Aphrodite

il y a
2 min
178
lectures
102
Qualifié

Grand lecteur, littérateur à ses heures gagnées… Poésie, court-métrage, expressions des sentiments sincères… l'amour quoi  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
La petite fille fut littéralement aspirée par le vide sidéral de l’exposition du Département des Antiquités. Des plafonds tournés vers l’infini, une succession de salles aux dimensions surhumaines et aux perspectives ouvertes sur des distances incommensurables. Tout cela dans un froid glacial comme si le marbre et les stucs ne se conservent qu’à des températures polaires. Passé cette première impression de la découverte de l’immensité architecturale, la gamine s’autorise quelques courses entre les socles et les piédestaux sur lesquels reposent colosses, athlètes, dieux, déesses et autres représentations de héros antiques. Des jeux enfantins sous le regard amusé et débonnaire d’un gardien de musée.
Du haut de ses cinq ans, elle ne peut accéder aux vitrines d’expositions des figurines en terre cuite ou des céramiques peintes. Le musée n’est alors pour elle que la représentation de nus dans des postures qui permettent la mise en valeur des muscles et du galbe des corps.
Devant un Hercule en plâtre qui a perdu son prépuce et dont il ne reste que les bourses :
– Papa, pourquoi le zizi du monsieur il est coupé ?
– Il n’est pas coupé. Il est cassé. C’est une statue et son zizi a été cassé.
Devant une allégorie féminine dans un drapé transparent mais sans tête ni bras :
– Pourquoi la madame elle a plus sa tête et qu’elle a pas de bras ?
– C’est une aussi une statue très ancienne. Peut-être que les archéologues l’ont trouvée comme cela dans la terre et que peut-être elle a été cassée lors du pillage d’une cité.
La fillette se mit à tournoyer autour des figurations de demi-dieux. L’un livrait bataille a un serpent gigantesque, un autre combattait une créature sortie du fond des mers tandis qu’un éphèbe, dont la tension des muscles fessiers le remplissait de tout son orgueil, tendait un bras en direction de l’inconnu.
– Papa, pourquoi on voit leurs fesses, leurs zizis et la nénette des madames ?
– C’est des statues grecques. Les Grecs, dans l’ancien temps, aimaient représenter les dieux et les déesses avec de belles statues. Ils en mettaient partout pour décorer leurs jardins, les temples et les maisons.
La curiosité de l’enfant se tarit lorsque sa sensibilité se trouva submergée par l’émotion se dégageant d’un bronze. Un guerrier casqué, le corps à moitié recouvert d’une peau de bête, maîtrisait d’une main un cerf en le tenant fermement par les bois tandis que de son autre main il lui plantait son couteau dans le cou. L’animal agonisait en laissant pendre sa langue. Un chien hargneux se jetait sur lui pour le mordre au cuissot.
Mathilde, plongée dans la pénombre de la chambre et absorbée par la contemplation de son corps mutilé dans le reflet de la psyché, n’entendit pas sa petite fille de retour du musée. Elle eut juste le temps de se retourner dans l’espoir de trouver un linge afin de masquer sa mastectomie. La porte s’ouvrit à toute volée sur la joie de l’enfant contente de retrouver son foyer. La fillette aperçut le corps de sa mère. Mathilde n’arrivait plus à penser. Tout se brouillait dans son esprit. Elle ne pouvait plus mentir sur le retour de l’hôpital. Tout n’allait pas bien et le quotidien n’était pas rentré dans l’ordre. Son souci de santé n’était pas qu’un souvenir. Le jour d’après l’opération, une partie d’elle-même a été sacrifiée pour poursuivre la vie et préserver le devenir de sa famille. Son désarroi n’eut pas le temps de s’éterniser. Candide, sa fille rompit le silence :
– Oh ! Toi aussi, maman, tu es une déesse grecque.
102

Un petit mot pour l'auteur ? 59 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Thara
Thara · il y a
Une tragédie à la grecque...
Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Rien n'a changé depuis sous le soleil, juste la forme.
Image de Gaby S
Gaby S · il y a
Bravo Fabrice ! Il y a tout ce que j'aime dans votre texte : poésie, fantaisie gravité et regard aigu de l'enfance...
Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Merci d'avoir pointer les intentions contenues dans ce texte.
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
De la souffrance, de l'indécision et puis cette phrase jetée à toute volée par la petite fille, sa maman est une déesse! Mes cinq voix,Fabrice,je vous invite sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-jour-dapres-25
Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Merci pour elle ;)
Image de Kasha De Zéli
Kasha De Zéli · il y a
Belle chute. Je me demandais où toute cette antiquité allais nous mener. Fort heureusement, pas vers la tragédie. Une jolie perspective avec un regard enfantin plein d'espoir. J'ai beaucoup apprécié votre plume.
Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Nous pouvons remercier le regard des enfants en sachant que nous avons aussi été des enfants.
Image de Mickaël Gasnier
Mickaël Gasnier · il y a
" Nous sommes nés dans l'innocence, nous mourons dans l'ignorance "...
Et au centre il y a l'insouciance de Candide qui sublime sa mère !
Mes 5 voix pour ce magnifique récit.

Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Merci pour ce commentaire touchant par sa forme.
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Une belle chute. Une belle histoire qui nous plonge dans l'art grec.
Une invitation à venir découvrir et peut-être soutenir le combat de Marthe face à ce cancer du sein.
Triste est la vie. Mes 4 voix.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lintrepide-marthe

Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Merci pour votre avis et votre invitation.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
C'est un regard qui nous fait vivre , c'est un mot qui nous fait survivre .
Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Merci pour cette devise.
Image de Guil GDéon
Guil GDéon · il y a
Bien vu, cette visite à hauteur d'enfant,
heureusement qu'elle ne s'est pas arrêté devant ces immenses peintures mythologiques saturées de cadavres et de corps blessés. La chute n'aurais pas été aussi belle ! mes voix

Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Comme quoi, c'est le regard que nous portons sur les choses qui serait plus important que les choses elles-mêmes. Merci.
Image de Sabrina Guerreiro
Sabrina Guerreiro · il y a
On ne peut que donner raison à cet enfant !!! Mes voix !
Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Merci. Apparemment, il n'y a pas d'âge de raison.
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Très fin, émotion toute en retenue. Les enfants savent ce qu’ on ne leur dit pas.
Image de Fabrice JUERY
Fabrice JUERY · il y a
Et il paraît que nous avons été des enfants...