Avalanche – Risque 5

il y a
2 min
365
lectures
26
En compétition

S’évader : 1. S’échapper d’un lieu où l’on était retenu, enfermé. 2. FIG. Echapper volontairement à (une réalité). Enseignant à plein temps à des mômes aux vies souvent plus  [+]

Image de Été 2020

La petite famille avait profité de cette semaine des vacances d’hiver pour louer ce chalet implanté au cœur des Alpes. Ils avaient parcouru l’Hexagone depuis leur Bretagne natale et étaient enfin arrivés à destination, aux premières heures du jour. Les deux adolescents avaient traversé le pays, endormis, leur casque audio vissé sur la tête. Ils étaient excités à l’idée de dévaler les pistes enneigées dès le lendemain. Les parents profiteraient, quant à eux, des randonnées en raquettes sur les sentiers balisés.

Cela faisait trois longs hivers que les garçons patientaient. Ils attendaient tellement ces vacances. Le temps pour leurs parents d’enchaîner les heures supplémentaires et mettre l’argent de côté nécessaire aux plaisirs de la glisse. Ce séjour n’était plus un rêve. Désormais, c’était leur réalité.

Ils avaient eu un véritable coup de cœur pour leur palais de bois et sa situation, au cœur du domaine skiable. C’était un chalet traditionnel caractéristique de la région. Sa façade se fondait harmonieusement dans le décor. De belles baies vitrées s’ouvraient sur le balcon qui courait tout autour du chalet. Après la journée passée à skier, les adolescents s’imaginaient déjà y savourer un goûter copieux — le chocolat fumant accompagné des crêpes garnies du caramel au beurre salé de leur mère. Ils profiteraient des rayons du soleil en admirant la vue panoramique qu’offrait le village.

À l’intérieur, ils retrouvaient l’atmosphère chaleureuse et brute des chalets de haute montagne. Couverts de bois, du sol au plafond. Au mur, quelques cadres apportaient une touche colorée au mobilier sobre. Une imposante cheminée de pierres naturelles trônait dans le vaste salon. Pas de téléviseur, mais une bibliothèque riche de trésors littéraires les attendait. De quoi profiter de la méridienne, confortablement installés devant l’âtre flamboyant. Dans la chambre, les deux frères se battaient déjà pour savoir lequel occuperait le lit du dessus. Lequel disposerait le premier de la douche. Une alerte sur le téléphone portable de l’aîné interrompit la dispute.

Les services de la météorologie locale annonçaient des chutes de neige pour la nuit prochaine. Le réchauffement brutal accompagné de la pluie rendait le manteau neigeux instable. Cette situation commençait à inquiéter les professionnels de la station. Elle compromettait fortement la réussite de la saison. Ce communiqué les rassurerait sans nul doute. Les garçons étaient ravis par cette nouvelle. Ils se lançaient déjà des défis idiots. Ces deux-là étaient toujours en compétition, essayant, sans cesse, de prouver à l’autre, sa supériorité supposée. Leur mère était toujours là pour calmer les hormones fraternelles et veillait à ne pas prendre parti.

Le père alluma le poste de radio pour recouvrir les mots tendres que ses fils s’échangeaient. Un bulletin d’alerte interrompit l’émission musicale et stoppa les garçons dans leurs joutes verbales. Il n’était plus seulement question de chutes de neige abondantes. Une véritable tempête de neige se préparait. Le risque d’avalanche était sérieux. Les spécialistes se succédaient sur les ondes. Tous les habitants, résidents et saisonniers, devaient rejoindre rapidement leur lieu d’habitation et ne plus le quitter sous aucun prétexte. Chacun devait reporter ses déplacements. La plus grande prudence était recommandée. Paralysie complète.

La joie des deux frères avait duré trois quarts d’heure, à peine. Les adolescents n’en revenaient pas. Trois interminables hivers à attendre. Traverser la France entière. Poser tout juste ses valises. Devoir renoncer à chausser les skis. Rester confinés dans un chalet jusqu’à nouvel ordre ! Quelle poisse !

Rapidement, une coupure de courant les plongea dans l’obscurité. Dehors, la tempête tenait ses promesses. La famille fut bientôt prise dans des secousses violentes, balancée de droite à gauche, de bas en haut. Désorientée. Aucun n’avait imaginé cette brutalité. Cela sembla durer une éternité.

