Au lit

il y a
1 min
13
lectures
0

Française de Londres, je partage mes temps de création entre l'estampe d'art et l'écriture. Traductrice de profession, j'aime jouer avec les mots et les signes, marier l'écrit et le dessin. Je  [+]

(Micro-nouvelle en une page)

Je suis réveillée depuis plusieurs minutes, mais je reste allongée, l’œil fixé sur une fissure, pour ne pas réveiller l’homme qui dort à côté de moi. Il a besoin de son sommeil.

Il ne faut pas se poser trop de questions dans la vie. Et je ne lui en pose pas. Il n’est pas bavard non plus mais cela nous convient. Par chance, il n’a pas d’états d’âme. Pas comme mon père... Ferai une soupe ce soir ; faut compenser le gigot d’hier. Ah, appeler le peintre pour cette fissure!

Il faudra inviter nos voisins à dîner après ça. Paul n’aime pas recevoir, mais il faut bien.
On ne peut pas vivre comme des sauvages. Je sais qu’il m’aime ; même s’il ne le dit pas. Les hommes sont peu démonstratifs. Moi non plus après tout, je ne lui fais jamais de compliments. Cela nous mettrait mal à l’aise ! Hier, les roucoulements d’Hélène et Pierre : C’était presque indécent. Moi ça me ferait rire. « Chérie, j’adore te voir dans cette robe jaune : elle te va si bien » .Vraiment ! Vraiment...

C’est incroyable ce qu’il peut y avoir de fissures dans ce plafond ! On s’en rend mieux compte avec la lumière rasante du matin. Quelle nouille, ce plâtrier...

Là, il faudrait peut-être que je le réveille. Il sera en retard au bureau. Il y va tous les matins... Non ? C’est drôle, je ne lui ai jamais posé la question. Il part, c’est tout... Depuis peu il part tard, et il revient tôt. C’est sans doute qu’il a trouvé un bon rythme. Fait du bien de lever le pied. Hier soir, il répétait à Pierre : « Même si je le voulais, je ne pourrais pas partir ». Bien sûr qu’on ne peut pas ! Drôle d’idée... Pourquoi dire ça à Pierre ?! Je devrais faire attention: il tient de moins en moins bien le vin.

Je le regarde. Un rayon éclaire son oreiller. Depuis quand dort-il la bouche ouverte ? C’est drôle que je ne sache pas cela. L’étranger qui dort à mes côtés depuis 15 ans a un filet rouge autour du cou, net comme une lame de rasoir; et par là, notre vie s’échappe.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Clément

Sylvie Loy

La chambre ne sent pas bon. Un mélange de sueur, de confiné et de tabac froid. Elle est sombre, les rideaux sont toujours tirés. Mais je l’aime. Parce que je la partage avec Nathaniel, mon... [+]

Très très courts

Du beau bois lisse

Pierre Gravagna

C’est du beau bois, du beau bois lisse verni avec des poignées de cuivre. Même à quatre, il paraît lourd. Il nous écrase, nous fait transpirer. Devant moi les épaules larges du cousin.
Il... [+]