Alzeimer quand tu nous attrapes

il y a
2 min
27
lectures
7

Né dans le sud de la France en 1961 près de Montpellier. Ma scolarité s'est déroulée chez les jésuites. Pareil à « Lugh », j'aime l'Art, la Poésie et guéris les gens et les animaux. Ne  [+]

Tout doucement tu avances pareil à une grosse limace traçante et bien grasse. Tu investis les lieux, les moindre recoins de notre cerveau où tu t'installes petit à petit en maître, le dégradant sans remord, sans sourcilier.

Toujours plus pressant, toujours plus présent, tu creuses, tu mines semblable à un cancer qui dévore notre corps. Jour après jour tu rampes faisant les premiers temps semblant de ne pas exister, de n'être qu'un mirage à l'horizon. Mais tu es bien réel même si par moment tout paraît normal.

Les secondes suivantes tout se dérègle passant inévitablement, faisant place aux minutes, ensuite jusqu'à ce que les heures prennent le relais étant chaque fois plus longues les unes que les autres, pour ne pas dire interminables.

Les premiers de tes balbutiements font que l'on ne sait pas trop si tu déconnectes ou pas notre cerveau, si tu as appuyé sur le bouton pour le débrancher avant de rouvrir l'écluse pour laisser repasser , nos pensées.

On nous dit des mots, des phrases, ceux-ci n'adhèrent plus, ils glissent comme des gouttes de pluie sur la vitre de la baie vitrée du salon en un éternel recommencement.


-Elle est belle cette petite !!!

-Ce n'est pas une petite fille papa, mais ton petit-fils.

-Ah, bon !!! Et vous qui êtes vous monsieur ?

-Mais papa, je suis ton fils.

-Ah oui ? C'est vous qui le dites... oh ! qu'elle est belle cette petite.

-Mais papa c'est ton petit-fils, je viens de te le dire il y a deux minutes.

-Ah oui, c'est vrai. Non mais me je rigolais....Bon, je vais me promener.

-Mais papa tu ne peux pas partir tout seul, tu ne retrouverais plus ton chemin. Rappelles-toi quand tu as pris l'autoroute et que nous sommes allés te récupérer à la gendarmerie à cent kilomètres de chez nous.

-Vous vous trompez monsieur, ce n'étais pas moi. Bon maintenant partez et laissez moi tranquille.

Sur ces mots, il nous fausse compagnie et sort de la maison.

-Attends, reste là !

-Laissez-moi je vous dit : « au secours, aidez-moi, ils veulent m'enfermer »


Il me bouscule , je le ratrappe, un véhicule s'arrête.


-Y-a-t-il un problème monsieur ?

-Non monsieur, merci , ce n'est qu'un « Alzheimer ».

-Ah !!! Alors...


« Qu'un Alzheimer » !!!
On arrive aujourd'hui à même te banaliser tellement tu gagnes du terrain. Les gens ne se rappellent même plus de toi, une fois que tu les a rattrapés. Tu arrives à force même, à te faire oublier. Seuls ceux qui vivent à tes côtés peuvent comprendre qui tu es.

Tu es pire que l'enfer, car tu nous emprisonnes vivant et prends petit à petit le contrôle de notre corps en volant notre esprit, notre âme et ceci parfois tant que notre corps à du carburant, on roule, errant par-ci, par là jusqu'à ce l'on s'éteigne.

Aujourd'hui on ne peut t'arrêter. Mais demain, on se rattrapera et se jour là on t'éradiquera, on te rendra la monnaie de ta pièce. Au nom de tous ceux à qui tu as pris leur souffle, leur dernière étincelle qui brillait dans leurs yeux, ne leur laissant qu'un véhicule sans volant, un véhicule sans direction.

Aujourd'hui disparu je pense à toi papa, mais toi aussi « Alzheimer » je ne t'oublierai pas je t'en donne ma parole !!!

7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 17 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Ce sujet là me passionne et j'ai un regard un peu différent du votre... votre texte est beau et violent aussi... il dit votre peine... votre rage... voire votre désir de vengeance.... j'ai un sentiment plus apaisé et j'aimerais vous le faire partager... ne pas chercher à vouloir changer les choses... ne pas pour autant se résigner mais ne pas dépenser son énergie à lutter contre le courant qui de toute façon ne s'arrêtera pas...ne pas lutter contre mais POUR... pour la personne qu'on aime et qui est aspirée dans ce siphon bizarre... l'accompagner jour après jour avec amour dans cette nouvelle vie qui n'a plus de passé et qui n'a plus d'avenir visible.... seul le présent compte... s'en saisir... avec courage et force..... moi, je vous offre la force de supporter l'absence.... merci à vous
Image de JPB
JPB · il y a
Le regard change au fur et à mesure que les années passent, treize ou quatorze ans se sont déjà écoulés depuis. Sinon ce n'est qu'un texte, les pensées, l'écriture évolue dans le temps, en même temps que l'état d'esprit qui vient avec l'expérience tirée de la vie. Tranquillisez-vous, je suis serein et en paix que ce soit face à la vie, la maladie ou la mort. Merci à vous.
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
oh... je ne vous imaginais pas autrement que serein mais je me suis laissée porter par le sujet... pardon
Image de JPB
JPB · il y a
Le pardon est en trop. Aucune raison à ce mot.
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
ben si pour l'excès, l'emballement
Image de JPB
JPB · il y a
Si c'est vous , alors restez telle que vous êtes...
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
vous aussi
Image de Margue
Margue · il y a
Douloureuse maladie, exprimée sobrement.
Image de JPB
JPB · il y a
Merci Margue ...
Image de JPB
JPB · il y a
Une vraie cochonnerie, à part que dans le cochon tout se mange, sauf pour les musulmans bien-sûr !!!
Image de Maryse
Maryse · il y a
Difficile à vivre cette maladie...
Image de JPB
JPB · il y a
Une vraie cochonnerie, à part que dans le cochon tout se mange, sauf pour les musulmans bien-sûr !!!
Image de Petit soleil
Petit soleil · il y a
C'est une maladie tellement déstabilisante, pour celui qui l'a et pour ceux qui la subissent. Ma grand-mère en est morte il y a 33ans. On ne l'appelait pas encore comme ça à l'époque. Elle fuyait la maison où elle était née et avait vécu pour rentrer chez elle. Est arrivé le moment où ma tante qui vivait avec elle a été obligée de la placer, comme on dit. Comme je le disais plus haut, c'est terriblement déstabilisant.
Image de JPB
JPB · il y a
C'est vrai !!!
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
L'espoir est dans la poursuite de nouveaux apprentissages. Ne pas chercher à rattraper ce qui est perdu mais créer de nouveaux souvenirs de nouvelles connaissances, de nouvelles connexions neuronales. L'esprit se réinvite :-) jamais tout à fait le même, jamais toit à fait un autre :-)
Image de JPB
JPB · il y a
Entièrement d’accord avec vous. Quand les autoroutes sont encombrées, il y a les nationales et si cela ne suffit pas, il nous reste les départementales. Même si certains haïssent les départementales, elles peuvent être d'un bon secours. Merci d'être passée.
Image de Verseau Chantal
Verseau Chantal · il y a
Avez vous lu " les mamans fantômes " sur ma page ?