A travers

il y a
1 min
1
lecture
0
Il était un humain. Sûrement. Et ça lui suffisait. Elle n’était ni fille, ni garçon, ni homme ni femme. Il était les deux à la fois. Profondément. Et elle aimait ça. Il se regardait le matin dans le miroir, et se trouvait beau et belle en même temps. Deux êtres vivaient dans ce corps.
Il n’aimait pas les définitions. Elle n’aimait pas les étiquettes. Il n’aimait décidément pas les pronoms. Il aimait cette douce schizophrénie. Elle aimait cet agréable dédoublement. Il vivait à travers, et s’en foutait.
Ils ne les aimaient pas. Ils les trouvaient ignobles, abjects. Ils avaient peur surtout. Ils craignaient la propagation de ce mal. Ils haïssaient, ils insultaient, ils détestaient. Elle ignorait. Lui aussi.
Il vivait heureux. Elle aimait sa vie. Et insouciant, il allait dans les rues voir le soir ambré qui tombe. Elle regardait les pots de fleurs suspendus aux fenêtres. II ne les vit pas arriver. Elle était de dos. Un couteau vint les séparer. Des coups forts. Couché, elle regarda le paysage de son dernier jour. Couché, il apprécia son dernier souffle. Et même en n’ayant qu’une moitié de corps, elle apprécia sa vie passée pleinement.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,