1
min

Arc-en-ciel

Image de Léa Gardner

Léa Gardner

5 lectures

0

Je vois la vie de toutes les couleurs, sous toutes ses coutures et de toutes les manières.

Quand je commence à la voir, elle est floue. Les cris de ma mère déchirent le silence de la salle. Je nais. Je vis. Et bientôt je serai debout.

Puis je vois la vie en blanc, quand le temps passe, que j’apprends, j’entends larmoyant que tout n’est pas si marrant. Après tout, je ne suis qu’un enfant.

Je vois la vie en rouge quand mes passions me déchirent, que mon cœur se déchaîne et que sous mes pieds la Terre bouge.

Je la vois en orange quand j’ose élever la voix, quand je parais fort dans la douleur, courant sous une avalanche de mots blessants, et que mon avis dérange.

Je la vois en jaune quand je te vois, ô que tu es belle, ce sourire radieux aux lèvres. Je les embrasserais sans attendre, ô ma belle, ma joie, mon cœur, mon icône.

Je la vois en vert, quand tu m’apprends que nous ne serons plus seul, que je vois arriver les premiers trépas de la vie. Je suis un adulte. Bordel, laissez-moi reprendre de l’air.

Ne sous-estimez pas la vie en bleu. Tout n’est pas si facile. Les rides s’accumulent, me font perdre pied, je suis de moins en moins mobile. Laissez-moi vivre encore un peu.

Le bleu s’enfonce, se fonce. Tout se défonce, je me pose tant de questions. De l’époque ou au dessus des nuages nous volions. Survolions tout depuis le départ. Chérie, ma belle, pourquoi est-ce que déjà tu pars ?

Je vois la vie en violet, c’est comme si je me noyais.

La vieillesse me calme. Je voudrais me reposer. Je vois la rosée se poser sur le matin, le soleil se lever sur ma vie. Mais des nuages gris menacent le dernier rayon de soleil que je verrai. Non. Pas maintenant. Laissez-moi sentir cette lumière réchauffer ma peau centenaire. Laissez-moi fermer les yeux un instant sur mon passé, sur la richesse que j’ai laissé. Des gouttes d’eau tombent sur mon corps affaibli. Je m’apprête à voir la vie en noir, tout est parti, même l’espoir. Mais j’ouvre les yeux, éperdu de cette sensation de fraîcheur.

Un arc-en-ciel me décroche un sourire.

Tout ne sera bientôt plus que souvenirs.

Je vois la vie de toutes les couleurs.

Je crois, enfin, que je n’aurai plus jamais peur.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,