Alfred.

il y a
1 min
138
lectures
5
Qualifié

« Car le mot, qu'on le sache, est un être vivant. La main du songeur vibre et tremble en l'écrivant » Victor Hugo  [+]

La plage de Bodega Bay était déserte. Les enfants jouaient dans la cour. Sous le préau , la balançoire restait immobile. Près de la buanderie, les draps flottaient doucement sur la corde à linge. Plus loin, le vent soulevait une fine poussière sur le chemin de l’école. Il se posa le premier, silencieux et noir, bientôt suivi d’un deuxième, puis un troisième, un quatrième. Ils devinrent ainsi des dizaines et des dizaines, posés là, ailes contre ailes, formant un cordon noir, blanc, gris, uniforme et étrange. Un reflet de lumière attira le regard de Mélanie.
Elle leva les yeux. Ils affluaient inexorablement. Inconscients, les enfants continuaient à s’amuser. Leurs ombres rapides et bondissantes formaient un cercle dansant sur les pavés de la cour. D’autres ombres, fugitives et menaçantes, venaient furtivement transpercer leur cercle et terminer leur course dans le feuillage touffus des haies. Face à ce phénomène étrange, Mélanie sentit une angoisse terrible l’envahir.
Les enfants lèveront bientôt la tête, pensa-t-elle. Quelle sera leur réaction ? Comment les appeler, les rassembler sans les mettre en alerte : la récréation n’était pas finie. Les enfants s’étonneraient, refuseraient d’obéir. L’un d’eux passa à sa portée. Elle le saisit par la manche. L’enfant crut à un jeu et s’échappa dans un rire sonore. Il rejoint les autres dans leur ronde joyeuse et colorée.
Par chance, la porte de la classe était restée ouverte. Combien de temps leur faudra-t-il ? Une minute, trente secondes, vingt secondes ? Tout se brouillait dans sa tête. Surtout ne pas s’affoler ! Il fallait agir maintenant !
Doucement, elle vint se mêler à leur jeu, pris la main d’un enfant et les invita à faire la chenille.
- Ne vous lâchez pas les enfants ! Suivez-moi gentiment, je vous entraîne vers une belle surprise et elle se trouve dans la classe.
On avait parlé d’adopter un lapin la semaine dernière. Les enfant firent rapidement le rapprochement entre la surprise annoncée et le lapin promis. Ils suivirent Mélanie docilement. Le froissement des ailes s’amplifiait. Elle n’osait jeter un regard en arrière. Leur sarabande pénétrait déjà sous le préau, la porte de la classe n’était plus qu’à quelques mètres. Bientôt ils seraient en sécurité, elle pourrait appeler les secours.
En refermant enfin la porte, elle se retourna et l’aperçut avec effroi : un enfant se tenait immobile, face à la haie.
- Alfred !!!
Mille claquements d’ailes battirent l’espace.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,