202 lectures

19

Qualifié

Allongé dans la neige brûlante, le visage enfoui sous le sein maternel de la montagne, j’attends. Que le palpitant s’apaise, que le ciel accepte ma présence. Je songe aux dernières heures, les plus intenses que j’aie jamais vécues. Une ascension en solitaire de l’Ama Dablam, face sud, en hiver. Chaque minute avait bien compté pour une vie.

Quand je sens mes jambes capables de me porter à nouveau, je me redresse et me lève, pour enfin faire face au vide, le tribut de mes efforts. Lentement, mes yeux parcourent l’espace qui me défie.

Pour la première fois de mon existence, je côtoie les filles de l’Himalaya, je m’adresse à elles sans lever les yeux, sans pâlir de leur majesté. Je m’emplis de l’immense panorama, tentant de tout voir, de tout entendre, le moindre écho, la moindre manifestation de vie. Je me suis préparé pour cet instant, je l’ai attendu comme jamais. L’alpinisme en solitaire n’est pas à la portée du premier venu. Cette ascension est ma fierté.

Le ciel est à portée de doigts. Moi, au sommet, je me sens le seigneur d’un puissant royaume. Tout est parfait. Pourtant, alors que la neige commence à tomber, une indicible mélancolie s’empare de moi. Les larmes, nées du vent ou de l’émotion, coulent. Je me laisse tomber à genoux, hébété, retirant mes verres protecteurs pour mieux laisser entrer la lumière.

Les crêtes et les pics se succèdent – des géants dépassant la civilisation, dépassant les nuages, et surplombant avec prétention toutes les choses de cette Terre. Mon regard saisit les touches de vie, infimes mais nombreuses, qui parcourent l’Himalaya. Un couple de bouquetins, gravissant avec désinvolture des glaciers infranchissables. Une source chantante qui dévale les roches. Un aigle immense qui déploie ses ailes pour s’envoler.

J’observe la montagne, magnifique, et me sens minuscule. Plus minuscule encore qu’à la souche de l’Ama Dablam, plus minuscule qu’un autre de ces flocons qui brouillent ma vue. Un intrus dans ce milieu d’extrême pureté. Une tâche de boue dans l’immaculé. Je croyais savoir, je croyais pouvoir. Mais je réalise en ce moment que je suis ignorant. Un nourrisson, né des neiges éternelles de l’Himalaya, et voyant sa mère pour la première fois. J’écarquille les yeux. Mon regard change. Je ressens tout.

Les vibrations infimes de la montagne causées par le passage des bouquetins. Les miroitements du soleil dans les vaguelettes du ruisseau. Le cri de l’aigle. La neige qui tombe et celle qui fond. Les murmures du vent. Les effluves de terre et de fleurs. Tout ce pour quoi la nature a œuvré en silence, offert à mes yeux d’enfant et à ma peau neuve.

***

Mon ascension et ma découverte de ce monde avaient comblé un vide, un vide dont je ne soupçonnais pas l’existence. Ma renaissance, elle, m’avait fait fusionner avec le cœur de la montagne. J’étais lié avec la roche, avec la neige Himalayenne, et rien ne pourrait m’arracher ce sentiment troublant que j’étais devenu un fragment d’Ama Dablam, un fils des sommets. Quitter les massifs me serait fatal, comme si on m’amputait d’un organe vital. Je pris alors la décision ce jour-là de m’établir au pied de l’Himalaya, et d’y rester jusqu’à ma mort. Mes cendres seraient dispersées dans les neiges éternelles de ce sommet particulier, par un alpiniste qui peut-être, à son tour, renaîtrait. Mes petits-enfants diraient de moi que j’étais comme un roc népalais, qu’ils ne m’auraient jamais imaginé autre part que là où j’ai vécu. Et la montagne se souviendrait de moi comme du fruit de ses dentelles rocheuses et de sa froide nappe d’avalanches immobiles.

PRIX

Image de Eté 2016
19

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une belle escapade au coeur de votre mini nouvelle, pour se ressourcer, j'aime.
·
Image de Fleur de Tregor
Fleur de Tregor · il y a
Belle histoire de la passion des hommes pour la montagne !
·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Très beau texte.
Il y a donc la au pied de l'Himalaya ? C'est bon à savoir :-)

·
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
Ah la catharsis !
Mes textes en lice, votes bienvenus !
L'avenir de la justice ;http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/reecriture
Portrait dramatique :http://short-edition.com/oeuvre/poetik/jocaste


L'avenir de la justice :http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/reecriture
Portrait dramatique :

·
Image de MissFree
MissFree · il y a
Un très beau texte qui nous emmène très loin, très haut.
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Majestueuse communion de l'homme et de la montagne.
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Beaucoup à dire sur votre superbe texte. J'y retrouve Kérouac en haut des montagnes au dessus des nuages. Je voie Jonathan Livingstone le goéland ainsi que le Messie récalcitrant de R BACH. Je vote et si je pouvais mettre + 2 je le ferais. Tilee auteur de "transparence" catégorie poésie.
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Un instant de paix intérieure.
·
Image de PatDeb
PatDeb · il y a
Texte porté par un grand souffle lyrique...
·
Image de Jln
Jln · il y a
superbe . L'espace d'une lecture je vous ai rejoint à travers mes souvenirs d'un treck hivernal au Ladak. Merci
·