3
min

Amours vaines

61 lectures

80

  1. Rencontre de son point de vue à elle

C'est maintenant ou jamais. C’était écrit dans mon horoscope !

Il faut que je me jette à l’eau.

Mes pieds, dont le bleu pastel vernis sur mes ongles contraste avec l’or fin du sable, foulent allègrement la plage.

Il est là bas. Tout occupé qu'il est à faire courir son chien dans les vagues.

Une grosse bouffée de désir m'envahit, et je m'exhorte au calme.

Je repense à la petite phrase de mon horoscope : allez à l'abordage de l'amour !

Je vérifie, d'une main discrète, que mon maillot de bain est bien ajusté. Pas question d'en montrer trop ! Et bien que ça déborde un peu ( comment résister aux petits pains au chocolat ou aux fast food ?) Je veille à ce que tout reste bien en place.

Le cri d'une mouette parfait ce tableau idyllique de la rencontre entre un homme et une femme.

J’essuie distraitement une fiente qui s’est injustement déposée sur mon épaule.

Heureusement, ma peau luit grâce à l’huile de monoï. Elle l’envoûtera !

Mon regard est braqué sur lui. Cela fait plusieurs semaines que nous nous croisons sur cette plage. Lui joue avec son chien, moi je cours pour éliminer mes excès de la veille.

Mon attention étant focalisée sur lui, je marche par mégarde sur un couteau, ce long coquillage affûté déchire la chair tendre de mon pied.

Aucun son ne sort de ma bouche, dont j'ai soigneusement peint les lèvres d'un rouge cerise.

J'essaie de ne pas claudiquer mais la douleur est bien là. Heureusement, il n’est plus bien loin mon Apollon.

Je me ragaillardie à la pensée de notre future histoire d'amour.

Les petites vagues nous lécherons les orteils alors qu'il entamera la discussion tout en me dévorant des yeux. Bien entendu, nous finirions par repartir ensemble vers notre destin. Peut-être me tiendra-t'il la main timidement ?

Toutes à mes pensées je n'ai pas vu qu'il avait lancé son frisbee dans ma direction et son chien entre en collision avec moi. Me voilà donc à quatre pattes sur le sable après un joli roulé boulé que le sable a tout de même amorti.

Je peste contre cet incident mais il accourt vers moi et semble tellement désolé.

Son regard est entièrement fixé vers moi et l’instant aurait pu être magique si son chien ne s’était pas mis à me lécher les pieds bruyamment. Il semble apprécier le monoï.

Je le laisse se confondre en excuses. Je lui adresse mon sourire le plus séducteur. Il semble désorienté mais me tend la main pour me remettre sur pied.

Pourquoi ai-je mis tant de monoï sur moi ? Ma main glisse dans la sienne et je retombe, cette fois ci sur mes fesses. Son chien en profite pour me passer un grand coup de langue sur le visage. Il le rappelle vers lui fermement. J'en profite pour me relever.

À cet instant des enfants accourent avec force et cris dans l’eau. Il les regarde en souriant mais me demande timidement mon prénom. Je m’apprête à lui répondre, quand je reçois brusquement un seau d'eau glacée qu'un des gamins était allé remplir, dans mon dos.

Je suis saisie mais lui éclate de rire. Malgré moi je l'imite. Après tout, c'est une entrée en matière comme une autre.

Je sens qu’il me dévore du regard. Je le sens bien !

 

  1. Rencontre de son point de vue à lui

Il est bien, en ce matin, à la fraîche avec Vulcain. Il dort mal et ces petits jeux au bord de mer avec son chien l’apaisent.

Il sait que, l’été terminé, s'en est fini de l’insouciance et il commencera pleinement sa vie d’adulte avec les responsabilités et les soucis qui en découlent.

Ah zut ! Il peste intérieurement.

Voilà que la fille est réapparue ! Depuis qu'il s’est retiré sur ce bungalow du bord de mer il l'a constamment croisée. Au départ, il a cru à une coïncidence mais par la suite il a commencé à s’inquiéter.

Elle lui fait peur, il doit se l'avouer.

