Au-delà du pont...

il y a
1 min
427
lectures
17
Qualifié

Auteur de deux recueils de poésies: Des mots de-ci de-là 2018 Lune et l'autre 2020 J'aime les mots qui chantent Et ceux qui nous enchantent...  [+]

Image de Printemps 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Il faut passer le pont que des hommes sorciers, par une nuit secrète, ont jeté sur le fleuve sacré.
Il faut passer le pont, aller vers ce pays de terre rouge, de soleil brûlant où hommes et bêtes bâtissent des cathédrales de terre.
Il faut passer le pont, pour aller vers des hommes et des femmes qui s'aiment dans des maisons de terre lorsque le soleil rouge a brûlé leur peau rugueuse de latérite brune.
Il faut partir sans bagages, vers ce pays si loin mais qui nous est si proche, si plein de vie que les morts n'en sont jamais partis, si plein de vie que les rochers, la nuit venue, s'y déplacent en nombre, troupeau évanescent de géants en déroute, si plein de vie que les hommes ont soif d'éternité et qu'ils cherchent obstinément à habiter le ciel.

Là-bas, lorsque la savane a tout donné, lorsque la maigre récolte est toute entière dans le petit grenier, lorsque le marché épuisé s'est retiré, les hommes cherchent encore...
Là-bas, lorsque le temps qui n'existe pas est passé sur des journées vides d'espoir, lorsque la nuit pleine de génies hostiles et grimés a recouvert cases et greniers les hommes cherchent encore...
Là-bas, lorsque l'enfant s'endort, lorsque les femmes lasses de labeur répété se courbent un peu plus vers la terre matricielle, les hommes cherchent encore...
Là-bas, dans le vol des oiseaux, dans le ventre des zébus, dans le masque des ancêtres, dans les cauris et calebasses, l'homme cherche un Dieu qui l'étourdisse et le sauve...

Lorsqu'après avoir prié des dieux de croix et de lune, l'esprit en feu, grisé d'alcool et de danse, a cédé sous le rythme des tams-tams et des balafons.
Lorsque le soleil et le feu ont craquelé davantage la terre dénudée.
Lorsque les femmes ont retrouvé leurs laborieuses habitudes, il reste toujours une piste large et poussiéreuse que les hommes ne prendront pas encore et qui ne mène nulle part....

17

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Premières fois

Gregory A.

Alors que la pyramide de glace dans mon verre venait de perdre un niveau en un tintement assez agréable, je revins à la réalité et sortis de ma léthargie commémorative. Toutefois, en buvant... [+]

Très très courts

Lueur d'espoir

Célestina Orn

Que diable allait-elle faire dans cette galère ?!
C’est sans doute ce que se disaient les gens, du moins ceux qui connaissaient un peu Molière, en me voyant grimper le mont Sinaï. Et ils... [+]