À plâtrer les blessures

il y a
3 min
1 562
lectures
844
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

On s'est laissés entraînés dans la narration fluide de ce récit prenant à la première personne... sur fond d'art marketé, d'art morbide et de

Lire la suite

"Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé." Merci de ne pas m'apprivoiser. Lien vers les publications libres du site :  [+]

Image de 2018
Image de Très très court
Partout sur les murs de la ville était annoncée l’exposition de Maurice Deviewre, sculpteur à la réputation sulfureuse. L’affiche faisait scandale. Elle présentait le plâtre d’un corps démembré ; celui de la victime retrouvée le mois précédent au bord du canal.
Encensé ou vilipendé par la critique, Maurice Deviewre faisait polémique. Avec l’accord de la famille, l’artiste avait réalisé un moulage du corps abîmé du jeune homme assassiné.
Cette sculpture était la pièce maîtresse de l’exposition et son image ornait tous les abribus.

Certains, après leur mort, lèguent leur corps à la science. Samuel, étudiant dans ce domaine, l’avait offert à l’art avant d’être incinéré. Cette démarche avait été cautionnée par ses parents quand Maurice Deviewre leur avait expliqué les vertus cathartiques de cette « mise en œuvre » de leur fils. Il avait fini de les convaincre en leur promettant qu’une partie du billet d’entrée de l’exposition leur serait reversée.

Les services de police ne s’y étaient pas opposés. Cette exposition était une occasion inespérée de sensibiliser le public, de délier les langues et, peut-être, de coincer l’assassin revenant voir sa victime. Afin de ne pas rater le coupable pouvant infiltrer les rangs des visiteurs, ces derniers seraient bien évidemment filmés et surveillés de près. Par ailleurs, un dispositif inédit de prise d’empreintes de chacun à l’entrée de l’exposition venait compléter l’éventail des précautions d’enquête.

Les médias nationaux avaient relayé l’information à grand renfort de publicité, faisant de cette exposition un événement sans précédent, avec pour double objectif : éveiller les consciences, par la confrontation à la réalité d’un crime, et venir en aide à la famille de la victime. Toutefois, pour des raisons d’éthique, l’entrée était interdite aux moins de seize ans... de quoi ajouter un peu de soufre au mélange détonnant.

Depuis l’ouverture, la galerie du bord du canal – extrêmement bien placée en regard du contexte – ne désemplissait pas. Pour augmenter le goût du frisson, elle avait proposé des nocturnes dès le premier soir. Un sens indéniable du marketing.
Après cinq jours, la fréquentation avoisinait les quinze mille personnes. Quinze mille voyeurs se repaissant de l’horreur et contribuant sans vergogne à sa commercialisation. Quinze mille hommes et femmes avec, dans leurs regards crasseux, comme une odeur de sang !
Du pain béni pour une étude sociologique et comportementale sur la perversion ordinaire.

Deux ans que je travaillais comme gardienne en complément de mes études à la galerie du bord du canal, et jamais pareille opportunité ne m’avait été donnée ! J’assurais le créneau de 18 heures à 23 heures, et mes soirées avaient pris une saveur toute nouvelle. Chance ultime : je surveillais la salle principale où trônait le fameux moulage.
J’avais eu quelques velléités artistiques par le passé mais j’appréciais mes nouvelles études qui me permettaient d’approcher la psychologie humaine et les comportements sociaux, et puis, après tout, je me retrouvais au cœur d’une exposition fascinante, ce qui ne gâtait pas mon plaisir.
J’observais les gens, ces hommes et ces femmes qui, noyés dans la foule, pouvaient s’adonner sans scrupules à leur goût du macabre. Avec enthousiasme, j’agrémentais mes notes de croquis sur le vif. Je renouais un temps avec mes réflexes d’artiste. Estampes et esquisses.
La police m’avait d’ailleurs incitée à continuer et à gagner en précision. Mes dessins pourraient peut-être apporter, le moment venu, un complément d’information utile. Une expression saisie qui pourrait en dire long. Un geste qui trahit.
Ma posture de gardienne me rendait négligeable aux yeux des visiteurs. Je me fondais dans le décor, faisais partie des meubles. Certains même paraissaient m’oublier quand, malgré l’interdiction de toucher, ils ne pouvaient réprimer un mouvement de la main vers la sculpture. Attirance insolite, conjuration du mal ? Je notais les deux possibles dans mon carnet... et les rappelais à l’ordre doucement, d’un « excusez-moi mais il est interdit de toucher l’œuvre ». Ils s’empourpraient alors, un peu honteux, non pas de leur geste mais d’avoir été pris sur le fait et surtout que les autres, par mon intervention, s’en soient rendu compte. J’avais alors droit à un sourire gêné assorti d’un regard foudroyant. Contraste saisissant.
Il faut dire que le corps de Samuel, même dépouillé de ses bras et ses jambes, était beau.
Un véritable éphèbe, aux proportions parfaites, un appel aux caresses. De quoi donner aux notables, maris et femmes, quelques raisons supplémentaires de se trouver embarrassés par le constat de leurs égarements tactiles.
Pourtant, je ne pouvais pas leur en vouloir.
Chaque soir à la fermeture, une fois la foule évacuée et les caméras éteintes, moi aussi, je m’attardais sur les courbes du corps musclé. Ma main passait sur le torse puis peu à peu se dirigeait vers les plaies ouvertes aux épaules et à l’aine. Alors, je me souvenais de ma sculpture dans le vif et remerciais Maurice Deviewre d’avoir pu l’immortaliser, de m’offrir une postérité sous couvert d’anonymat.

