3
min

Après l'orage

Image de Sylvia Camelo

Sylvia Camelo

81 lectures

28

Laure regarda par la fenêtre de sa chambre. Elle ne vit aucun nuage dans le ciel, enfin ! Elle laissa le parapluie et sortit attendre le tram pour aller à son rendez-vous. Quand elle le prit, il y avait peu de passagers : une vendeuse ambulante s’approcha ainsi d’elle et lui dit:
-Excusez-moi, par hasard, vous voulez un parapluie ?
Laure observa attentivement le parapluie jaune, elle le trouva joli mais ne répondit pas.Elle chercha plutôt une place dans le tram et en trouva deux au fond. La femme la suivit, s’assit à côté d’elle et lui proposa de nouveau ses produits. Laure ne répondit pas. La femme insista tellement que Laure fut obligée de répondre :
-Donnez-moi le jaune, s’il vous plaît.
Ensuite, elle paya la femme, mit le parapluie dans le sac qu’elle portait toujours avec elle et continua de discuter avec celle-ci. Il y avait quelque chose dans la voix de la femme qui l’invitait à parler et la calmait. En plus, elle souriait d’une façon si agréable que Laure se sentit complètement en confiance avec elle et oublia qu’elle avait un rendez-vous.

-Vous descendez ici-dit doucement la femme à Laure en lui tendant un parapluie bleu. Prenez-le et ouvrez-le quand vous en aurez besoin.
Laure marcha tout au long de la rue : des hommes et des femmes pleuraient sous la pluie en portant sur leurs épaules un cercueil. Laure s’en approcha, observa son intérieur et découvrit son propre corps dedans. Elle cria alors de toutes ses forces :
-Non, ! Ce n’est pas moi ! Non ! Moi, je suis vivante ! Regardez-moi !
Puis, voyant que les personnes pénétraient dans un cimetière sans écouter ce qu’elle disait, elle ouvrit le parapluie bleu que la femme lui avait donné et elle se retrouva de nouveau dans le tram.

-Ca va ? lui demanda la vendeuse ambulante.
-Pourquoi vous m’avez obligé à descendre à cet arrêt ?-lui répondit Laure.
-Je ne vous ai pas obligé...
-Comment ça ?
-Vous m’avez parlé de votre famille...
-Mais, vous m’avez donné ce parapluie bleu et... ?
-Vous m’avez parlé de votre mort, de votre enterrement et alors vous êtes descendue.
-Je ne suis pas morte ! Je suis vivante ! Regardez-moi !-Laure se leva de son siège.
-Je le sais. C’est pour cela que vous êtes montée dans ce tram, n’est-ce pas ?
-Mais, je le prends tous les jours !
-Vraiment ?
-Vous croyez peut-être que je ne sais pas où j’habite, que je ne connais pas cette ville ?
-Vous en êtes sûre ?
-Voyons ! Je suis née ici et je mourrai ici !
-Ah, bon ? Alors , descendez au prochain arrêt, prenez ce parapluie rouge et ouvrez-le si vous en avez besoin.

Quand Laure descendit du tram, elle aperçut au loin un groupe de femmes sous la pluie qui l’invitait à s’approcher. Lentement, elle s’approcha d’elles, peu à peu,elle comprit que toutes portaient le voile, pas à pas, son corps s’unit à celui du groupe et disparut à l’intérieur de lui : elle n’eut plus de bouche pour parler, plus d’yeux pour regarder, plus de jambes pour s’enfuir. Attrapée dans ce méandre, elle se sentit asphyxiée par une communauté de corps qui l’entraînait avec elle par la force vers une place.Laure ouvrit alors immédiatement le parapluie rouge et se retrouva de nouveau dans le tram.

