Aux urnes citoyens

il y a
2 min
235
lectures
52

Intermittente de l'écriture, dans la catégorie Supersenior. Des mots, des phrases, qui jaillissent parfois, qui viennent sans qu’on les cherche, allez savoir pourquoi  [+]

Je ne suis pas déçu. Je suis vexé, humilié.
369 lectures, 5 votes.
Le bilan est sans appel, désastreux, minable quoi. La honte...
On ne m’y reprendra plus !
J’ai tout raconté à Victor, il fallait bien que je me défoule.

Comment Paulette ( ma partenaire à la belote, parce que je n’ai jamais réussi à maîtriser les annonces alambiquées du bridge) m’a embringué dans cette histoire de poème à publier sur internet. «  Tu verras, Maurice, c’est facile, et amusant. En ce moment, il y a un concours de haïkus, tu envoies ton poème, il est mis en ligne, les gens lisent et votent... »
Haïku, je connais le mot ( un des mots bizarres qui sortent de temps à autre dans mes Mots Croisés du dimanche) et sa définition.
Comment j’ai composé mon poème, sur le thème imposé, le blizzard. En choisissant l’humour, pourquoi pas ?
Dessous ma casquette
Mon dentier joue des castagnettes
Saperlipopette
(Même s’il m’avait fallu enlever mon dentier, à cause du nombre de syllabes, et le remplacer par mes dents, mais c’était dommage.)
Comment j’ai choisi un pseudonyme féminin pour que Paulette ne soit pas sur ma trace avec son flair de chien de chasse.
Comment j’étais tout content de moi et fier de me voir imprimé sur internet...

Et pour finir, la honte, que j’ai avouée à Victor. Victor, c’est mon petit-fils. Il me dépanne chaque fois que je me plante avec mon ordinateur, au moins une fois par semaine. Mais nous y trouvons notre compte tous les deux. J’ai sa visite régulièrement, et il améliore son argent de poche par la même occasion.
Le gamin est allé jeter un œil sur le site, et au bout d’une poignée de minutes, il avait l’explication... Et la solution.
- C’est bien simple, papy ! Tu n’as qu’à faire appel à tes amis, sur Facebook. Comment tu crois qu’ils peuvent avoir 200 votes et plus, les premiers ? La plupart de leurs poèmes ne sont pas meilleurs que le tien, mais ils ont leurs potes qui votent pour eux.
- Merci mon Victor, tu me remontes le moral, mais cette façon de faire, tu vois, ça ne me paraît pas très fair-play, et d’autre part, mes copains, je les rencontre plus souvent au cimetière que sur internet, et ce n’est pas vraiment l’endroit idéal pour leur dire d’aller voter.
- Alors, tu as une autre solution. Tu votes pour tes concurrents et tu leur suggères de te rendre la pareille. Mais attention, tu leur demandes ça sans en avoir l’air. Avec habileté. Tiens, regarde ce qui est écrit là, et là : j’ai voté pour vous, allez faire un tour sur mon site... Pour me lire, c’est par là... Pas compliqué, tu vois  !
- En somme, c’est comme si je votais pour Besancenot et que j’exige, en échange de mon vote, que la Poste m’apporte mon courrier plus tôt le matin ?

Tiens ! Aujourd’hui, mon compte a fait un bond : 2 voix d’un coup ! Quel succès !
Victor a pensé à son papy. A son prochain dépannage, il aura droit à une petite augmentation.
Mais l’autre voix ?
On frappe. C’est Mme Pluche, notre concierge, qui m’apporte mon journal.
- Dites, monsieur Maurice, il est bien, votre poème ! Victor me l’a fait lire hier soir, sur son téléphone. Et j’ai même voté pour vous !
- C’est gentil à vous, madame Pluche.
Avec les étrennes que je lui donne chaque année, c’était bien la moindre des choses, non ?

52

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Serial lover

Bruno Scozzaro

J’ai peu de certitudes, dans la vie. Par exemple, savoir d’où l’on vient, où l’on va, comment est préparé le Nutella, si Marc Levy est bien un écrivain ou un imposteur… Vraiment, ça... [+]