Après-midi d'été

il y a
1 min
13
lectures
1
« Samy, Mamie est morte » me dis ma mère un après-midi d'été. Il était bientôt 17 h, j'avais 6 ans et je rentrai de l'école tout en évitant les traits de ciment séparant les dalles de la rue où j'habitais et comme chaque jour, un verre de lait m'attendait sur la table de la salle à manger.
J'étais sur le point d'avaler la dernière gorgée quand la voix tremblotante de ma mère que je n'avais jamais vue en pleurs qui me disait « Samy, il faut que je te parle » me la fit recracher.
J'accourut.
Je m'approchais d'elle, quand d'un ton froid et sec elle m'ordonna de m'asseoir.
À peine m'étais-je assis que ma mère m’annonçait avec encore plus de froideur : « Samy, Mamie est morte ».
Après quelques secondes qui m'ont paru des heures, ma mère débutait un monologue dans lequel elle cherchait à s'excuser de la dureté avec laquelle elle venait de me l'annoncer.
Mon regard ne quittait pas du mur blanc qui se trouvait en face de moi et mon esprit avait déjà quitté la pièce, la tirade à laquelle ma mère s’exerçait n'était plus qu'un bourdonnement, un fond sonore. Tel un poisson agonisant échoué sur le sable sans arrêt couvert puis découvert par les vagues peinant à l'atteindre, les mots de ma mère m'atteignaient.
Quand soudain, je me levai violemment, je coupais la parole de ma mère et je lançai « Oui, je comprends »
Les nuits qui suivirent étaient hantées par l'image de ma grand-mère a l'ombre de son chapeau blanc dans le jardin d'hiver de sa maison d'Alger et la voix démultipliée de ma mère disant « Samy, Mamie est morte. Samy, Mamie est mort... » qui était devenue une berceuse cauchemardesque.

1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,