Aller-Retour

il y a
3 min
4025
lectures
470
Lauréat
Public
Recommandé
Image de 2016

Thème

Image de Très très courts

Être quelque part et pourtant, être ailleurs. Être dans sa tête. Me voilà qui recommence. Cette route, elle est immense. Elle est intimidante et serpente infiniment devant moi ; m'appelle, me repousse, me hante. Le sang bat dans mes veines, mon cœur bat dans ma poitrine. L'odeur des sièges de cuir et de la fumée du pot d'échappement m'imprègnent. Les couleurs écaillées de la carrosserie dansent devant mes yeux. Quelles couleurs, déjà ? Je ne sais plus. Je sais seulement qu'elles sont là. Elles aussi, elles me hantent. Les sensations sont duelles : je suis heureux et j'ai mal. Je le vois, au loin, le soleil qui se couche. Cet astre imbécile, trop grand, trop rouge, me regarde de son bel œil unique et scintillant. Il ne se couchera pas, le soleil ; parce que ce jour-là, il n'a pas eu le temps de se coucher. Ses rayons illuminent le volant, illuminent mes yeux ; la cécité ne me dérange pas, je sais de toute façon où je vais : nulle part. La route est immense, toujours. Elle ne se termine pas et quand bien même elle se terminerait, je sais que je recommencerais. Je commence à avoir froid – ou du moins, je le pense – : ce sont les mêmes sensations que ce jour-là, le vent frais sur mon visage, une petite démangeaison dans ma cuisse droite... C'est exactement la même chose. Sauf que cette fois-ci, j'ai peur. Aujourd'hui, il y a deux « Moi ». Il y a l'autre, l'ancien, l'insouciant, celui qui chante et qui rêvasse... et puis il y a le nouveau. Celui qui sait. Le traumatisé. Celui qui, depuis plus de deux ans, se remémore ce jour-là. Ce jour-là, c'est celui où elle est morte ; celui où je l'ai tuée. Je l'entends encore rire à côté de moi, sa voix est plus nette que le cristal. Je sens encore sa main taquine sur mon épaule et surtout, son odeur qui embaume l'espace. Elle passe par dessus celle des pneus qui crissent, celle des feuilles mortes que l'on agite sur le sol. C'est une fragrance de... que dis-je, il n'y a pas de mots pour ça ! C'est la sienne, tout simplement, celle qui me manque le plus. On est jeune. On est fou, on aime, et puis on perd. Et là, une moitié de nous disparaît, emportant la seconde dans les abîmes de l'Enfer. Emportant notre âme sur cette route éternelle... Je la revois, encore et encore. Parce que, par le souvenir, peut-être cherché-je à arrêter le temps ? Elle ne reviendra pas. Elle reviendra. Je ne sais plus... Le temps est comme cette route. Linéaire, infini, inarrêtable : seul notre cœur retourne en arrière. Vivre dans le passé, ce n'est pas vivre. Passer son temps avachi dans son lit, le visage humide et les yeux secs de larmes, à ressasser les souvenirs de cette route infernale, ce n'est pas vivre. C'est mourir. Et pourtant, quelque chose me rassure. Lorsque je retrouve ces sensations perdues, je la retrouve Elle. Je retrouve nos rires passés, nos enlacements, nos baisers, notre chaleur. Nos disputes, nos retrouvailles... Nos regrets. Tout n'est plus que regret. J'aurais voulu que ça se passe différemment. Le nouveau Moi veut crier à l'ancien de s'arrêter, lui crier le danger et lui crier son inconscience ; mais le nouveau Moi est muet. Il vit dans l'esprit, il est spectateur, le spectateur horrifié et impuissant.

Alors, tout recommence. Je sens toutes les pulsations de sa main délicate qui frappe sur le tableau de bord, au rythme de l'autoradio. Tous les vrombissements de la voiture en marche, toutes ces vibrations. Cet instant, je le vis pleinement : je sais, hélas, pourquoi. La chanson, à l'antenne, change soudainement.

— J'ai horreur de cette chanson, se récrie-t-elle, et ses mots résonnent dans ma tête comme je les connais déjà trop bien.

L'ancien et le nouveau Moi se séparent brutalement. Tout ce que je veux, c'est arrêter l'autre, l'empêcher de sourire avec malice et de monter le son à fond. Mais comment le pourrais-je ? Je ne peux l'empêcher car au fond, c'est bien moi qui le fais. Être deux, c'est compliqué : mieux vaut n'être rien du tout. Et cet instant taquin, où je ne fais que la provoquer pour m'amuser un peu, sera bientôt le pire souvenir de toute mon existence.

— Baisse le son ! ordonne-t-elle non sans sourire.
— Qu'est-ce que tu dis ? hurlé-je. J'entends pas !

Elle me frappe, doucement. Une petite tape sur l'épaule, une petite tape de rien du tout qui électrifie tout mon nouveau corps. Car le jeu est engagé, les engrenages sont activés, et le retour en arrière n'est plus possible. Un souffle glacial m'envahit et pourtant, je continue. Le stupide gamin que j'étais ne réfléchit pas et se tourne vers elle, lui ébouriffant les cheveux avec un air boudeur. J'ai lâché le volant. Non, non, non ! Cette scène, je la revois encore et encore. À quoi est-ce que ça sert d'en être une fois de plus le témoin, si je ne peux rien faire pour changer les choses ? Je perds le contrôle de la voiture. Une embardée sur la droite. Un hurlement, son hurlement, qui me traverse les tympans et vient se planter dans mon esprit. Indéfiniment. Je l'entends en boucle, son cri. Puis tout se brouille. Je la vois, une fois de plus, qui s'envole et qui roule sur le côté, s'écrasant lamentablement dans un fossé. J'aurais dû la forcer à mettre une ceinture... La mienne vient tout juste de me retenir et de me provoquer, dans l'impact, une atroce douleur à la poitrine. À moins que ce ne soit le choc, je ne sais pas. Tout est noir, tout est blanc, tout est soudainement flou. J'ai peur, je tremble de tout mon être. À quelques mètres de moi, il y a son corps. Son corps mort. Elle gît là, dans son trou, immobile et ensanglantée, le crâne fracassé et les membres déchirés. Pourquoi l'immuable temps décide-t-il de s'arrêter seulement pour nous faire souffrir ? Cette seconde où je la considère avec effroi, j'ai l'impression qu'elle dure des siècles entiers. Tout est figé à l'exception de mon regard dans le sien, vide, vitreux, mort. Je sens, au ralenti, les larmes couler sur mes joues.
« Bien fait, Chris. Bien fait, c'est ta faute. »

Et comme je fais le vide complet dans mon esprit, le souvenir recommence.

Recommandé
470
470

Un petit mot pour l'auteur ? 44 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de Ikis Chan
Ikis Chan · il y a
Chers lecteurs, commentateurs et éventuels votants,
Je ne sais pas comment vous remercier de m'avoir accompagnée tout au long de mon parcours. C'est grâce à vous que je me retrouve aujourd'hui lauréate et je ne peux qu'en être ravie.
Vos petits mots encourageants m'ont fait beaucoup de bien et je n'oublierai jamais votre chaleureux soutien, qui m'a permis d'être en tête, à la fois des vues, et des votes de la Matinale des Lycéens.
Cela m'a touchée et je vous remercie, vraiment.
Si vous voulez continuer à suivre mes oeuvres, ce qui me fera énormément plaisir, vous pouvez toujours lire les textes que je poste sur Wattpad. Je travaille actuellement sur un roman que vous pouvez lire à cette adresse :
https://www.wattpad.com/story/65990537-42

Avec amour et beaucoup de reconnaissance, Ikis.

Image de Marie-Cécile MYARD
Marie-Cécile MYARD · il y a
C'est effroyable et magnifique. Bravo pour ce prix mérité.
Image de Déborah Locatelli
Déborah Locatelli · il y a
Un texte poignant et très impressionnant. Vous avez du talent, vos mots sont forts et sonnent juste. Continuez....
Image de Brigitte Prados
Brigitte Prados · il y a
Félicitations, Ikis, poursuivez !
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Félicitations ! Il faut continuer !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Félicitations Ikis Chan pour votre prix avec ce texte poignant (toujours aussi impressionnant à la relecture, je dois dire !)
Image de Marie
Marie · il y a
Un texte fort remarquablement écrit. Bravo pour le Prix !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un grand bravo, Ikis, pour cet honneur bien mérité! Félicitations!
Je vous invite à visiter mes deux œuvres qui sont en lice pour
le Grand Prix Été 2016! Merci bien, d'avance! Et bonne continuation!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Félicitations Ikis Chan pour votre place méritée parmi les nominés de cette Matinale !
Image de Brigitte Prados
Brigitte Prados · il y a
Texte touchant. Félicitations, Ikis !
Image de C. Lerys
C. Lerys · il y a
Bravo pour ce texte poignant et riche. Je comprends le nombre des votes, j'adhère.
La tristesse du sujet et le choix des mots attisent l'émotion du lecteur. Mais ce n'est pas cela qui m'a le plus plu : j'ai aimé voir l'incertitude et la certitude mêlées, imbriquées ; j'ai apprécié la schizophrénie du narrateur bien gérée. Mon esprit a noté puis ignoré les répétitions des mots pour ne garder que leur musicalité... pour rester sur l'intensité de ce souvenir furtif et présent. Bravo !

Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
C'est émouvant et beau à lire malgré la tristesse qui émane du texte. Ne pas se voiler la face, ce type d'accident existe et l'écriture qui remue les tripes renforce le désir de le lire de bout en bout. Mon vote.
Image de Philshycat
Image de Tatou
Tatou · il y a
Très émouvant très bien écrit, félicitations !
Image de Marine Rochegude
Marine Rochegude · il y a
J'ai beau être finaliste comme toi, j'ai vraiment adoré ta nouvelle. Mon vote pour toi
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
ça m'a beaucoup touchée...et c'est suffisant pour voter
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Comment une broutille peut avoir des conséquences incalculables ! Bravo, Ikis, pour ce texte fort bien écrit et mené, qui nous prend aux tripes et nous lâche plus. Vous avez un talent fou et mon vote !
J'ai un carton qui, d'après les commentaires, procure un bon moment de plaisir de lecture http://short-edition.com/oeuvre/nouvelle/la-societe-fait-un-carton

Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
A communiquer de toute urgence à la prévention Routière...
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Malgré ma réticence à cause du score fleuve surréaliste - 300 votes au bout de 24 heures...j'ai lu pour me faire une idée et je suis parvenue à la conclusion qu'un score de folie n'est pas incompatible avec un bon texte. Je le trouve même excellent votre texte. Alors c'est reparti pour une 4eme centaine, j'ajoute 1 et vous souhaite bonne continuation avec cette histoire poignante et réaliste.
Image de Jordan Vildier
Jordan Vildier · il y a
Tu remerciera ton frère :p
Tu gère trop bien, continue comme ça !! :)

Image de Elena Lmr
Elena Lmr · il y a
Pfiou, ça claque. J'ai eu du mal à me laisser convaincre par les premières lignes, mais une fois attrapée par tes mots, difficile de s'en sortir. Un grand bravo à toi, tu as mon vote !
Image de Skelton
Skelton · il y a
C'est bien écrit, et ça prend aux tripes.
Vous irez loin je pense.
Je renouvelle mon vote.
Bonne chance.

Image de Mossane Bach
Mossane Bach · il y a
Je dis merci à ton frère de m'avoir emmené à lire ca cest tres bien écris bravos
Image de Abel Verley
Abel Verley · il y a
Franchement bien écrit je trouve et qui prend méchamment aux tripes ! j'aime beaucoup :))
Image de Raphaël Guy
Image de Julien Lamaille
Julien Lamaille · il y a
Patate, bonne chance :O
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations, Ikis! Vous êtes en Finale! Je revote et vous souhaite bonne chance!
Mes deux œuvres, BAL POPULAIRE et ÉTÉ EN FLAMMES, sont en lice pour
le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les lire et les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

Image de Justine Roux
Justine Roux · il y a
Un texte qui prend au coeur ! Bravo vraiment !
Image de Azalée
Azalée · il y a
Chamaillerie qui vire au cauchemar...
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Wow. C'est extrêmement émouvant, ça m'a toute remuée bravo, +1
Image de Sebastien Zorloni
Sebastien Zorloni · il y a
C'est beau, c'est troublant, ça remue, ce texte me met dans tout mes états.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un récit très bien composé, profond, et qui se prête facilement à la réflexion! Il y a sans doute beaucoup de talent ici!
Mon vote! Mes deux œuvres, BAL POPULAIRE et ÉTÉ EN FLAMMES , sont en lice pour
le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les lire et les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
un grand texte, bien rythmé et plein d'émotions
Image de Gam
Gam · il y a
J'adore la dernière phrase ! On sent vraiment le renouvellement perpétuel de ce souvenir dans la mémoire du personnage...
Bravo !

Image de Lisandre P
Lisandre P · il y a
C'est un texte... parfait. Dès le début on est projeté dans l'univers de ce personnage - de ceux-ci - et on finit par s'identifier à lui, à ressentir ce qu'il ressent et à vivre, ou revivre, ce qui lui est arrivé. Je n'ai que de l'admiration pour ce texte, bravo!
Image de Lucas Costa
Lucas Costa · il y a
Super sympa. Bonne chance
Image de Matis Crn
Image de Abdou Biye
Image de Ikis Chan
Ikis Chan · il y a
Merci je vous aime !!! <3
Image de Caroline Eymond Laritaz
Caroline Eymond Laritaz · il y a
Allez Coco Allez coco <3
Ton texte est si bien écrit, qu'on se sens terriblement mal à l'aise, transporté dans son esprit. GG

Image de Émeline Habert
Émeline Habert · il y a
J'ai voté, non pas parce qu'on m'a demandé de le faire mais parce que ça m'a véritablement plu. Bravo.
Image de Loutze
Loutze · il y a
C'est juste ... c'est super bien écrit, je sais pas les souvenirs en boucle comme ca, c'est, on est dans sa tête, j'ai été absorbée, c'est un perso interessant et j'aime le concept des deux lui, j'aime la facon retour en arrière, flash back, tempête dans sa tête ... Bravo !! N’hésites pas à passer voir mes œuvres en lice, en tout cas la tienne restera dans un coin de ma tête, courage pour la suite ! et bien sur je vote ;)
Image de Oceane Caraes
Oceane Caraes · il y a
Très émouvant, un sujet qui bien qu'il ait été traité de nombreuses fois ne rentre pas dans la tête des conducteurs... +1
Mon TTC est ici si ça te dit http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/mon-bout-du-ciel

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Coma lundi

Nicolas Juliam

J’ai l’impression de vivre dans un interminable « Blue Monday », comme enfermé dans les profondeurs obscures du premier jour de la semaine, un océan de solitude à traverser pour atteindre... [+]