3
min

Au commencement était l'amour

Image de Praz

Praz

54 lectures

47

Je l’ai vu pour la première fois en décembre, dans une boîte de nuit en Guadeloupe. Il était incroyablement beau, reléguant tous les autres mâles au rang de figurants, et j’ai dansé longtemps autour de lui, une vraie liane autour d’un pot de miel. Puis nous sommes sortis pour faire une pause. Nous avons beaucoup parlé, pour faire un peu connaissance. De lui. De moi. J’ai adoré le timbre de sa voix, j’en avais des frissons de plaisir tout le long du dos. A un moment, il m’a effleuré le bras, c’était divin.

Sa chevelure cuivrée réunie en queue de cheval laissait libres ses épaules nues et bronzées Ses yeux en amande riaient sans cesse. Sa voix était pour moi un enchantement, plus aérien que les trilles du rossignol. Une déesse de chair et d’or descendue sur Terre. Elle a voulu retourner sur le dancefloor, mais j’ai prétendu être fatigué, elle a dit d’accord, je lui ai proposé de la raccompagner, elle a dit d’accord encore. Arrivés devant son appartement de location, elle m’a demandé si je voulais monter quelques instants, j’ai dit d’accord, d’accord. A peine entrés, elle est partie prendre une douche et là, je ne sais pas ce qui m’a pris, je lui ai demandé : on peut prendre une douche ensemble, si tu veux ?

Mais non, je ne voulais pas ! Tout allait trop vite ! Pour qui se prenait-il ? Et pour qui me prenait-il ? Un coup d’un soir ? C’est vrai qu’il était craquant, mais je voulais le faire mariner, et moi avec. Se jeter à la tête d’un beau gosse est digne d’une linotte, ce n’est pas mon genre. Car je sentais confusément qu’il n’était pas comme les autres, et qu’il fallait creuser l’affaire. Et si c’était le bon ? Erik. Avec un k. On aurait dit un claquement de bannière viking.

Je lui avais dit m’appeler Erik. Un prénom qui sonnait bien, d’autres femmes avaient aimé. Elle aussi, apparemment. Quant à Julien, mon vrai prénom, je verrais plus tard. Gaëlle. C’était son prénom à elle, enfin peut-être. Pour la douche, je m’étais trop emballé, et ce fut plutôt une douche froide. Mais après tout, tant mieux. Cette femme me faisait un effet nouveau mais délicieux, comme un aimant qui m’attirait vers elle. Et si c’était la bonne, enfin ?

Au téléphone, ma sœur m’a dit : pourquoi ce serait le bon ? Je ne sais pas, mais plus les jours passent en sa compagnie, plus j’en suis sûre. Hier, sur la plage, je l’ai allumé en enlevant le haut. Il a flambé comme un spinifex. Il me dévorait tellement des yeux qu’il n’a pas vu à quel point je le dévorai tout autant.

Au téléphone, mon frère m’a convaincu : pour être sûr, laisse passer du temps. Mon frère est expert en perles rares, la sienne lui a fait trois gosses adorables. Alors le dernier soir, sur la plage à la nuit tombée, on s’est embrassés un peu, enfin beaucoup en réalité, on s’est caressés et une bande de jeunes a déboulé pour un bain de minuit, coupant court à ce qui allait se passer. J’étais aussi frustré qu’elle, alors je lui ai dit...

Il m’a dit, droit dans les yeux : les amours s’épanouissent l’été, se fanent en automne et meurent de froid en hiver. Mais peut-être le notre résistera. Je vais quitter ta vie, demain mes vacances sont finies, je dois retourner au turbin. Je sais tout de toi, sauf ton nom, ton adresse, ton employeur. Toi, tu sais tout de moi, sauf mon nom, mon adresse et mon employeur. Je n’ai que ton 06, et toi le mien, mais je suis sur liste rouge, comme toi, j’ai vérifié. Pour savoir si nous deux est une idée qui tient la route, on va jouer à se manquer. En janvier prochain, dans un mois long comme toute une vie sans toi, je t’enverrai une clé dans une boîte postale. La clé d’un appartement que je louerai, et j’y viendrai, ou pas, le treize février, veille de la Saint Valentin. Tu y seras, ou pas.

