1
min

Appel à rêve

8 lectures

2

Marcher, juste marcher.
Le vent, le vent dans les oreilles et dans les yeux.
Sous les pieds, un chemin, tout simple, un chemin qui va devant.
Au bord du sentier, le sable, de part et d’autre ; et la lande, les ajoncs qui sentent si fort la noix de coco au printemps.
Sur ma gauche, la mer, l’Océan-Mer, à l’étal, tranquille ; la côte qui se découpe. Plus loin, une balise endormie.
Je marche. Il n’y a personne. J’écoute, je sens. Paisible.
J’ai ôté mes souliers. Les grains du chemin se glissent entre mes doigts. Ça gratte, doucement.
Je suis au bord de l’île et elle m’offre son temps.
Au-dessus de ma tête, le vol des oiseaux. Ils se laissent glisser sur le vent, gravissent les airs, piquent la surface des flots puis écartent leurs ailes.
Mon visage goûte le sel. Ça pique. Ça chauffe. Ça fait mes joues rouges et rondes, mes lèvres sèches.
Je délie la plante de mes pieds, je ralentis le déroulé de ma marche. Je m’arrête, au bord de la falaise ; pas trop près, juste là où je suis bien. Je tourne mes yeux à l’envers pour mieux m’imprégner des odeurs mêlées d’humus et de racines.
Le ciel est un mélange de gris, un couvercle qui me protège. Les nuages prennent les rondeurs propres à la laine des moutons ; ils portent robes de bure, sabots charbon.
Parfois aussi, un chien passe. Il croise mon chemin, il file devant, revient derrière. Comme ça. Il vient là, mais pas trop.
Fin de la balade. Les joues en feu, je retourne au village. J’ouvre la porte du vieux bistrot. Je m’installe dans un coin, là où il y a des photos à l’ancienne.
Ma tasse fume. Mon écharpe s’alanguit sur le dossier de ma chaise. Mon manteau se repose sur la patère.
Le chocolat est une petite mer avec de l’écume qui s’arrête sur mes lèvres.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une balade qui a permis de prendre toutes les beautés sauvages et rocailleuses de la terre .
·
Image de Véronique Pédréro
Véronique Pédréro · il y a
Ginette,
Ce texte est né lors d'un atelier d'écriture avec l'écrivaine Chloé Delaume. Avec comme consigne de convoquer le rêve dans lequel on souhaitait être.

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème