À Mathilda, cette enfant que je n’aurai pas

il y a
1 min
440
lectures
15
Qualifié
Image de Eté 2016
Après un parcours scolaire mitigé, j’ai trouvé ma voie il y a de cela deux ans. Dans quelques semaines, je serai gestionnaire de copropriété. Il ne reste plus qu’un examen à passer avant d’intégrer un cabinet de syndic et tenir mes premières assemblées générales.

Le dernier examen avant le grand plongeon consiste en une restitution orale des activités professionnelles effectuées pendant mes stages. J’entre dans la salle d’examen et y découvre trois examinateurs, assis derrière une table. Aux deux extrémités, des examinatrices. Au milieu, un examinateur qui est beau comme un dieu. Chaque membre du jury se présente mais une seule présentation retient mon attention, celle du bellâtre. Il s’appelle David Bellot. C’est un agent immobilier spécialisé dans la vente de biens atypiques. Tout un programme.

Je commence ma présentation. Une catastrophe, je bafouille, perd les idées que j’avais soigneusement organisées... Je m’empourpre et finis par m’enfuir de la salle. Je me laisse tomber dans le premier renfoncement que je trouve parmi les couloirs de cet établissement scolaire.

Je suis une ratée, j’ai tout foiré. Je n’accéderai jamais à mon rêve. Les larmes m’encerclent les joues et se rejoignent au niveau de mon menton lorsque je sens une main posée sur mon genou. C’est mon bellâtre, il a abandonné les autres membres du jury pour venir me consoler. C’est foutu, je suis amoureuse.
Pour enfoncer le clou ou plutôt confirmer ce sentiment, David me propose d’aller boire un verre au troquet qui fait l’angle de la rue. Mojito pour tout le monde. Tout en sentant les cristaux de sucre de canne se coller à mes dents, je bois les paroles du bellâtre. Sa conception de la vie devient la mienne. Il me parle de ses fantasmes, ses ambitions, ses projets... Plus tard, il veut un enfant, une petite fille, elle s’appellera Mathilda. Il adore ce prénom qui traduit un courage à toutes épreuves et une grande assurance.

Forts de notre conversation, nous quittons le troquet pour l’hôtel situé juste au-dessus. Son corps apprivoise le mien. Ça y’est, la petite Mathilda prend place dans mon ventre et va bientôt y grandir.

6h45, le réveil sonne. Cette belle histoire n’était qu’un rêve. Malheureusement, la présentation imminente de mes activités de stage n’en est pas un. J’arrive devant la salle d’examen. En poussant la porte, je vois trois membres de jury, que des femmes. Je n’ai plus le choix, je dois soigner ma présentation.

15

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !