2
min

Analyse

Image de Almuneda

Almuneda

40 lectures

42

L’assassin se réveille, ouvre les yeux.
La brume brouille ses sens.
Les objets familiers ont disparu.
Il pourrait se croire au bord de l’étang où il pêchait l’anguille avec son père, longtemps auparavant.
La brume l’enlace, l’enveloppe.
Il flotte avec elle.
La brume noie aussi ses émotions, voile ses colères, dissipe sa violence.
Non, il ne voit plus ni lumière ni gouffre. La chambre a l’allure d’un ciel délabré.
La scie à métaux, avec sa lame dentelée, vagabonde sans poids. En fixant son empreinte, il lui semble qu’elle se dissout peu à peu.
Les jolies menottes ornées de cuivre se balancent en cliquetant. Le long fouet se balance dans le vide.
Le chapeau de maman devient un globe bleu où ondulent les fleurs qui se transforment en d’infimes grumeaux, il les observe jusqu’à complète dissipation.
L’assassin tangue.
La brume efface lentement les éclaboussures écarlates du corps. Aucune douleur n’étreint plus la carcasse pâle.

Les filaments de liens s’effilent. Dissolution gracieuse, aérienne, blafarde.


Il attend.
Il attend la voix, celle qui ordonne. Ce n’est pas elle qui vient, c’est la brume elle-même qui commence à parler. Le timbre voilé, caressant, de sa langue vibre dans l’atmosphère douce et paisible.
Il se dit qu’il ne pourra jamais imiter la prononciation étrange de l’intruse.
Il sait qu’elle vient de loin, d’un autre espace. Il l’écoute, ne peut répondre. Il pense que toutes les lettres ne peuvent être nommées eut égard à la configuration de son palais. Il regrette d’être totalement ignorant des mœurs et coutumes de ces Aliens vaporeux, à l’alphabet imprononçable.
Maintenant ses mains sont glacées.
Il sent un souffle, on examine attentivement sa peau sur toute la surface. Tout en se laissant faire docilement, il réalise qu’il est en train d’être nettoyé. On le racle, on le récure. On gratte un minuscule morceau d’épiderme sous son aisselle, qu’on enfouit dans un morceau de plastique dont il perçoit le bruissement familier.
Il se laisse bercer par un babillage constant et régulier. Puis des grappes d’organismes lumineux diffusent une clarté qui s’intensifie, percent la brume, la transforment en atmosphère orangée.
Le temps semble aller à la dérive.
Une aiguille rampe dans ses veines.
Un corps étranger explore les méandres de son cerveau.
Soudain les mots ont un sens, une voix singulière et cristalline traduit :
« Espèce : humain.
Peu résistante.
Violente.
Langue venimeuse. Morsure possiblement mortelle.
Faible sociabilité.
Échantillon complet.
Prélèvements collectés dans des conditions sanitaires et techniques optimales.
Le résultat, obtenu par la méthode de datation par RPE devrait être confirmé depuis la planète source, les mêmes échantillons biologiques devant être analysés par la méthode de thermoluminescence mise en œuvre au Centre Des Ensembles de Corps Célestes(CDECC).
A ne pas protéger, devrait s’éteindre rapidement. »


La voix s’éteint.

Les créatures coupent la ouate épaisse de la toile vaporeuse, filent.
La brume disparue, les émotions, à nouveau, le submergent, ses colères s’enflamment, sa violence grandit.

Les sirènes, tout près, hurlent.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
42

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un angle original qui ne laisse pas indifférent. Mes votes. Peut-être aimerez vous "L'héroïne" "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Josette Salgas
Josette Salgas · il y a
très belle écriture.
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Josette Salgas
Josette Salgas · il y a
dépaysement assuré. Et pourtant quelque chose de notre monde transparait derrière la brume.il faut être à l'écoute.
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition ; http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Fort original et porteur d'un regard critique sur notre monde . J'ai apprécié ce récit.
·