Amal

il y a
3 min
239
lectures
126
Finaliste
Sélection Jury
Image de 2020

Thème

Image de Très très court
Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux. Je m’accroupis mais peine à trouver l’équilibre tant le dernier choc fut violent.
J’ai pris pour habitude, à chaque bombardement, de croiser mes bras autour de mon ventre. Je veux protéger mon bébé, je ne veux pas qu’il ait peur des bruits qui retentissent tous les jours à Idleb. Alors, tentant de les couvrir, je lui parle, le rassure, lui chante des berceuses et je sais qu’il m’entend. Plutôt « elle » car je suis convaincue au plus profond de mon être que j’attends une fille. Je veux l’appeler « Amal » car c’est mon espoir, mon espoir au milieu de ce chaos. J’imagine déjà ses premiers rires résonner sous la tente que Issam, mon mari, a construit lors de notre arrivée ici dans ce camp de réfugiés. Je lui chuchote notre histoire...

Il y a douze ans, quand nous nous sommes mariés avec ton père, nous étions si heureux de débuter cette nouvelle vie. Nous nous sommes installés à Sakhour, un modeste quartier d’Alep et nous habitions un minuscule appartement.
Mais en 2012, après les premiers bombardements d'Alep, nous avons été contraints de fuir, fuir pour ne pas mourir. Après des milliers de kilomètres et plusieurs camps de réfugiés, nous sommes arrivés ici à Idleb.

Depuis huit ans, notre quotidien n’est que violence, sang et misère.
N’est-ce pas insensé de te mettre au monde dans de pareilles conditions ? Amal, tu n’as pas mérité cela, tu n’as rien demandé. N’est-ce pas criminel de t’accueillir dans un monde où l’humanité n'est qu'une illusion ? Oui, je me le demande bien : où est passée l’humanité ? Tous les yeux du Monde sont braqués sur nous sans que les bombes ne cessent pour autant. Des gens meurent chaque jour dans l’indifférence la plus totale. Nos vies ne valent-elles à ce point plus rien ? Ne sommes-nous que des statistiques dont ils parlent dans les médias internationaux avec de faux airs de pitié ? Mais ont-ils déjà pensé aux milliers de vies perdues derrière ces chiffres ? À ces pères, ces mères, ces enfants, ces maris, morts pour rien, au nom de qui ? Au nom de quoi ? Au nom d’une guerre d’égos.
Ils se font la guerre en sacrifiant nos vies car ils ont le pouvoir et les armes et nous n’avons rien, rien à part l’espoir et la foi en Dieu. L’humanité s’est envolée.
Le sang coule abondamment en Syrie et le Monde s’en est accommodé. Nous, on ne s’habituera pas à l’absence de nos êtres chers. Qui peut s’habituer aux bruits des bombardements, au froid et à la faim ? Qui peut s’habituer à dormir tous les jours la peur au ventre et le ventre vide ? Les plus chanceux ont pu quitter le pays mais les autres ?

Ma chère Amal, pardonne moi de ne pouvoir t’offrir que cette vie à Idleb et mon amour. Cette survie plutôt, car ici, nous ne vivons pas, nous survivons. Nous survivions avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête en priant tous les jours que ce ne soit pas notre dernier. Nous survivons en voyant le sang de nos proches morts asséché par terre mais ne dit-on pas que l’amour maternel peut tout combler ?

Tu feras tes premiers pas au milieu des débris, tu prononceras tes premiers mots entre deux bombardements mais tu riras. Je te promets que tu riras aux éclats. Ton rire sera un hymne à l’espoir. Mais vivrais-je assez longtemps pour te voir marcher, parler et rire ?
Tu découvriras le monde à travers le prisme de la violence mais ton âme sera pacifique, tu feras face à la haine aveugle mais tu ne seras habitée que par l’amour, les gens autour de toi pleureront mais toi, tu riras. Surtout, tu n’auras pas peur, tu affronteras cette vie avec courage et espoir et tu feras entendre ta voix.

J’entends Hana, habitant la tente à côté, pousser un hurlement de douleur «Ibrahim !!!!!!». Ibrahim c’est son mari. C’était son mari.
Amal, ne t’inquiète pas, Maman est là et tu ne dois pas avoir peur, tout ira bien. Tu vas naître très bientôt, tu grandiras, tu riras, tu joueras et tu iras à l’école.
Je continue de caresser mon ventre en sanglots. Amal, ton père est parti exactement comme Ibrahim, il y a deux semaines. Il était pourtant si heureux à l’idée de te tenir dans ses bras et t’attendais impatiemment. Quand nous étions encore à Sakhour, il me disait qu’il voulait acheter une balançoire pour y faire jouer notre futur bébé. Les bombes en ont décidé autrement et il est parti avant de pouvoir t'embrasser. Mais, crois-moi, nous t’avions tant désirée et nous y croyions jusqu’à ce que je tombe enceinte ici à Idleb. Tu es le fruit d’un amour sincère et cela, personne ne te l’ôtera.
Maintenant, il dort paisiblement dans un monde sans violence et il veille sur toi.

Les bombardements continuent et leurs bruits se rapprochent de plus en plus. Je caresse toujours mon ventre.
Amal, Maman est là et nous allons faire un long voyage. Papa nous attends, nous allons enfin être réunis tous les trois.
Tu vois la balançoire ? Amal, tu marcheras, tu riras, tu joueras et tu voleras si haut dans le ciel que plus aucune bombe ne pourra jamais t’atteindre.
126
126

Un petit mot pour l'auteur ? 65 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cerise R.
Cerise R. · il y a
Ce texte nous rappelle que nous sommes privilégiés de vivre dans un pays en paix... Votre écriture impeccable nous plonge en immersion dans cette tragédie voleuse d’enfances... C’est pourtant l’enfant qui porte à rêver à un avenir meilleur. J’aime beaucoup, c’est triste mais il faut savoir regarder les choses en face. Merci
Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci beaucoup!
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Bravo à vous pour votre sélection en finale par le jury.
C'est un récit bien mené, et bien maîtrisé. Je vous renouvelle mon soutien avec mes 3 voix.
Je vous invite à visiter mon texte également en finale de la même compétition, et à me soutenir avec vos voix
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11

Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci beaucoup! Je vais lire votre texte avec énormément de plaisir :)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une belle écriture porte ce drame jusqu’à nous, bravo pour le ressenti et l’émotion et le rappel d’une tragédie interminable.
Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci beaucoup Fred!!
Image de Corinne Chevrier
Corinne Chevrier · il y a
L'amour, la douceur et la tendresse au milieu du chaos et de l'horreur, superbement écrit. Bonne chance
Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci beaucoup Corinne !
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Votre texte est très triste, mais il y a tellement de sincérité qu'il en est attachant. Bravo!

Je vous invite à venir lire mon texte en finale si le coeur vous en dit: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/fracture-dun-auto-portrait

Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci beaucoup! Je vais lire votre texte avec grand plaisir :)
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Votre texte est émouvant et parfaitement écrit : bravo !
Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci énormément !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Bravo ! Avec mon soutien maximum.
Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci beaucoup ! Cela me touche :)
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Superbe texte. Vous avez tous mon soutien.
A l’occasion venez me lire :
Jhttps://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/a-lombre-de-sa-devotion

Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci beaucoup Claire, je vous lirais avec grand plaisir :)
Image de Rachel Weintraub
Rachel Weintraub · il y a
Alors voilà, je lis (quand je le peux) les textes à haute voix, et j'ai dû faire une pause à l'approche de la fin pour ne pas céder aux larmes, en lisant que l'enfant à naître n'a déjà plus de père. Ton texte est touchant, la simplicité de tes mots résonnent profonds parce qu'ils sont vrais, sans parler de ton style plus qu'agréable à lire. Ton intrigue se lit d'elle-même, le rythme de phrases entraîne jusqu'à la fin inéluctable. La chute n'apporte aucune surprise, et c'est bien ce qu'il y a de plus triste : de savoir que beaucoup trop ne s'en sont pas sorti, et que trop vont encore mourir. En lisant ton texte, j'ai beaucoup pensé au film/reportage "Pour Sama", vie d'une jeune mère journaliste qui filme la vie à Alep et dont le discours s'accompagne trop souvent du sifflement des rockets et du grondement des bombes.
Encore félicitations pour cette retranscription si réaliste de ce qu'il se passe entre les ruines. Moi non plus, je ne comprends que l'on puisse tenir si peu de considération pour la vie humaine, moi non plus je ne comprends pas que cela perdure sous les yeux du monde.

Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Je suis extrêmement touchée et fière en lisant ton commentaire d'autant plus venant d'une personne avec un palmarès tel que le tien ! Merci d'avoir pris le temps de m'écrire ton ressenti. Effectivement, mon ambition à travers ce texte, était de toucher avec des mots simples et vrais, sans prétention ni grands suspens, car, comme tu l'a souligné, beaucoup trop y meurent et vont encore y mourir malheureusement...
Sinon, je ne connaissais pas le film "Pour Sama", je le regarderai!
Encore merci pour ton soutient!

Image de Delphine G.
Delphine G. · il y a
C'est beau et triste à la fois. Superbe ! Bon courage à vous pour la finale, vous avez tout mon soutien.
Image de Myriam Ben Ali
Myriam Ben Ali · il y a
Merci beaucoup ! cela me touche ! merci pour votre soutient :)