. Deguerrelasse
Ch. Deguerrelasse · il y a
Amusant paradoxe : si je dis "Je mens", me croirez-vous menteur ?