A pieds joints dans le mythe

il y a
2 min
95
lectures
0

Comment dire ? C'est toujours difficile d'écrire, quelques fois pénible, très pénible même. D'autant qu'on ne refera plus le Voyage, pas plus qu'on ne refera Le monde selon Garp. Alors on  [+]

En grec ancien, Œdipe signifie "pieds enflés".
Œdipe était lui même le fils de Laïos, et Laïos, toujours en grec ancien,
signifie le « gauche », le « boiteux ».
Le grand-père d'Oedipe, Labdacos, avait quant à lui deux pieds gauches, dont un plat, celui de droite ; sachez aussi que Vanessa, sa grand-mère adorée, souffrait comme une damnée de la maladie de Morton (certains témoignages de l'époque évoquent même une pathologie 650 Commando, c'est dire si la pauvre dame devait morfler).

Des fouilles archéologiques récentes et spectaculaires semblent confirmer la thèse selon laquelle l'invention de la chaussure orthopédique et de la semelle compensée date de cette époque. Époque où, Œdipe, adolescent introverti, mal dans sa peau et accablé par cette lourde hérédité pédieuse -ses camarades avaient pour habitude de se moquer de lui en imitant le canard Coin! quand il passait à proximité d’eux en boitant- décide un matin d'avril de prendre son destin en main et de fonder ce qui deviendra A deep Shoes, la première fabrique quasi industrielle de chaussures conçues pour soulager de la souffrance d'avoir des pieds.

D'assez nombreux parchemins conservés dans des boîtes à chaussures stériles et retrouvés sur le site en attestent, son affaire décolle immédiatement et c'est un immense succès dans toute la Grèce antique. A ce point d'ailleurs qu'Oedipe se voit contraint d'embaucher à tour de bras pour faire face à une demande toujours croissante de chaussures. Sa petite fabrique prospère et l'on voit dans toute la Grèce antique, soulagés de leurs maux, des clients heureux, requinqués et à nouveau conquérants. A ce point que d'aucuns s'aventurent désormais bien au-delà des frontières de leur territoire (La qualité du témoignage audio retrouvé lors des fouilles ne permet pas de l'affirmer à 100% mais il est possible qu'une petite escouade d'une dizaine de gugusses des plus vaillants se soient aventurés jusqu'à Wormhout voire Armbouts-Cappel).
Rapidement donc, la petite entreprise d'Oedipe fait florès à ce point que la question de son agrandissement par le rajout de plusieurs extensions attenantes à la fabrique est au centre des débats du conseil d’administration de l'entreprise. Œdipe quant à lui, sage et avisé, voit très bien où tout cela pourrait le mener et reste sourd à tous les encouragements au gigantisme commercial. Il tiendra bon même face à l'insistance de son père, Laïos, celui-ci faisant des pieds et des mains pour le convaincre d'accepter d'agrandir la taille de sa fabrique de chaussures orthopédiques, pour enfin - selon ses propres termes – « lui donner la dimension qu'elle mérite ».
Pour finir voici l'extrait restauré par notre laboratoire d'un enregistrement retrouvé dans la cave du domicile familial des Œdipe, retranscrivant les rapports plutôt houleux qu'entretenait Œdipe avec son père Laïos. Soyez attentifs le son n’est pas de très bonne qualité.

« -Non je te dis, j'ai dis non et je ne changerai pas d'avis!
-Allez quoi Œdipe, fait pas ta tête de lard, agrandis!
-J'ai dis non Papa, ça ne m'intéresse pas.
-Pfff, c'est nul...Continues comme ça et tu resteras toujours un petit...
-Et bien ça me va! Et d'ailleurs ce n'est pas ce que dit ma mère. Elle vois-tu ça ne la gêne pas que je refuse d'agrandir.
-Tu m'étonnes! De toutes façons elle a toujours cédé à tous tes caprices cette morue alors....
-Tu es saoul Papa...
- Allez quoi, une ou deux extensions, pas plus, on double la production et les bénefs et basta!
-En fait ce que tu me proposes c'est d'en faire un complexe ? C'est ça ? Tout va bien et tout le monde est heureux mais toi ça ne te suffit pas, tu me demandes plus et encore plus, au risque de foutre en l'air notre si belle entreprise familiale, c'est ça ?
-Boarf...Un complexe, tout de suite, t'as de ces mots Oedipe mon fils. Non, juste un hypermarché de la godasse ça ira.
Halala vraiment, faut toujours que t'exagères, t'es bien co┘┌me ta mère tiens! Tu as▄ to-joußÔ-s e- de- pi-ds qui █u--t !┌┘ Tu me dé-ois crrr fils! FÌ▄mier! ┘┌█Re§8╚Ã▄¦▀nds-moi ma boutanche! C▀rrr...Pet-▄e ord--e! Va te l-ve- l- p--is! Fils d'arc-ev-qu- crrrr▀▄rrrrrr...zzz...crrrrr.....»

La suite de l'enregistrement est de trop piètre qualité pour que nous en tirions quelque chose mais avouez que c'est là un aspect fort intéressant du mythe d’Oedipe que nous découvrons ensemble.
Voilà, j'espère que comme nous vous vous êtes régalé de cette petite tranche d'histoire qui donne sa majuscule à la grande, je vous retrouve donc le 12 pour de nouvelles aventures et d'ici là je vous souhaite une belle semaine pleine de fleur d'oranger et libre de grumeaux s'il vous prenait l'envie de faire des crêpes.

Bonjournos. µ.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,