Mais pourquoi ai-je commis pareille bêtise ! Evidemment que je l’aime ! Pas un jour sans que j’entende, dans les airs, flotter le son de sa voix ! J’ai tenu bon, et maintenant nous sommes le treize février, et je suis bloqué par une grève à six cents kilomètres de ce fichu appartement ! Si Gaëlle s’y trouve, je vais la rater ! Je vais rater ma vie ! Je suis un abruti !

Je l’ai attendu toute la journée, puis toute la nuit, pour rien. Mais pourquoi y ai-je cru ? Je ne suis vraiment qu’une ravissante idiote ! J’ai trempé de larmes les draps du lit vide de lui, je dois avoir une tête affreuse. Je le hais, je le hais ! Et voilà que la noirceur de la nuit vire au gris, puis le ciel se teinte d’orange vers l’est. Une aube de plus, mais une aube de rien. J’ai remis mon manteau, ramassé mes pauvres affaires dans un sac de sport, et j’ouvre la porte d’entrée de cet appartement tombeau de mes rêves de midinette. Et je reste pétrifiée sur le seuil. Il est là ! Il est là ! Devant moi ! Le soleil levant lui tresse une couronne de lumière autour de la tête.

Elle est là ! Elle est là ! Après six cent kilomètres de taxi qui ont essoré ma bourse. Elle est magnifique ! J’articule : Bonjour, je m’appelle un peu plus Julien qu’Erik, j’espère que çà ira quand même. Elle ferme les yeux et me tombe dans les bras, évanouie, comme une poupée molle. Alors je lui récite tout bas à l’oreille :
Au commencement était l’amour
Fou de nuit, bel de jour,
Qui à toi me lie à jamais
Et par-delà les années
Sans cesse renaît

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
47

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Maryse
Maryse · il y a
Une histoire d'amour comme je les aime !
"vague à l'âme" est à découvrir sur ma page si vous avez quelques minutes. A bientôt !

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un très bel hymne à l'amour.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un beau titre pour l'originalité de ce dialogue ! Mon vote ! Une invitation à lire “Mon Amour” qui est en FINALE pour le Prix Saint-Valentin 2018. Merci d’avance et bonne soirée!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mon-amour-36

·
Image de Praz
Praz · il y a
Merci beaucoup pour ce commentaire chaleureux
·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
je n'ai pas percuté tout de suite mais après c'était beaucoup plus simple. Et puis ça finit bien !
·
Image de Praz
Praz · il y a
Merci beaucoup. Pour la Saint valentin, il fallait que çà finisse bien. Mais de toute façon, j'avais envie d'écrire une bonne fin.
·
Image de Hirondelle Fine
Hirondelle Fine · il y a
"Au commencement était l'amour" et à la fin l'amour encore et toujours triomphe !
·
Image de Praz
Praz · il y a
Évidemment, à tout âge et dans tous les sens !
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
J'apprécie cette alternance de point de vue et la chute bien évidemment !
·
Image de Praz
Praz · il y a
Tout est bien qui finit bien !
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Je vous ai envoyé un message.
·
Image de Praz
Praz · il y a
Merci beaucoup Jeanne
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Je vous avoue Praz que j’ai mis du temps pour réaliser que c’était un dialogue et à me demander qui est qui et je m’apprêtais à fermer l’écran... Fort heureusement le propos de Geny m’a éclairée.
On dira, je dirai que Tête de linotte sous le coup de l’émotion, dans la précipitation a oublié d’ouvrir les guillemets, placé des tirets et refermer les guillemets derrière elle et lui. :-)
Venons-en à deux tourtereaux. Un instant de flottement, d’hésitation où chacun se juge, se jauge, se découvre, se pose des points d’interrogation, où l'une et l'un tracent des pointillés et des points de suspension... Ils concluent un pacte, un accord, ils se séparent, s'en remettent au destin et se retrouvent et tout est bien qui finit bien. Une charmante rencontre qui rend tout contre, une très jolie déclaration, un doux et tendre bouquet final.

·
Image de Praz
Praz · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire très fin Je suis heureux de vous avoir fait plaisir
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Chacun raconte l'histoire de son côté, ce qui permet de bien cerner les personnages, tous deux fort attachants. Les sentiments qui se bousculent, les questionnements... une belle façon d'aborder la psychologie des deux amoureux. Une jolie chute après un suspense à couper le souffle !
·