3
min

Ainsi font, font, font…

Image de Trouvaille

Trouvaille

49 lectures

1

Ainsi font tes mains sur mon corps que je me sens devenir telle une pièce de glaise à l’aube des temps, libre d’être façonnée à l’envie. Tu me crées, me modèle et mes formes naissent une à une sous tes doigts.
Tes paumes dessinent des seins que tu polis et auxquels tu ajoutes, du bout du pouce et de l’index, des mamelons. Elles soulignent une taille, galbent des hanches, font apparaître avec douceur un ventre, la cambrure d’un dos...
Des mouvements plus amples et plus fermes et voilà que tes mains créent des fesses que tu sépares d’un doigt. Un peu plus bas tu partages aussi la matière en deux et façonnes en remontant lentement des mollets, des cuisses et tu parfais la symétrie avec une fente aussi à l’avant. Celle-ci est plus travaillée, plus dessinée, tu la compliques de différents reliefs et comme tu es un artiste tu y ajoutes un petit raffinement, un petit bouton, bien au centre, bien caché, que seul un amateur peut voir.
D’une caresse naissent des bras, un cou, les contours d’un visage, les dernières touches de ta création... Et je deviens femme.

Puis tu te transforme en faiseur de miracles... D’un baiser tu m’insuffles la vie et je sens la moindre partie de ce corps que tu as modelé s’éveiller et frissonner. Je prends conscience de la sensibilité de la peau, de la chaleur qui m’envahit, de l’afflux de sang dans mes veines et tes mains m’apprennent maintenant de nouveaux mots : plaisir, désir, envie...
Tes caresses définissent ces termes, en donnent de concrets exemples. Mes seins ne sont plus inertes, ils se tendent vers toi, avides de tes attentions. Mon ventre se creuse, mes hanches ondulent, mues par un besoin pressant de guider tes mains pour les sentir sur mes fesses. J’ai soudain envie que tu redécouvre ce que tu viens de créer, je veux être sûre que tu réveilles chaque centimètre carré, sans rien oublier.
Tes doigts m’effleurent partout et semblent s’attarder sciemment là où ma sensibilité est la plus forte, là où ils déclenchent des ondes de plaisir qui se propagent dans tout mon corps.
Je me surprends à les vouloir toujours plus bas pour qu’ils explorent mes recoins les plus intimes et m’en dévoilent les secrets. Tu réponds à mon appel muet en écartant doucement ces lèvres charnues qui cachent un trésor que tu fais rouler sous tes doigts... Et tu découvres en même temps que moi cette humidité qui facilite tes explorations, qui les rend si délicieuses... Tu cherches la source, elle palpite et frémit à ton contact, se crispe d’émotion quand ton doigt l’envahit... Je m’émerveille de tant de sensations, je m’impatiente d’en expérimenter d’autres, je deviens curieuse de tout et il te reste un ultime secret à me dévoiler...
Entre mes fesses se cache une autre source de plaisir, je le sens bien... Ton doigt s’y dirige d’ailleurs tout naturellement, y répand l’onctuosité de l’excitation qui ouvre cette porte dérobée... Tu te glisses en moi et je me sens désormais complète, totalement éveillée, prête à découvrir à mon tour, avide de connaître tes secrets.

Mes mains sont pleines d’assurance, elles se posent sur toi et entament leur voyage. Je touche ta nuque, ton cou, tes épaules. Je laisse glisser mes doigts le long de tes bras, je savoure ta peau et sa chaleur en caressant ton dos, ton torse. Je ne peux m’empêcher de coller ma poitrine contre ton corps, je veux te découvrir de toutes les façons possibles et ne rien perdre de ce contact charnel si grisant...
Mes doigts glissent vers ton ventre, puis plus bas et font connaissance avec une partie de ton anatomie qui attise ma curiosité et mon intérêt.
Si ferme, si doux, si agréable à toucher... Les réactions de nos deux corps sont si semblables que je découvre là aussi cette humidité du plaisir. Je m’en sers pour caresser avec délicatesse le renflement gonflé au bout. J’aime sa forme et sa rondeur... J’évolue ensuite lentement vers la base et ma paume trouve d’autres rondeurs qu’elle enserre et cajole.
Je voudrais pouvoir tout toucher en même temps, appréhender ton secret mal caché dans sa totalité, voir si je peux éveiller moi aussi comme tu l’as fait...
Ma bouche semble si bien adaptée à cette tâche que je la laisse faire, accompagnée de mes mains. Je dépose de petits baisers mouillés partout, sur toute la longueur et je ne résiste pas longtemps à l’envie de goûter, du bout de la langue, du bout des lèvres... Je prends l’extrémité toute entière dans ma bouche, je savoure son goût et sa chaleur, je sens que tu frémis et je progresse de mes lèvres un peu plus loin. Je recommence encore et encore, je glisse d’une extrémité vers l’autre et inversement, j’alterne les caresses, je serre les lèvres pour mieux ressentir... J’y prends tant de plaisir que j’en oublie tout le reste mais qu’importe...

Ainsi font, font, font tous mes sens en éveil que j’en perds la raison.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,