Attente

il y a
1 min
7
lectures
0
la pendule m'angoisse
Je vous voue.

Je vous tu.

Lui c'est vous.

Moi c'est vous.

Je vous tais.

Je voulais vous.

Je vous avoue.

Je m'échappe de ces idées, me concentre sur l'amnésie
C'est ainsi que je refais surface dans ma vie, affranchie
Des fausses coutumes qui m'emprisonnaient dans la torpeur
Il m'a délivré de mes déguisements de vie, j'ai peur
Sa voix douce et forte aguerrie aux ordres du pont
J'enlève ma grand-voile, ouvre les alganons
Craintive sirène, Pénélope renaissant du tréfonds
Devant lui, mon Ulysse, je plie et me morfonds
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !