2
min

Âmes animales

Image de Ted

Ted

50 lectures

11

Cette promenade ne diffère pas des promenades précédentes. Mars promène son maitre comme tous les soirs. Les poteaux et les arbres répertoriés sont soigneusement reniflés. Les mêmes chiens et les mêmes chiennes sont passés par-là dans la journée et leurs messages olfactifs abondent. Quelques poubelles déplacées donnent parfois un caractère aléatoire aux reniflements.
Jacques a prénommé son chien après l’avoir trouvé assis à proximité d’une baraque à frites au mois de mars. Aux alentours de Lille, les baraques à frites sont des lieux privilégiés où l’on fait la queue plus d’une demi-heure pour une saucisse et une pomme de terre frite coupée en quartiers. Mars attendait assis le regard plein d’espoir en attendant qu’un client bien servi tourne les talons. Chaque nouveau client devenait l’énième espoir renaissant. Jacques l’avait observé une demi-heure durant. Ce jour-là : il avait commandé deux saucisses et une portion de frites.
Le berger des Pyrénées avait mâché la saucisse tendue sans la regarder. Il ne regardait que Jacques. Ce dernier avait ouvert sa voiture et le chien s’était installé sur la banquette arrière. Rien d’anormal à ce geste : il s’agissait d’une rencontre comme il en existe chaque jour dans la vie. Deux âmes s’étaient rencontrées.
Un chien de race demande des soins et Mars en manquait. Une bête chétive aux poils noués, aux hanches saillantes et à la queue tombante n’a vraiment rien d’attirant. Aujourd’hui il est attirant. Jacques l’a pris en charge depuis quelques années. Les séances de toilettage ont fait de lui un chien magnifique bien plus beau que son maître (trop timide et trop mal habillé pour plaire).
La balade journalière s’est arrêtée brusquement le mois dernier. Mars venait de marquer l’arrêt devant une allée (il la croisait pourtant chaque jour depuis plusieurs années sans s’arrêter). Ce jour-là, il avait vu cette jument blanche l’observer fixement derrière les barreaux d’un portail rouillé (elle ne s’était jamais montrée). L’allée menant au portail semblait libre de passage mais le doute avait poussé Jacques à retenir son chien. La jument était restée là dix bonnes minutes observant une âme à l’arrêt. Jacques avait mis fin à la rencontre en tirant sur la laisse.
Les jours suivants, aucun poteau, aucun arbre et aucune poubelle ne furent reniflés. Du pas de la porte jusqu’à cette allée, la quête d’odeurs du canin ne cherchait plus que l’odeur de la jument. Elle répondait sans faille aux rendez-vous depuis leur première rencontre. Jacques finit par trouver normal de franchir le pas. Il ajouta à la balade journalière les dizaines de mètres de cette impasse qui ne semblait pas interdite.
Le chien et la jument purent se parler à travers le portail. Pattes de chien et jambes de jument s’entremêlèrent à travers les barreaux. Les reniflements et les hennissements se succédèrent. Deux âmes animales s’étaient trouvées.
Ces promenades étaient devenues synonymes de rencontres jusqu’à ce que la propriétaire des lieux se montre :
— Que faites-vous dans mon allée ? C’est une propriété privée !
Jacques : « Veuillez m’excuser mademoiselle... je passe devant cette allée depuis des années avec mon chien... mais depuis quelques jours il marque l’arrêt à la vue de votre cheval ».
— C’est une jument... pas un cheval ! Quel est son nom ?
— Son nom ? Vous pensez sincèrement qu’elle me l’a donné ?
— Je parle de votre berger des Pyrénées ! Quel est son nom ?
— Mars. Je l’ai trouvé devant une baraque à frites en mars il y a quelques années... c’est pour ça...
— Mars ? C’est joli comme nom. Il est magnifique ce chien ! Vous avez des chevaux ?
— J’aimerais bien... mais non... comment s’appelle votre jument ?
— Clarisse ! C’était le prénom de ma grand-mère... c’est pour ça...
— Ah... c’est joli aussi...
— Entrez !
— Quoi ?
— Entrez je vous dis ! Ma jument n’attend que ça ! Je ne l’ai jamais vue aussi heureuse qu’en compagnie de votre chien ! Vous êtes célibataire ?
— Euh... oui ! Pourquoi ?
— Clarisse et Mars semblent s’être trouvés... je m’appelle Mathilde et vous ?
—Jacques... pour vous servir...
Jacques a tout revendu pour rejoindre Mathilde. Mars et Clarisse gambadent autour de Christophe et de jade (les enfants de Jacques et de Mathilde).
Deux âmes humaines vivent un bonheur inespéré grâce à deux âmes animales.
Mars et Clarisse n’existent que pour eux.
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Ah la bonne et belle histoire qui fait du bien !
·
Image de Poiloche
Poiloche · il y a
Sans prétention mais écrit avec le coeur et ça, ça vaut tous les votes...
·
Image de Proton40
Proton40 · il y a
Une belle histoire où les animaux permettent aux hommes de se rencontrer...
·
Image de Ted
Ted · il y a
C'est le mot que je voulais mettre en avant... le mot "rencontre"
Merci Proton40

·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
c'est beau
·
Image de Ted
Ted · il y a
Ah ben oui ! Quand on parle d'animaux c'est tout de suite beau ;)
Merci Brocéliande.

·
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
elle est jolie cette histoire, elle lie les hommes aux animaux, comme un trait d'union invisible mais aussi puissant qu'il peut l'être par la magie d'une rencontre.
·
Image de Ted
Ted · il y a
Je l'ai écrite après avoir promené mon chien. Il s'était arrêté net devant une allée menant à un portail au travers du quel un cheval blanc le regardait.
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Encore la première ;-). Mignon ce texte ! Refusé aussi ?
·
Image de Ted
Ted · il y a
Oui ;)
Je viens de recevoir ton MP. Je m'en vais le lire.

·