Au loin, un cri retentit.

— Repose ça immédiatement ! Ce n’est pas un jouet ! Tu vas la casser !

Du haut de ses deux ans, Louison n’avait d’autres choix que de reposer, sur le meuble de la télé, la boule à neige de Mémé, qui le captivait tant. Il la secoua une dernière fois et contempla, émerveillé, le tourbillon féérique des flocons sur le chalet de bois.

26
26

Un petit mot pour l'auteur ? 18 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Aude Maz
Aude Maz · il y a
Je ne sais pas si c'était le but, mais j'ai bien ri à la fin. La pensée d'un confinement, même à la montagne m'a serré le coeur par contre...
Image de Alex Goncalves
Alex Goncalves · il y a
Je vous remercie pour tous vos commentaires, toujours très agréables à découvrir. Plusieurs d’entre vous aimeraient avoir des éclaircissements sur cette histoire, connaître mon interprétation ou le rôle de l’enfant. Je préfère, laisser le soin à chacun d’élaborer ses propres théories, selon son propre parcours de lecture, son chemin de vie et ses croyances. J’espère que vous ne m’en voudrez guère. Il me semble que c’est le pouvoir puissant et magique de l’écriture que de laisser suggérer sans dévoiler. Si le cœur vous en dit, je serai curieux, à mon tour (et peut-être ne serai-je pas le seul), (mais ce serait peut-être aussi un abus de ma part) de connaître vos hypothèses si vous souhaitez les partager ici.
Ce que je peux vous dire, c’est que, petit, j’étais obnubilé par ces boules à neige et le mystère qu’elles dégageaient, persuadé que chacune d’entre elles étaient habitées. Par qui ? Je ne sais pas … En grandissant cette fascination n’a pas disparu. Et si secouer cet objet merveilleux déclenchait quelque part une catastrophe ? … L’effet papillon … J’en dis déjà trop …

Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Bonjour, je me suis régalée dans la description des vacances de neige, puis j'ai eu peur avec les protagonistes et la chute était tout à fait inattendue mais nous étions plusieurs à ne pas l'avoir interprétée de la même façons. Peut-on avoir une interpréation de l'auteur sur cette chute ? Auquel cas je donnerai ensuite l'hypothèse qui avait été la mienne.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Comme toi, Sylvie, je m'interroge et profiterai sans doute des éclaircissements d'Alex... à moins qu'il n'ait voulu cette chute pour nous laisser interpréter son texte selon notre humeur et notre tempérament ;)
Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Quelle idée géniale ! Je l’aime d’autant plus qu’enfant je me passionnait pour cet objet merveilleux : il avait la vertu de m’apaiser par la simple observation du « tourbillon féerique » 😉 des paillettes. BRAVO !
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Vous m'avez bien eue, mais je vous pardonne car je me suis régalée.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon soutien pour cette histoire fascinante à la chute inattendue ! Une invitation à venir vous dépayser dans mon “Dépaysement au Royaume des Animaux” qui est en compétition pour le Prix Short Paysages – Isère 2020. Merci d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/depaysement-au-royaume-des-animaux

Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Les effets collatéraux de la chionosphérophilie sont quelquefois imprévisibles ...
Image de Laurent courdavault
Laurent courdavault · il y a
Belle chute! Heureusement sans gravité..
Image de Petite Hirondelle
Petite Hirondelle · il y a
Super,super,super. C'est bien écrit, poétique. Bravo ☆☆☆☆☆
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Jolie chute totalement inattendue! J'aime!

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le cycle de la vie

Cécilia Navarro

Comment te dire qu’à trente ans je ne t’envisage toujours pas, que j’hésite à te remplacer par un animal de compagnie, un husky, un chihuahua, je n’ai pas encore fait mon choix.
Comment... [+]


Très très courts

Mercy

Gaëlle Chamarande

C’est Mercy qui se marie la première. Mercy, c’est ma petite sœur. Mercy a quinze ans. Mercy est plus jolie que moi, c’est ce que tout le monde dit. Mercy fait bien le mafé et la semoule au... [+]