Après une telle attente !

il y a
1 min
7 086
lectures
48
Finaliste
Jury
Recommandé

L'écriture comme moyen de s'évader, et, comme je suis plus portée vers le fantastique et la fantasy, c'est une manière de rêver avec simplement un crayon et du papier ! Après avoir écrit quatre  [+]

Image de 2014
Image de À rougir de lire
Nous sommes enfin face à face.
J’ai choisi la musique adéquate avec soin, tamisé les lumières.
Un moment parfait !
Nos regards sont plongés l’un dans l’autre.
Je respire un grand coup : c’est si étrange.
Je commence avec un grand sourire.
J’enlève ma veste assez vite : d’abord la manche gauche, puis la droite, et mon petit débardeur à bordure rouge apparait.
Petit sifflement et éclat de rire : je continue.
Je lève les bras et enlève brusquement ma barrette.
Ce claquement résonne dans la pièce. Je secoue ma chevelure brune, le fixant du regard.
Je tente de suivre le rythme de la musique. Je saisis mon débardeur par le bas. Il glisse doucement le long de mon corps, sensuellement. Il passe par dessus ma tête et voltige jusqu’au lit.
Sifflement admiratif.
J’ai acheté assez cher, pour cette occasion spéciale, un ensemble bleu nuit avec des dentelles blanches, à la fois sage et affriolant. Du moins je l’espère ! Je jette un coup d’œil vers lui : au regard qu’il pose sur moi, je sais que mon choix est bon.
La jupe descend très lentement, grâce à un déhanchement qui se veut très sexy. Elle tombe jusqu’à mes chevilles. Puis je lève une jambe souplement, et je l’envoie dans un coin de la pièce.
Je l’observe toujours, et cette fois-ci je lui décoche une œillade incendiaire – je me suis entrainée devant le miroir !
Il hoche la tête, incapable de parler.
Je ne porte plus que ma lingerie !
Oh, j’oublie les chaussures !
J’ai les talons hauts que je ne mets quasiment jamais, mais qui me donnent cette démarche si particulière : les noirs vernis qu’il adore. Je les enlève un par un prestement, après avoir passé ma main le long de ma jambe de manière évocatrice, mais eux je les pose délicatement sur la chaise derrière moi.
Plus de sifflements admiratifs, mais des soupirs.
La tension devient tangible.
Alors je fais glisser une bretelle, puis l’autre, avec une extrême lenteur, et avec assurance, je vais dégrafer l’attache dans mon dos. Je retiens habilement les deux bonnets : je fais durer le moment encore un peu.
Encore…
Et hop ! Le soutien-gorge s’envole.
Je descends mes mains délicatement le long de mon corps, avec toujours des ondulations suggestives, puis je les passe sous les côtés de la culotte lascivement …
NOIR TOTAL
Ce n’est pas vrai !
Je vocifère, et la lumière réapparait aussi soudainement qu’elle avait disparu.
La liaison est rompue : en face de moi, l’ordinateur est éteint, et la webcam aussi !
Tant d’attente pour rien !
Son cadeau d’anniversaire est à l’eau !



Recommandé
48

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Horizontal

Sebastien Ayreault

Il pensait, c’t’andouille, que le sexe des filles était à l’horizontal, et que nos couilles,
Tombaient là-dessus comme un couché de soleil.
Je lui ai dit suis-moi.
La petite Nat’... [+]

Très très courts

Double

Ophelie F.

La chaleur pèse un camion rempli de déménageurs ; lourde, humide et fiévreuse. Passé midi, je ne tiens plus sur mon siège en faux cuir. La fonte de ma culotte Petit Bateau, dans mon jean... [+]