Au large d'hier...

il y a
2 min
163
lectures
205
Qualifié
Image de 2020
Image de Très très court

Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux. Mais qui à nos âges, peut affirmer voir clair ?

Jusqu’à maintenant, je cultivais l’arrogance de croire limpide ma vision du monde. À peine vingt ans et déjà l’expérience de sept milliards d’êtres humains. J’avais l’illusion naïve qu’un vague savoir et des mots doux, me conduiraient partout. Sur de maigres connaissances, j’avais bâti ma vie. Le soir je me rappelais, mélancolique, mon enfance bercée dans les bras de ma mère. Je me remémorais cette jeunesse d’hier, vestige d’aujourd’hui. À peine vingt ans, et déjà, mon envol prévu pour demain.

Je pris le large un matin de septembre, avec pour seul bagage, mon diplôme en poche, glissé entre deux clopes. J’avais dans le coeur, une adrénaline semblable à celle ressentie avant un saut en parachute, la même qu’on éprouve lors d’un premier baiser. Ce jour-là, il me fallut à peine une heure pour atteindre le Quai de la Gare. Une heure, pour me noyer entre ses centaines de voies et ses milliers de passagers prêts à trouver la leur. Des âmes si fières aux paroles si humbles... Quand face au panneau d’affichage, ils se vantent de lire en quelques destinations le synonyme de leur avenir, moi, je ne vois qu’inscriptions illisibles. À les écouter, un numéro demeurait la clef du succès. Le chemin de la réussite. Le 2707. Des numéros, il y en avait plein, celui-là, ça n’était pas le mien. Mais qu’à cela ne tienne, j’y montrai. Au final, peu importe le train au départ, le tout était de ne pas avoir de retard.

À peine embarqué, je rencontrai Alice. Alice, n’était pas la créature mystérieuse et douce qu’on s’imagine à l’énoncé de son nom. Mais Alice avait un charme fou. Accoudée sur le rebord d’une des fenêtres du wagon bar, un verre à la main, elle observait le monde admirer le défilé des paysages. Jamais Alice ne regardait vers l’extérieur. Le vrai spectacle, disait-elle, lui était offert par ces moutons agglutinés contre une vitre prête à céder. De ces bêtes, j’en étais. Toujours je définissais mes trajets au son de la meute, par peur de finir brebis galeuse. Mais aujourd’hui, il en serait autrement.
Arrêt de l’Olympe, je descendis enfin. Soleil haut dans le ciel. Midi tapante, heure de pointe au creux de la houle. Des voyageurs bien habillés pénètrent dans le train sans billet. Des vagabonds, eux, se bousculent pour s’agripper aux derniers wagons. Sur le quai, seul, je fais mes adieux à Alice. Son train démarre. Un numéro au loin s’approche, le 6513. C’est le mien. Arrêt court, je rentre. Au centre du couloir comble, un siège m’attend, vide. Je m’y installe. À ma place, en première classe, je soupire enfin. Pour moi, il n’était pas encore trop tard.

Plongé au coeur de mes pensées, je n’avais pas fait attention à la petite dame assise en face à moi. Elle s’appelait Geneviève. Geneviève était vieille. À première vue, c’est ce qui la caractérisait. Dans ses mains, on pouvait lire la jeunesse d’un temps passé. Sa peau, pâle de ne plus voir le soleil, traduisait les morosités de la vieillesse. Elle avait commencé ses études à l’âge de 65 ans quand le nouveau directeur, après un demi-siècle de bons et loyaux services dans l’entreprise, l’avait mise à la retraite. Quelle ironie pour cette femme si savante d’avoir, au fond, toujours voulu devenir sachante... À l’aube de ses 75 ans, Geneviève perdit la vue mais elle garda la lumière à tous les étages. Avec, elle continua d’éclairer tous ceux qui demeuraient dans le noir. Tous y comprit moi. Geneviève était la canne dont nous avions besoin pour nous former à la vie. Et lorsqu’elle partit, l’on avait d’elle tant appris que seuls nos yeux embués nous empêchèrent de voir clair.

Depuis, je n’ai pas changé de train. Je pense avoir trouvé ma voie. J’ai rencontré beaucoup de gens, certains sont toujours avec moi, d’autres ont changé de rames. Je continue d’apprendre à leurs côtés. Encore jeune, j’aspire sur mon chemin, qui sait, au détour d’un arrêt, à devenir l’Alice ou la Geneviève de quelqu’un.

En espérant que la route soit la plus longue possible...

205

Un petit mot pour l'auteur ? 64 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Charline Martinez
Charline Martinez · il y a
Bonjour,

Avec cette fluidité que j'ai également lorsque je ne suis pas sur la plateforme, il faut songer à écrire un roman et à le publier, non ? L'écriture est de talent. Allez jusqu'au bout de vos rêves ! Bon courage. Cordialement. Charline Martinez.

Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Très belle écriture❤👍
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un texte pavé d'espoir, servi par une écriture agréable.
Image de Saint Loup
Saint Loup · il y a
Très joli texte, fluide comme un paysage vu d'un train...
Image de Mabe01
Mabe01 · il y a
Merci pour votre joli commentaire !
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Une expérience de la vie très bien décrite par des mots précis. Bravo !
Image de Mabe01
Mabe01 · il y a
Merci beaucoup !
Image de gillibert FraG
gillibert FraG · il y a
Très belle histoire, jolie morale
Mon conte "pourquoi les éléphants ne parlent-ils pas? est en finale. Viendrez-vous le lire ou le relire?

Image de Mabe01
Mabe01 · il y a
J'y vais !
Image de Fodé Camara
Fodé Camara · il y a
Un texte bien savourant. J'ai adoré vous lire. Bravo ! Vous avez mes 5 voix.
Je vous invite à découvrir le mien et le soutenir si vous avez le temps 👇👇
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lerrance-spirituelle-1

Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Bravo à vous. C'est un beau texte là, j'ai apprécié le lire. Courage et bonne continuation à vous. Vous-avez toutes mes 3 voix.

Je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le prix des jeunes auteurs, et à me soutenir avec vos voix, si jamais il vous plaît.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11
J'adorerais également lire vos commentaires avisés qui m'aideront à me parfaire.

Image de elmostafa hdih
elmostafa hdih · il y a
Surprenant comme style,narration et fluidité; vraiment Bravo, mes voix
Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Bravo, un très beau récit sur la vie, les personnes que l'on croise, qui nous font grandir. Mes voix vous sont acquises, bonne continuation.