2
min

Amour tendre, tendre amour

Image de Louis Michaud

Louis Michaud

2 lectures

0

Mon ami était installé misérablement devant moi. Finissant le fond d’un verre de bière tiède sous lequel le bock de papier avait été déchiré au rythme de ses soubresauts, ses larmes nettoyaient ses dernières illusions. C’était fini. 9 ans de relation, 2 enfants, une maison. Las, ces anciens projets se muaient maintenant en cruels arguments devant l’avocate chargée d’arbitrer l’inconsolable.

Il n’était pas le seul à pleurer. Ses larmes furent aussi les miennes. Non par compassion, c’était malheureusement prévisible, mais par cette cruelle confirmation : l’amour est bien un absolu qui prend tout ou qui perd tout. Les sentiments qui l’accompagnent, la compassion, la tendresse, lui sont antipathiques. Parfois, les constructions sociales ou l’habitude laissent à penser que l’amour supporte l’outrage qui lui est fait, mais rapidement l’illusion se dissipe. L’amour ne veut pas être confondu avec de la tendresse.

- « Elle ne m’a jamais plu vraiment. Jamais, quand je l’ai vu pour la première fois, je n’aurai pu m’imaginer davantage qu’une rencontre un peu plus qu’amical. Même au début de notre relation, j’étais assez réticent.

- « Mais pourquoi alors es - tu resté avec elle ? »

- « Que veux -tu, j’avais besoin d’affection et de tendresse. Rapidement, l’habitude de son corps, de sa présence, faisaient partie de ma vie. Je ne les questionnai plus. Tu sais, en retranchant les journées de travail et les fins de semaine, je ne la confrontais que 2 mois cumulés sur toute l’année. Sur cette petite période, les souvenirs s’accumulaient facilement : côtes amalfitaines, plages indiennes. Tout concordait à me faire oublier cette désaffection initiale. »

- « Mais étais-tu heureux ? »

- « Oui, je l’étais. Notre couple correspondait à l’image que je m’étais fomenté de l’idéal : tendre et sans aléa. Mais peu à peu, une sourde insatisfaction s’élevait. J’avais besoin de passion. Au cours d’un séminaire d’entreprise, cette stagiaire me regarda avec insistance. Ivre, j’ai couché avec. Ma femme l’a appris et demanda le divorce. J’ai vraiment été con. »

En effet mon ami tu as été très con. Non pas pour cette stagiaire dont l’histoire facile ne laissera aucune trace, mais parce que tu as confondu le tendre amour et l’amour tendre.

Le tendre amour, c’est ce que tu as vécu. A 25 ans, fatigué de ta liberté, tu as cessé d’être ce carnassier sexuel auquel chaque homme aspire. Heureux de déposer les armes devant cet échec inévitable, tu as succombé au désir bourgeois : être tranquille. Ton rêve médiocre d’une vie stable se dissimulait encore bien sous les traits joyeux de ton jeune visage. Tu réussis par là à attirer une femme. Cet amour eut les contours de la joie. Voyages, soirées entre amis, discussions approfondies sur le sens de la vie. Tout fut fait pour enrober d’amour la banale origine de votre liaison : le besoin d’affection.

Mais mon ami, votre relation n’était qu’un vulgaire égoïsme qui se reposait sous l’apparence de l’amour. Elle méritait cette liquidation.

L’amour n’est jamais ce compromis tiède d’une tendresse qui se couvre peu à peu de souvenir. C’est une détonation. Une affinité élective dont le suffrage nous échappe. D’emblée, l’être élu nous plaît et nous promet à l’idéal. Peut - être ne la posséderons nous pas aussi soudainement que notre cœur le souhaiterait, mais la plaie est là ; béante. Ceci est le véritable amour.

Il suffira alors d’un peu, pourvu que cela soit réciproque, pour que cette élection se réalise. Voilà l’amour - tendre. Un amour dans lequel l’autre n’est pas un objet de compromis mais un être pleinement désiré. Bien entendu, l’amour - tendre n’est ni un chemin exempté de doute, ni une caricature assagie de la passion ; c’est une exigence. Une exigence où la tendresse est un repos et non plus une source.

Cette nuance n’a pas vocation à être populaire. Cracher à ces couples nombreux la médiocrité de leur amour est une tâche impossible. Pourtant, elle me semble évidente et nécessaire. Alors toi, mon ami : amour tendre ou tendre amour ?
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,