Allô Imposture

il y a
1 min
288
lectures
10
Finaliste
Jury
Recommandé
Une chose m’agace profondément : c'est lorsque quelqu’un parle d’un film que je n’ai pas vu. Je prends, certes, un air intéressé, voire amusé face à mon interlocuteur. Mais la réalité est toute autre : j’ai une sainte horreur d’être impuissant à alimenter la conversation.
J’admets ne pas être cinéphile. Mais je refuse de n’avoir rien à dire.

Pour parer à cette ambivalence, j’ai une technique qui fonctionne plutôt correctement et qui, en prime, évite d’avoir à passer deux heures les fesses vissées devant un mauvais film.

Mon astuce est la suivante. Je lis les résumés des films censés m’intéresser sur des sites Internet dédiés au septième art. Je visionne la bande-annonce. Je mémorise la liste des acteurs ; pas seulement, les premiers rôles, hein ? Surtout les noms des jeunes acteurs qui promettent. Et si je suis d’humeur à creuser, je complète même mes connaissances par une lecture de leur filmographie sur une encyclopédie en ligne.

A pârtir de là, je peux participer aux conversations traitant de tel ou tel chef d’œuvre du cinéma ! Non content d’avoir quelque chose à dire, je peux, en plus, tromper mon monde.
Je reste néanmoins lucide et ne peut décemment pas laisser la conversation glisser sur le terrain de la dimension psychologique des personnages.

La difficulté consiste, en effet, à rester assez général. Général mais pertinent.

Par exemple : « Cette histoire d’amour sur fond de musique country et d’héroïne, quelle idée incroyable ! »
Si je veux pousser un peu plus loin la discussion, je dois impérativement avoir des critiques, positives ou négatives, à émettre. Mais, comment critiquer pertinemment ce que l’on ne connaît pas ?

Facile ! En s’inspirant des commentaires de ceux qui ont vraiment vu le film !
En usant et abusant des comparaisons avec d’autres films, pour bien exposer l’étendue de notre culture.
Exemple : « La trop grande importance donné par Dolan à la forme aux dépens du fond me dérange un peu trop depuis Les Amours Imaginaires ».

Ce type de remarque me propulse au rang de cinéphile expert.

Le but : prendre l’ascendant. Devenir le référent ciné. Pour être le meneur de la conversation et l’emmener dans des sphères que je maîtrise.

Pour finalement pouvoir parler littérature.

Recommandé
10

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !