3
min

Au numéro 24...

Image de Petit soleil

Petit soleil

188 lectures

201

Cela fait quinze ans que j’habite le quartier des bleuets . Une jolie petite maison campagnarde avec son jardin fleuri. J’adore les fleurs. Je les cultive et les dorlote durant des heures. J’ai d’ailleurs un malin plaisir à leur donner une signification. Celle du bleuet : la belle des timides. Je suis bien tombée puisque j’en fais partie. Était-ce un hasard ?

Parce qu’en effet, j’ai 36 ans et je suis d’une timidité maladive. Rien qu’un regard, rien qu’un sourire me fait fondre et rougir. Je me liquéfie sur place avec une seule envie : m’enfuir. Mon entourage se désespère. J’entends sans arrêt les mêmes sérénades : je vais finir vieille fille, il est plus que temps de prendre le taureau par les cornes et de me secouer. Ma mère est la pire. Des conseils à la tonne. Lorsque je les entends, je me dis que tout est facile, mais dès que je me retrouve dans une situation stressante, les recommandations s’envolent pour faire place à cette sensation terrible qui m’empêche même parfois de reprendre mon souffle.

Alors lorsque le nouvel habitant du numéro 24 juste de l’autre côté de la rue est arrivé, a débuté pour moi une période très particulière

La première fois que je l’ai vu, c’est en vidant ma boîte aux lettres. Il sortait de chez lui. J’ai bien entendu le bonjour, mais impossible d’y répondre. Je suis restée figée sur place.

Qu’est-ce qu’il est beau. Des yeux bleus, une barbe naissante bien taillée, des cheveux châtains mi longs en bataille disciplinée et ce sourire.... Comment vous dire : éclatant, resplendissant, généreux et j’en passe, la liste serait trop longue et risquerait de vous ennuyer. Je pense qu’il a dû se demander qui était cette fille figée sur place, la bouche grande ouverte, l’air un peu bête. Oui je sais, c’est de moi que je parle, mais il me semble que la description convient.

J’ai tourné les talons sans un mot. Pourtant, Il suffisait de sourire.
À compter de cette minute, je voulais en savoir plus. J’ai donc commencé à l’espionner, bien cachée derrière la fenêtre. Il partait le matin à heure régulière et rentrait à la même heure, une bonne demi-heure après moi. Bon, je n’avais pas toujours le temps de l’observer, mais je pense qu’il vivait seul. Du moins, je l’espérais très fortement.

En deux jours, j’étais tombée amoureuse d’un nouveau voisin que je ne connaissais pas. Je ne dormais plus, j’avais perdu l’appétit. Je l’espionnais tout en sachant que je n’oserais jamais.

Le temps avait passé. Quelques semaines. Belle idiotie. Je me liquéfiais sur place pour quelqu’un qui ignorait totalement mon existence.

Pourtant il y avait un hic. Et pour moi le hic était super important : mon voisin avait un chat. Noir aux yeux verts. Si l'on se laisse aller à la superstition, il devait porter malheur, mon malheur, car ce joli chat venait démolir mes plates-bandes. Comment faire pour le lui dire. Il n’y avait qu’une solution pour moi : lui laisser un mot dans sa boîte. Mot que je déposerai durant son absence. Ben oui, vous avez compris qu’il me serait impossible de le lui dire.

J’ai donc déposé mon mot et j’ai attendu, mais rien ne s’est passé. Pas de réponse et le chat a continué. Tout cela ne pouvait pas durer. J’ai donc déposé un deuxième mot. Même chose : aucune réaction. Mes deux premières missives étaient plutôt gentilles. La troisième le fut moins.
Je pense que sur une quinzaine, il a dû en trouver une dizaine.
Je commençais tout doucement à m’énerver de son mutisme.

Nous étions samedi matin. Ma nuit avait été très difficile. À force de retourner dans ma tête toutes les insultes que je n’oserais jamais lui dire, les aiguilles avaient tourné sans que le sommeil n’arrive. Comment combiner la fureur que je ressentais aux sentiments beaucoup plus doux qui m’habitaient. Je ne savais plus quoi faire ni penser. Il était dix heures. Je venais de me lever. J’étais de mauvaise humeur. Pas besoin d’extrapoler, vous l’aurez compris.

Plongée dans mes pensées c’est la sonnette de la porte d’entrée qui m’a fait sursauter. Ma mère devait venir aujourd’hui, mais dans l’après-midi.
J’ouvrais donc la porte en maugréant.

« Bonjour voisine, comment allez-vous ? »

Stupéfaite, j’observais mon voisin qui avec un large sourire me tendait une énorme caisse remplie de fleurs.

Vais-je vous raconter la suite ?

Bien sûr, je n’ai pas ouvert la bouche...bien sûr, j’ai rougi....Bien sûr j’ai pâli...bien sûr je suis restée figée...mais c’était sans compter sur mon voisin d’en face.... Et depuis lors : devinez.....

Il habite de l’autre côté de la rue, enfin du même côté que moi....J’ai dressé son chat qui ronronne maintenant sur mes genoux en sursautant aux petits coups de pieds qu’il recevra encore pendant deux mois...

Hasard ? Destinée ? Je n’oublierai jamais le jour où un nouveau voisin s’est installé de l’autre côté...... de la rue.

PRIX

Image de 5ème édition

Thème

Image de Très très courts
201

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Michaël ARTVIC
Michaël ARTVIC · il y a
C'est histoire pleine de sentiments et je suis super ému d'avoir lu ce récit ! bravo petit soleil !! je serai donc le 200è j'aime !! Hasard ou destinée ? ! ;)
Je vous invite à lire sur ma page ou plutôt écouter https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/sur-un-air-de-rock

·
Image de RAC
RAC · il y a
Très touchante cette rencontre qui laisse suggérer... de nouveaux épisodes ?! (Peut-être aimerez-vous "LE CHEQUE" chez moi ? Soyez la bienvenue quand vous voulez...) A+++
·
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Ils sont beaux ces chats noirs ☺ et leur maître.... une belle histoire qui finie bien 😊
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
j'ai beaucoup aimé cette histoire tout en délicatesse que vous avez soigneusement écrite en évitant de retranscrite ces quinze lettres qui ne devaient pas être aussi délicates .
·
Image de Jennyfer Miara
Jennyfer Miara · il y a
Très jolie fin, sur le mode "heureux pour toujours" des contes de fées :-)
Dans un autre style, mon TTC "Le crime parfait" est en finale, n'hésitez pas à venir y jeter un œil !!

·
Image de Hellogoodbye
Hellogoodbye · il y a
bravo pour la description de la timidité ! et pour le happy end...
·
Image de Beedoune
Beedoune · il y a
Merci le chat !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Comme quoi, les chats portent aussi bonheur.....
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle œuvre bien écrite et mystérieuse ! Mon vote !
Mon œuvre, “De l’autre côté de notre monde”, est en Finale pour la Matinale en cavale 2017. Une invitation à la lire et la soutenir si le cœur vous en dit ! Merci d’avance !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/de-l-autre-cote-de-notre-monde

·
Image de Cristel D
Cristel D · il y a
Belle fin !
Si vous avez le temps, je vous invite à me lire.

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur