Avec ou sans moteur

il y a
3 min
29
lectures
9

Il paraît que pour écrire,il faut écrire alors j écris! Cultiver son jardin...Plaisir des mots et du partage  [+]

7h40, Jeff a enfourché son vélo pour ses dix kilomètres quotidiens. Belle lurette qu’il ne prend plus ni moto, ni auto, ni métro, tant qu’il a le choix. En retard sur son horaire habituel, il devrait déjà être à pied d’œuvre devant ses écrans.
Un brin de nostalgie le prend, avec ce ciel prometteur, en moto, il aurait pris son pied.
Alors qu’il brave les frimas de février, il pense à Cassandre. Pas son heure, à l’aube elle dort encore, se prélasse dans son lit ou se lève à peine, suivre la course du soleil très peu pour elle, été comme hiver.
En casquette et blouson de cuir, cache-nez lui couvrant la moitié du visage, Jeff peste intérieurement. Rues déjà trop encombrées. Jouer de la sonnette, louvoyer, freiner, pied à terre, en selle, adrénaline ou détente ? Nada, juste de quoi lui pourrir sa journée.
Même pas mis son casque audio, la musique ou la vie faut choisir. Et le Bose qu’il s’est offert n’est pas compatible avec la protection qu’il accepte de mettre pour les beaux yeux des femmes de sa vie : Noémie, sa fille et Cassandre, sa compagne. Il sourit en se remémorant le débat sur l’achat d’un casque pour Cassandre lui demandant son avis entre Marshall et Bose, quelle hérésie !
Un bon son lui manque. Un Miles Davis lui ravirait les oreilles et l’enverrait loin du tumulte urbain. Et aussi de ses turbulences émotionnelles.
Cassandre, sa compagne, a-t-il le droit d’utiliser ce terme pour qualifier leur relation ? Sa compagne ; en pédalant comme un forcené, il se délecte de ce mot.
Il lui a donné les clefs hier. Pour lui un geste fort, elle a dit tu verras. Ni merci, ni génial, rien sur son visage n’a renseigné Jeff sur ce qu'elle pouvait penser. Heureuse, surprise, en colère, pas intéressée, Cassandre est restée énigmatique comme souvent.
Il espérait provoquer une réaction. Tu verras. C’est tout. Rien d’autre. Il doit s’en contenter et attendre ce soir.
La trouver lovée dans le canapé, un verre de brouilly à la main, ou debout affublée de cet horrible tablier offert par ses potes, touillant un risotto aux truffes. Ou découvrir les clefs dans sa boîte aux lettres.
Ou rien. Pas de message, pas d’appel, pas de Cassandre, pas de clefs, seulement une question, sera t’elle là ce soir ?
Il ne veut pas céder aux débats actuels mais pas simple de suivre les femmes. Que veulent-elles au juste ? Des hommes pour faire beau dans le décor et se faire plaisir quand l'envie leur prend ?
Une mécanique bien huilée qui répond présent comme eux les poupées gonflables ? D’un macho ? D’un homme sensible ? Virilité, sensibilité, l’un, l’autre, les deux ? Il est paumé.
« Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre », certainement pas prisonnier d’une statistique. Etre rangé dans une case, correspondre à une norme, très peu pour lui, peut-être un des liens qui le connecte à Cassandre.
Intrigué, il l’a été dès leur rencontre, un jour où sa roue avant a écrasé des pieds chaussés de baskets roses. Peu de femmes ont traversé sa vie. Devant Cassandre, il se sent souvent comme un petit garçon regardant ses pieds en se tordant les mains, se demandant comment faire comme il faut. Sous sa protection, il entend Cassandre lui répondre, « laisse toi faire ». Malgré lui, il sourit. Cette voix dans son oreille lui provoque de douces sensations corporelles tranchant avec la course saccadée qu’il mène sur le bitume. Coup de frein sec, il pose pied à terre, rouge trop foncé.
Cassandre aux mille questions. Cassandre et sa quête du Graal. Cassandre et sa tête cherchant la lune et les sommets. Pas toujours son registre. Beaucoup plus terrien lui et plus à l’aise au fond de sa grotte tant qu’il a du son et au moins un écran. Pas adepte du petit vélo mental, préférant transpirer à deux roues et se fier à son instinct.
Vert, remise en selle, quelques tours de roues et c’est reparti. Le flot des voitures ne cesse de croitre. Dans la file de bus il sent la présence dans son dos d’un mastodonte, qui le presse d’avancer plus vite. Coup de pédale rageur qui manque de le déstabiliser, rien ne lui sera épargné, Jeff accélère la cadence et grille le feu, il a échappé à la bête.
8 heures, cinq kilomètres et il sera arrivé. Aujourd’hui la route s’étire, bruits exacerbés, omniprésents, tous se sont donnés rendez-vous pour l’accompagner : sirènes de police, d’ambulance, klaxons, moteurs ronflants, deux roues débridés, Round midnight, Miles, à l’aide !
Pensées hachées, obstruées, rien d’une promenade bucolique propice au sentiment amoureux ! L’air empeste le goudron et les fumées de pots d’échappement, immonde expérience sensorielle. Les odeurs et sons ambiants incitent à donner des coups, pas des baisers. Jeff expire bruyamment, tenté de lâcher son vélo, l’envoyer contre une vitrine et finir en courant.
Il s’imagine mettre un coup d’accélération avec son ex bolide et déchante à la vue de l’engin entre ses mains. En manque de puissance, besoin d’une dose pour survivre à ce qui l‘attend ce soir.
Aucun moyen de pénétrer l’esprit de Cassandre, attendre, seule issue, elle seule sait ce qu’elle fera des clefs et peut être même pas.
Assombri par cette évocation, Jeff bifurque à droite, pris d’une soudaine inspiration, pas le chemin habituel mais qu’importe, insoutenable pour lui aujourd’hui.
Alors qu’une grosse cylindrée le dépasse, Jeff se prend à regretter d’être passé au sans moteur. Sur son cycle ce matin, il n’est pas maitre de son destin, trop à la merci des éléments. Dépendre des autres et du dehors lui est insupportable. Il doit retourner la situation et tenir le guidon, vraiment. Et s’il ne rentrait pas ce soir ? Et s’il frappait à la porte de Cassandre et lui demandait ses clefs ? Et si ?
Un camion poubelles en arrêt dans la petite rue : brouillage total. Jeff est contraint de mettre pied à terre.
Prendre le trottoir, saluer les éboueurs, leur sourire et reprendre sa cogitation. Non ! Jeff a décidé. Ce soir, devant chez elle, il aura deux casques et sa moto.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une street-movie haletante, comme si on y était ... !
Et à J-2, je t'offre une nouvelle entrée gratuite pour une des toutes dernières représentations ... https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/la-nuit-joue-au-cirque

Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une belle histoire pour le lecteur mais aussi dans la tête du personnage.
Je vous invite "A l'horizon rouge" en finale du Prix lunaire.