-Pourquoi vous me faites ça ? Qui êtes-vous ?-demanda Laure à la femme.
-Mais, de quoi parlez-vous ? Je vous ai juste proposé les parapluies que je vends. Je suis vendeuse de parapluies. En plus, les clients me font confiance très rapidement. C’est pour cela qu’ils me racontent leur vie et que je leur donne les parapluies qui leur correspondent-lui répondit elle.
-Non ! Vous êtes une autre personne ! Vous me faites oublier qui je suis, où j’habite, où je vais !
-S’il vous plaît, calmez-vous!Je suis juste assise à côté de vous en train de discuter. Vous m’avez dit que vous alliez à un rendez-vous et...
-Un rendez-vous ?
-Oui, c’est ce que vous avez dit !
-Avec qui ?
-Avec Laure, Laure Quintero.
-Laure ? Laure Quintero ? Laure Quintero c’est moi !


-Fin du trajet !-proféra une voix dans les hauts parleurs du tram.Nous sommes à l’arrêt Laure Quintero.

Laure descendit toute seule du tram. La vendeuse ambulante n’était plus là.Elle regarda autour d’elle et elle reconnut la Place de la Mémoire, le Musée des Lapidées, la Statue de Laure Quintero. Ensuite, elle sentit la pluie tomber sur son corps et elle se rappela de la scène:les yeux bandés, les cailloux frappant son corps,l’évanouissement, son annihilation. Elle sortit donc du sac qu’elle portait toujours avec elle le parapluie jaune et l’ouvrit.
Elle se retrouva de nouveau dans le tram, regardant par la fenêtre. Dehors, sous la pluie, la femme lui disait au revoir depuis la foule qui s’agitait.

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très courts
28

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Très intrigante histoire 😊
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une histoire qui jongle avec les pierres ..., le fantastique, la poésie et les parapluies. Joliment racontée.
·
Image de Eddy Bonin
Eddy Bonin · il y a
Bravo Sylvia. C'est très joli cette histoire de parapluies. J'ai pris beaucoup de plaisir et vous ai donné toutes mes voix.
N'hésitez pas à en faire de même si, seulement, ma nouvelle vous plait :) Un voyage au Japon en 3 minutes chrono : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-main-tendue-4

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une oeuvre très bien narrée ! Menée avec subtilité ! Tout y est à sa place ! Et c'est pénétrante ! Bravooo ! Toutes mes voix !
Si l'envie vous prend je vous invite à découvrir mon oeuvre en compétition, catégorie des nouvelles, "Jeunes écritures".
https://short-edition.com/fr/auteur/assmoussa
Sans obligation ! Mercii

·
Image de Adjibaba
Adjibaba · il y a
Histoire intrigante.
J'ai beaucoup aimé et pour cela je vous accorde toutes mes voix. Et je m'abonne avec plaisir !
Accordez moi donc une petite balade dans "Entre justice et vengeance" et dites moi ce que vous en pensez : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/entre-justice-et-vengeance

·
Image de Rafiki
Rafiki · il y a
Un rêve de parapluies colorés pour une journée bien grise. Je vote.
Une invitation pour "L'ocre de la terre" pour continuer à jouer avec les couleurs. Bonne et heureuse année

·
Image de Louise Sbretana
Louise Sbretana · il y a
C'est intrigumant cette histoire de parapluies, j'aime beaucoup cette réalité qui dérape à un détail près. Voici mes voix +4
Venez me lire et me soutenir aussi :) bonne année
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-demande-en-humanite

·
Image de Pherton Casimir
Pherton Casimir · il y a
Bravo... Bonne chance à vous ! Toutes mes voix !
Je vous invite à me supporter https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/friendzone Friendzone, une très belle histoire.
Merci !

·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Bonjour, je vote pour votre texte, impossible de rester insensible à ce beau récit ! Merci de découvrir mon poème en compétition !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-braquage-poetique

·
Image de Sylvia Camelo
Sylvia Camelo · il y a
Merci pour le vote. J'ai aussi voté pour ton texte. En fait, t'es slammer?
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Oui, je suis clamer, comment as-tu deviné ?
·
Image de Sylvia Camelo
Sylvia Camelo · il y a
Parce que moi aussi je le suis: www.sylvia-camelo.com
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Antoine regarda le poisson rouge qui flottait dans l'eau: il avait bien poussé depuis qu'il l'avait acheté. Il allait donc acheter un nouvel aquarium car celui-ci commençait à devenir trop petit. ...