Arrêt sur image

il y a
2 min
35
lectures
0

Je suis une quadra qui aime écrire, lire et la poésie . Je m'inspire de ce que je vois peu importe quoi, tant que cela raisonne en moi ;-). N'hésitez pas à échanger sur ce qui vous plaît ou  [+]

Tu es là devant moi, tu ne dis rien. Je n'ose pas m'approcher de toi. J'ai peur de te faire mal ou de te dire les mots inutiles. Ceux qui à défaut de ne pas réconforter ne font pas de mal. J'aimerais pouvoir effacer de ta mémoire ces instants suspendus aux lèvres de cet inconnu en blouse blanche si j'avais une baguette magique. Je ne suis pas une fée, je n'ai pas le pouvoir de revenir en arrière. Cela m'est impossible.
Ton corps ressemble à une statue de glace. Je ne sais pas si ton cœur bat encore ou non. J'ai envie de me blottir contre toi pour te réchauffer. Je n'ose m'avancer vers toi et que tu me repousses. Nous avons tant besoin l'un de l'autre, que je me sens impuissante face à toi. Tu ne pleures pas, tes yeux sont vides ou presque, ils sont remplis de questions dont je n'ai pas les réponses.
Des sirènes hurlent, je n'arrive pas à les distinguer. Police ou secours, tout se mélange dans mon esprit. je suis au milieu d'une tornade qui se fige parfois quelques secondes.

Un inconnu en blouse blanche arrive à notre hauteur. Ce n'est pas le même que tout à l'heure. Il est un peu plus âgé et plus chaleureux aussi . il se présente mais je ne fais pas attention et toi non plus d'ailleurs. Mais ça, je ne le constaterai que plus tard dans la soirée.
Il se poste devant toi et te demande si tu es de la famille du blessé. Tu lui réponds que oui. Il te dit qu'il faudra sans doute opérer, que tout ne sera pas simple et que la patience et l'amour seront les deux meilleurs remèdes à sa guérison possible. Il te salue puis il quitte les lieux sans m'avoir adressé la parole. Je ne comprends toujours pas son entêtement à ne pas voir que je suis là. Juste à côté de toi! Je ne suis pas transparente tout de même, si?
Il est deux heures du matin, tout n'est pas calme ici, mais depuis quelques minutes, tu ne cesses de pleurer. Les mots ne sont pas sorti comme des cris dans la nuit ni dans une longue complainte.

Tu me regardes et sans que j'en comprenne la cause, tu me chuchotes que tout ira bien. Je ne dois pas me faire de souci parce que la vie est encore longue et belle. Demain est un autre jour me dis-tu soudain.
Tu ne sais pas encore que ce n'est pas vrai, moi non plus, cependant, je tente d'y croire. Je n'entends plus de bruits autour de moi, je ne te vois plus. Quelqu'un a éteint la lumière ou quoi? Voilà ce que je me demande avant le choc.
Arrêt sur image... Le temps s'est arrêté depuis que le second docteur est revenu te voir. Il te dit que c'est fini, que tu vas devoir vivre sans moi. Mon cœur a cessé de battre. Ils n'ont pas compris pourquoi. Il te dit que cela peut arriver parfois lorsque les blessures sont grâves. Je n'aurai pas survécu à ce qui ne devait pas m'arriver. Il te dis que tu pourras parler avec des professionels. Ce n'est pas bien de garder sa colère pour soi, te dit-il. Tu ne l'écoutes pas vraiment, tu demandes à me voir. Il te répond, d'attendre un peu. Tu dois te reposer et annoncer la nouvelle à la famille. Après, seulement, tu pourras me voir. Il te suggère de ne pas venir seul juste au cas où. Le son de sa voix passe très loin de tes oreilles.

Arrive enfin le moment tant attendu depuis que je suis arrivée ici. Il fait froid dans la pièce mais tu ne t'en soucies guère.Tu es là devant moi et je ne pourrai pas te dire les mots qui à défaut de réconforter te feraient du bien. La douleur est trop forte depuis que je suis passée de l'autre côté du miroir. Le temps s'est figé tel un reflet de toi à mes côtés. Tu me souris tristement et moi je ne demande qu'à pouvoir te dire que je t'aime.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Les matins (6)

Edouard Bonnet

Tu te réveilles mais elle est déjà partie. Seuls vestiges tangibles de cette visite nocturne, des cheveux blonds abandonnés sur l'oreiller. Tu espères qu'elle a laissé un mot, un numéro quelque... [+]