1
min

Alimenter

Image de Ardores

Ardores

9 lectures

0

Comment alimenter en bonheurs une vie faite de répétitions ?
Celles-ci, que l’on effectue dans l’espoir de revivre les sentiments quasiment indépassables de nos premières fois, semblent souvent bien fades.
On ne peut pas toujours faire mieux ; et que faire après que l’on ait atteint le maximum ?
Parfois on se force peut-être, on se fait croire que c’est merveilleux alors qu’il n’en est rien parce que notre mémoire rend nos souvenirs trop excellents pour que l’on puisse espérer refaire mieux.
Qu’il est terrible de savoir que l’on a vécu quelques moments merveilleux, mais d’être incapable d’évoquer, ou plutôt d’invoquer, les sentiments ressentis alors !
Faut-il avoir tout vécu et vivre seulement dans le souvenir ?
Presque tout le monde vit sur la répétition une fois la jeunesse passée ; on passe à la vieillesse quand on a perdu l’espoir de la nouveauté.
Faut-il vivre lentement dans l’espoir d’avoir toujours en réserve de quoi vivre de grands moments ?
On ne peut pas vivre uniquement des moments inoubliables.
Faut-il pour autant décider de ne pas vivre ?
Se contenter de rêver ne peut pas être une source de bonheur viable.
Il faut être acteur de sa propre vie, mais peut-on l’être sans flamme intérieure ?
Éteinte, elle ne semble pouvoir être rallumée que de l’extérieur, en supposant qu’elle ait brillé un jour.
Est-il possible de vivre une expérience si forte qu’elle nous bouleverse et nous change radicalement ?
Ce questionnement porte l’espoir de pouvoir presque recommencer à zéro et retrouver encore quelques beaux moments forts.
Si seulement il n’y avait pas toujours de l’imperfection, voire de la gêne, ou de la peur, dans les moments plaisants !
Finalement, les défauts du monde que nous déplorons ne seraient-ils pas seulement l’écho de nos propres défauts inavoués et de notre finitude ?
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Dans cet esprit dans lequel je me sens à l’étroit, seul habitant de cet endroit effrayant, je m’interroge. Il y a certes un certain confort à vivre toujours dans les mêmes dispositions. On ...