Il se dégage d'elle une drôle d'aura. C'est la première fois que quelqu’un lui fait cette impression. Ça le met mal à l'aise.

Elle n’est ni jolie ni laide. Mais sa démarche est bizarre.

D’ordinaire elle se contente de le dévorer des yeux sans oser l'affronter directement. Ça l’arrangeait bien. Mais là elle fonce ( il devrait plutôt dire boitille à la matière d'un capitaine unijambiste) droit vers lui. Il lance le frisbee à Vulcain mais surveille sa progression du coin de l’œil. Il note, en grimaçant, qu'une mouette a déféqué sur son épaule.

Au moment où il relance le jouet elle dévie de sa trajectoire et même si le frisbee la frôle, Vulcain la percute.

Quelle poisse !

Bien entendu elle tombe avec une lourdeur inouïe. Son rembourrage lui permet de ne pas vraiment se blesser mais il sait qu'il est de son devoir de l'aider à se relever.

Elle lui adresse un sourire engageant mais elle a du rouge à lèvres plein les dents, la pauvrette !

Quand il lui tend la main il a l'impression que ses seins vont jaillir du minuscule bikini dans lequel ils sont engoncés.

Et comme si ça ne suffisait pas sa main à elle, huileuse ( il essaie de chasser la pensée qu'il a d'elle en train de manger des frites avec les doigts) glisse dans la sienne et elle retombe.

Il est au bord de l'écœurement.

Vulcain, quant à lui, la trouve à son goût et lui lèche la figure.

Il voudrait se sauver à toutes jambes mais sa bonne éducation le lui interdit et il se retrouve à lui demander poliment son prénom pendant qu'elle se relève.

Sa réponse est couverte par le bruit d'une horde d'enfants qui court vers les vagues. L'un d'eux arrose la fille.

Il est heureux de cette diversion et éclate de rire. Elle interprète ça autrement.

Il aimerait se sauver vite de cette plage ! Car non, vraiment, cette fille il ne la sent pas du tout !

 

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
80

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Mes 5 voix pour ce super texte! Bravo!

Je vous invite également à soutenir ma peinture: https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/dumbledores-tattoo-1

·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Une histoire en miroir : excellente idée...
C'est hyper drôle, et effectivement, chacun interprète sa vision de l'autre ;-)
Bravo

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre exquise et très amusante qui nous laisse
sur notre faim, Sabrina ! Mes voix ! Une invitation à venir
découvrir “Didi et Titi” qui est en lice pour le Prix Faites Sourire
Catégorie Jeunesse 2018. Bonne lecture et merci d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/didi-et-titi

·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
S il fallait me faire sourire vous avez reussi. Très drôle les deux points de vue radicalement differents...et bien écrit.
Merci pour ce moment...
Mes voix pour vous.
Sans obligation et si vous le désirez je vous invite à découvrir mon tout dernier texte en compétition :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/un-train-denfer
Tres amicalement.

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ne pas se fier aux horoscopes, non jamais, pas de chance pour cette fille. Mais votre TTC quant à lui est très amusant et nous laisse le sourire.
C'est avec plaisir que je vous soutiens. Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à venir me découvrir, je concours dans la catégorie faites sourire jeunesse https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/souquez-souquez-egypte-en-vue Merci d'avance, bonne chance, au plaisir Sabrina !

·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Très drôle ! Bravo.
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Deux points de vue et deux non-dits qui vont figer le destin de chacun ! A nous de trouver la chute !
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Amusant.
·
Image de Michele Rizzardi
Michele Rizzardi · il y a
Pas de veine pour cette fille aux amours vaines...elle se consolera en buvant un verre de vin...et ce ne sera pas en vain ! Tous mes votes pour vous !
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Tellement fréquent. Il manque une conclusion. Je suppose que c'est volontaire. A+ https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/terre-creuse-retour-mer-1
·
Image de Sabrina Guerreiro
Sabrina Guerreiro · il y a
Pourquoi conclure quand c'est vain?
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Le bateau avait beau tanguer dangereusement, Minouche tenait bon. Elle était fait d'un bois résistant et n'avait pas l'habitude de se plaindre. Dans sa famille, on ...