2
min

Adaptation

Image de Paul Marie

Paul Marie

2331 lectures

516

FINALISTE
Sélection Jury

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Un air de suspense plane sur ce texte d'anticipation à l'univers bien dessiné dès les premières lignes... On suit avec intérêt la journée d'un ...

Lire la suite
C’est une journée horriblement banale qui commence. Je quitte le clapier où je vis, perdu dans une barre d’immeubles pourris qui sentent le chou et le rance à tous les étages. Je ne me plains pas car ce clapier est pour moi tout seul, ce qui n’est pas le lot de beaucoup de célibataires. Je me rends en bus jusqu’à l’énorme bunker grisâtre qui abrite le siège du ministère de la Police. C’est là que je travaille, je suis fonctionnaire. Je ne suis pas dans un bureau, non, j’exécute ma tâche dans les sous-sols, dans une petite cellule de trois mètres sur trois avec pour seul mobilier une chaise en fer fixée au sol. Je suis affecté aux interrogatoires des suspects, et des suspects, dans ce pays, il y en a partout.
Il faut à tout prix qu’ils avouent, car une fois dans nos murs ils sont forcément coupables, le système ne peut pas se tromper. Et, sans vouloir me vanter, je suis très bon dans mon travail, j’ai ma petite réputation et je tiens à la conserver. Donc, les gens que l’on me confie avouent et après cela on s’occupe de leurs familles. Déportation en camp de travail, cela évite la propagation des mauvaises pensées.
Celui dont je vais m’occuper aujourd’hui fait partie d’un réseau d’opposition au régime et il nous faut le nom de son responsable. Avec mes méthodes, il va cracher le morceau.
Moins de deux heures plus tard, j’ai le nom. Aramis. Et là, j’ai un problème parce qu’Aramis c’était le surnom que ma mère donnait à mon petit frère, quand nous étions enfants. Dans sa jeunesse, avant le nouveau régime, ma mère avait lu un seul livre étranger, Les Trois Mousquetaires, et le personnage d’Aramis l’avait séduite au point qu’elle avait affublé mon frère de ce surnom.
Maintenant, le problème est le suivant : soit je donne l’information à mes supérieurs qui feront leur enquête, découvriront qu’il s’agit effectivement de mon frère et là je suis bon pour les camps de travail, autant dire la mort, soit je ne dis rien et j’agis seul.
Je regarde le prisonnier sur sa chaise. Il est inconscient. D’une torsion rapide, je lui brise la nuque. Je dirai qu’il n’a pas supporté l’interrogatoire, cela arrive parfois.
Maintenant, pour mon frère, je ne peux pas prendre le moindre risque. S’il est vraiment impliqué, il représente un danger pour toute la famille, moi y compris malgré mon travail au ministère. Je me suis adapté aux conditions de vie dans ce pays, j’ai choisi mon camp et je suis tranquille. J’ai envie que ça continue.
Je ferai passer ça pour un accident, dans le métro par exemple. Adieu Aramis. Je n’ai pas d’état d’âme. Ici, pour survivre, il faut s’adapter, toujours s’adapter.

PRIX

Image de Hiver 2018
516

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonjour Paul Marie, je reviens vers vous car J'ai eu le plaisir d'apprécier votre belle plume et vous avez été sensible à certains de mes écrits.
Si vous en avez l'envie, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) en lice du GP été :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
Si vous êtes déjà passé(e), je vous prie de m'excuser et de ne pas tenir compte de ma proposition.
à bientôt.
Julien.

·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Un TTC qui nous pousse à nous interroger ! Bravo
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonjour Paul, nous nous sommes croisés et soutenus sur nos lignes voici plusieurs mois, aujourd'hui sans vouloir vous obliger je vous propose une nouvelle en finale du GP automne
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/a-chacun-sa-justice
Merci

·
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Il y a beaucoup de choses là dedans, plus sordides les unes que les autres, et qui montrent que notre futur pourrait bien avoir la gueule tordue de haine qu'a eu notre passé...
·
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
je ne l'espere pas, mais merci pour votre commentaire..
·
Image de Potter
Potter · il y a
Très bien écrit. Bravo !
N'hésiter pas a me soutenir pour le concours Harry Potter qui devrait bientôt commencer ! Mon oeuvre y sera publiée et je vous invite à aller la lire dès que le concours aura débuté !

·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
La Stasi est à l'ouvrage
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Humour noir, glaçant, terrifiant, tout y est ! Bravo
·
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
merci pascale
·
Image de Angel
Angel · il y a
Félicitations, votre texte a été remarqué, estampillé.
·
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
merci angel, une belle surprise pour moi
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Poloo3,
Ouf, j'arrive juste à temps pour vous apporter soutien et voix*** !
J'aime beaucoup votre récit, dont le rythme m'a littéralement emportée.
L'usage du présent de narration est judicieux car - qu'on le veuille ou non - on ne peut que s'adapter :)
J'ai des frissons partout alors que nous sommes en plein été austral : c'est dire si votre nouvelle m'a impactée !!
Puis-je me permettre, dans un souci de partage inhérent à ce site, de vous inviter à mon tour à découvrir "Inappétences" et "Requiescant in pace" ?
Bien à vous et merci de m'avoir fait passer un bon moment,
Tranquillou974

·
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
et bien quel joli commentaire, je suis flatté ! merci tranquillou, je viendrai vous rendre visite, helas pas dans vos contrees ensoleillees, que je vous envie en ce moment...a bientot..
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Polo03,
Un commentaire et un vote sincères et plus que mérités.
Bon courage pour affronter l'hiver et un grand merci à vous pour votre future visite dans mon univers : pourvu que vous ne soyez pas déçu(e) !?
Très joyeuses fêtes de fin d'année et à bientôt,
Tranquillou974

·
Image de Grabier
Grabier · il y a
glaçant !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Il fallait absolument qu’il gagne quatre minutes mais il n’y arrivait pas. Il fallait se faire une raison, il était arrivé au bout de ses capacités. Mais sans ces quatre minutes sur ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

— Mais enfin, Gaston, on ne tire pas à la chevrotine sur tout ce qui bouge dans les bois ! Cinq fois de suite, en plus !L’homme me regarda, l’air penaud, en triturant sa casquette. Il...