Amnésie Mortelle

il y a
3 min
344
lectures
52
Finaliste
Public
Image de 2014

Thème

Image de Micro-nouvelles
- Avez-vous dans votre valise des animaux morts ou vivants ?
C’est avec le sourire qu’Andrew se soumit aux questions tordues de la douane New-yorkaise. Il venait d’atterrir à l’aéroport international John Kennedy pour un séjour de deux semaines à « The big Apple ». Après avoir récupéré sa valise, il marcha sans trop s’en rendre compte vers la sortie du gigantesque bâtiment, absorbé par ses pensées. Il avait du mal à réaliser sa présence dans la ville américaine, tant les circonstances qui l’avait occasionnée étaient extraordinaires. Trois jours auparavant, il avait reçu une lettre d’un journal lui annonçant qu’il était le grand gagnant d’un voyage à New York. Le lendemain il obtenait un visa pour son séjour. Problème : il n’avait jamais participé au moindre concours ni fait les démarches nécessaires pour avoir un permis de séjour. Ou du moins il ne s’en souvenait pas. Encore sa fichue amnésie qui lui jouait des tours. «  Celui-là au moins n’était pas désagréable » pensa-t-il en montant dans un de ses «  Yellow cab » qui fourmillaient à l’entrée de l’aéroport. Cela faisait maintenant treize ans que ses souvenirs jouaient à cache-cache dans sa tête. Pragmatique, il avait fini par accepter sans surprise les imprévus, ayant pour tout pense-bête son nom tatoué sur l’avant bras droit.
- Où désirez-vous aller mister ?
- I don’t know. répondit sincèrement Andrew sans réaliser qu’il était assis dans le taxi depuis cinq bonnes minutes.
Surpris le Taxi-driver suggéra :
- Central park maybe?
- Why not ?
De plus en plus étonné le chauffeur se mit en route, regrettant seulement de ne pas avoir proposé une destination plus lointaine. Andrew quant à lui observait la ville qui défilait sous ses yeux. Il n’avait pas la moindre idée de l’endroit où il allait dormir ni de ce qu’il allait bien pouvoir faire à Central Park mais espérait seulement se souvenir de tout son périple.
Après un trajet dont il estimait la durée entre dix minutes et une heure et demie, Andrew descendit du taxi sans se rendre compte qu’il avait été déposé en face de la Statue de la Liberté augmentant le coût de la course de quatre dollars quarante-six cents.
Après avoir contemplé un instant l’énorme statue au loin en se demandant en quoi elle ressemblait à un parc, le jeune Français, qui ne ressentait en aucun cas la fatigue du voyage ou du moins oubliait de la ressentir, déambula dans la forêt de béton. Ses pas le portèrent devant deux énormes gratte-ciels, bizarrement entourés de dalles de marbre surélevées et ornées d’inscription.
Intrigué, il passa la sécurité qui en protégeait l’accès et interrogea une femme en uniforme :
- Excusez-moi, où sommes-nous ?
En lui lançant le même regard à la fois surpris et méfiant que tous ceux auxquels il s’adressait, elle répondit :
- Vous êtes a Ground Zero ici mister.
- C’est le nom des deux tours ? demanda t-il encore en se disant que décidément, les monuments New-yorkais était étrangement nommés.
- De quelles tours voulez-vous parlez ? répliqua la jeune femme, méfiante.
Décidant que cette conversation ne le mènerait nulle part, Andrew haussa les épaules et s’approcha des tablettes de marbres. Il lu les noms qui y étaient gravés sans comprendre ce qu’ils signifiaient. Soudain, un de ces noms attira son attention sans qu’il sache pourquoi.
«  Andrew Carter »
Il regarda son avant-bras droit.
Andrew Carter
Pourquoi son nom était-il gravé ici ?
Il pourrait très bien s’agir de quelqu’un d’autre mais il avait le sentiment que c’était bien de lui dont il s’agissait. Le jeune homme regarda l’immense tour qui se dressait à quelque centimètres de lui, jeta un œil autour de lui. Il semblait être le seul à la remarquer. Il longea l’édifice dans l’espoir d’en trouver l’entrée mais il était, tel une bague entourant un doigt, entièrement cerclé par les tablettes de marbres. «  ça n’a pas de sens » pensa-il en voyant le haut d’une porte dépassant de l’anneau de pierre. Brusquement, comme dirigé par une inspiration divine, il grimpa avec peine sur le plateau, entrouvrit la porte et se glissa dans l’ouverture ainsi créée, sans entendre les cris stupéfaits puis indignés des autres touristes.
Andrew s’étala face contre terre sur le sol de la tour. Il se releva avec peine et regarda émerveillé le monde dans lequel il venait de se projeter. Autour de lui, s’agitaient des hommes en costumes et des femmes en tailleurs aussi empressés et organisés que des abeilles dans une ruche.
Soudain, il entendit une explosion suivie de hurlements paniqués. La tour se mit à trembler. Sans qu’il sut pourquoi, Andrew se précipita dans les escaliers qu’il se mit à gravir quatre à quatre. Des dizaines de personnes se précipitèrent sur lui, comme si leurs vies dépendaient de leur capacité à descendre rapidement les escaliers.
Puis ce fut le noir. Et brusquement, il se souvint de tout. Pourquoi il était devenu amnésique, il y a treize ans, en 2001, pourquoi il avait toujours le sentiment d’être, où qu’il aille, un intrus.
Il sourit, il était à sa place.

52
52

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Julie Cedo
Julie Cedo · il y a
J'aime beaucoup l'idée. Il fallait y penser. +1
Image de Elodie Torrente
Elodie Torrente · il y a
Très sympa la tournure originale de votre micro-nouvelle.+1
Image de AKar le rouge
AKar le rouge · il y a
C'est très sympa.
Cette histoire aurais pu faire un bon épisode de "la quatrième dimensions" ! et dieux sais que j'aime cette série !
Bonne chance Raven !

Image de Raven
Raven · il y a
Oui pourquoi pas, un peu court mais bon ;-)
Merci en tout cas !