Aux Beaux-Arts, c’est connu, dans une promotion, il y a rarement plus de deux artistes, les autres sont juste d’excellents techniciens. J’aurais pu à l’évidence être l’un des deux mais Samuel, brillant, voulant être l’unique, avait joué des coudes et m’avait fait virer dès notre première année pour d’obscurs problèmes de comportement... Je m’étais réorientée vers la sociologie... Et aujourd’hui, outre mon évidente consécration dans l’art, j’avais un sujet de thèse solide pour prétendre à mon doctorat.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

On s'est laissés entraînés dans la narration fluide de ce récit prenant à la première personne... sur fond d'art marketé, d'art morbide et de

Lire la suite
844

Un petit mot pour l'auteur ? 354 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda  Commentaire de l'auteur · il y a
Missfree a mis cette histoire en images, je suis très fière.
Si vous voulez voir : https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/a-platrer-les-blessures-dapres-un-texte-de-volsi

Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
C'est glaçant à souhait, très bien écrit et amené, bravo !
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci !
Image de lucile latour
lucile latour · il y a
une belle mise en scène. bravo
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci
Image de Nicolas Bleusher
Nicolas Bleusher · il y a
Évidemment, en forme de chute, les bras m’en tombent... ;)
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Ha ha ha
Image de Meri Bastet
Meri Bastet · il y a
brrrr ! sélection méritée
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
L'âme humaine n'est pas toujours jolie jolie
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Je me méfie toujours de l'art contemporain 😊 on a souvent de la peine à voir ce qui ce cache derrière le "concept".
Dans ce cas précis, on comprends bien la démarche artistique des deux co-auteurs ...
C'est bien amené et bien mis en scène.
Merci Volsi.

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci Hermann. Si tu veux creuser le concept "art contemporain et voyeurisme", je te conseille le premier épisode la série Black mirror qui joue toujours sur des limites dérangeantes.
Ça fait un moment que je n'ai pas regardé d'épisode - parce qu'il faut avoir un certain équilibre pour s'y risquer et en ressortir indemne - mais les réflexions que ça appelle sur nos comportements sont d'une pertinence redoutable.

Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Merci Volsi.
Je suis déjà fan et j'ai dévoré tous les épisodes 😊 Tu as raison, cette série est très visionnaire, même si parfois elle va très très loin.

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Elle me remue (enfin ce que j'en ai vu - je me suis arrêtée aux deux premières saisons) comme un film de Lynch... tu sais, ce "vraiment excellent" qui s'apprécie à la hauteur de ce qui a été touché... suivi de "à ne surtout jamais revoir"...
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Surtout l'épisode 1 de la saison 1 😳.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Je crois que moi c'est l'épisode 3 qui m'a le plus perturbée : retour sur image.
Image de Laurence Bedos
Laurence Bedos · il y a
Rhaaaaaaaaaaa c'est très fort !!!
Parfaitement écrit, et surtout surtout .... brrrrrr
bravo !!!!

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Ha ha ha merci beaucoup !
Image de Champolion
Champolion · il y a
Je découvre ce texte bien tard....
Remarquable!
La Recommandation est amplement méritée.
Champolion

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Merci
Image de Oscurio De Syl
Oscurio De Syl · il y a
Rare sont les twists qui arrivent encore à surprendre. Celui-là en fait partie. Belle plume !
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Tant mieux si ça fonctionne :)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Promesse d'azur

Volsi Maredda

L’enseigne hurle à la lune
Et de son bleu profond
Qui clignote en œillade
Désigne les bas-fonds
Où la lumière... [+]