3
min

A l'aube de ses vingt ans.

263 lectures

78

Lorsqu’il l’aperçoit à l’école, il la voit de loin et se rend compte que sa propre mâchoire vient de tomber sous l’effet de la surprise. Il se reprend et poursuit sa route comme si de rien n’était. Ouf, elle ne l’a pas vu ! Faut-il être stupide de rester planté là, bouche ouverte, juste parce qu’une fille passe ?
Bien entendu, elle l’a vu. Elle le regardait déjà bien avant. Il est tellement beau et tellement... inaccessible. Immanquablement, de rentrées en sorties de classe, de sourires en regards, de «  Bonjour » en « Passe une bonne fin de journée ». Ils se sont parlé. Quels yeux ! Elle est belle comme un cœur, si douce et tellement... inaccessible.
Des années de complicité, de grandes conversations épistolaires (ils ne se parlent que rarement en public). Elle est bien trop timide et discrète. Il est trop extravagant. Elle lui raconte pourtant sa vie, ses désirs, ses projets. Il la conseille avec amour. Elle lui dévoile son grand rêve : Être écrivain ! Elle partage le moindre de ses « essais » et lui, la corrige et la guide. Porté par sa passion, à elle, il se risque même à la poésie :

Amie,

Lorsque tes doux yeux de lumière se ternissent
Comme un beau soleil derrière un nuage noir
Aucun de tes sourires ne peut laisser croire
Qu’en ton cœur ne subsiste quelque cicatrice.
Utilisant ton imagination fertile
Pour nourrir secrètement tes rêves d’espoir,
Refoulant parfois le pessimisme d’un soir
Au profit d’illusions ne tenant qu’à un fil.
Ecrivain, tu composes en style romantique,
Enveloppant tes mots comme des friandises
Noyés dans l’eau de rose de ta gourmandise.
Tu crées des récits d’une émotion authentique
Couchant sur papier tes mirifiques chimères
Pour que dans l’espérance de nombreux lecteurs
Enfin, se réalisent tes utopiques projets de bonheur
Qui, dans l’envie des autres, semblent moins amers.

Un jour, c’est elle qui lui offre une bague. Ce n’est qu’une simple « sorcière » de métal, mais lui, en a de nouveau la mâchoire qui se dévisse.
-« Mais, pourquoi ? »
-« C’est en souvenir de moi, et... nous sommes le 14... Idiot ! »
Elle est déjà repartie et lui regarde cette bague qu’il vient de mettre au seul doigt de ce diamètre : l’annulaire. Comme une « alliance ». Étrange.
Le temps passe, son corps à elle change, s’arrondit. Toujours entre rire et profonde tristesse, elle l’interroge :
-« Tu penses que je suis grosse ? »
-«  Ne dis pas n’importe quoi, tu es SUPERBE ! »
-« Tu dis ça pour me faire plaisir ; Tu as vu, mes seins ? Ils n’en finissent pas de pousser ; on ne voit plus que ça et moi, cela me gène. Je voudrais être une petite souris pour pouvoir me cacher, quand ils me regardent tous. Tu crois que je devrais me faire opérer ? ».
-« Tu parles ! Les garçons te regardent tous pleins de désirs et les filles t’envient. Un jour, ça deviendra un atout de séduction. Promis. Si je n’étais pas ton ami, j’aurais bien envie de sortir avec toi ».
La bague est bien usée sous les assauts du temps. Ils en ont noirci des pages à se raconter. Elle lui a confié ses secrets les plus intimes. Il l’a conseillée, toujours avec bienveillance. A 18 ans, elle est plus belle que jamais et ses yeux sont si bleus qu’à chaque rencontre il se noie dans leur profondeur inexplicable.
-« Tu sais, tu m’as souvent dis de me méfier et de bien choisir la personne avec qui je le ferai la première fois ».
-« Oui, d’abord être prête. Avoir envie de lui. Être Complices ».
-« Et bien, j’ai trouvé la bonne personne. »
-« Génial ! C’est qui ? »
-« Ben... c’est toi... andouille !».
C’est la troisième fois que sa mâchoire se décroche. Il ne sait que faire, mais lorsqu’elle l’enlace, entièrement nue, avec toute sa tendresse, le corps lui sait. La bête, stupide et instinctive prend les commandes et reste sourde aux injonctions de la raison. Le voilà devenu « Grand Professeur ». Fanfaron de vanité. Il sait ! Il va lui montrer toute l’étendue de ses connaissances, la profondeur débile de sa virilité ! A la fin de cet exploit minable, elle lui demande comme dans un abîme de désespoir :
-« C’est ça ? Je suis une femme maintenant ?»
-« Mais, voyons... tu l’étais déjà, bien avant ».
Il n’est pas complètement aveugle. Il se rend bien compte que quelque chose a foiré dans ses grands plans de matador. Une innocence est perdue. Il ne voulait pas le faire comme ça. C’est trop tard. Pouvait-il refuser un cadeau aussi incroyable ? Délaisser une telle beauté offerte ? Il n’en a pas eu la force.
-« Tu sais, je vois une psychologue depuis quelques temps et... Bref, elle me demande de ne plus te voir et de prendre un peu de distance parce que tu as trop d’influence sur moi »
-« OK. Tu sais combien je te respecte et si tu crois que c’est le bon choix...
Je ne t’oublie pas et resterai toujours là pour toi ».
-« Je sais... je reprends contact dès que tout est rentré dans l’ordre. »
Elle a vingt ans. Presque deux ans se sont écoulés. Il pense à elle. Vingt ans, cela vaut bien quelques fleurs tout de même ! Pour la fleuriste livrant elle-même ses compositions, ce sera la pire expérience professionnelle de sa vie.
-« Je suis désolée. Si vous voulez, je vous rembourse les fleurs (je n’ai pas eu le cœur de les reprendre). La maman de votre amie m’a accueillie un peu vertement en me disant qu’elle pensait à une mauvaise blague. Vous ne saviez pas que votre amie est décédée ? ».
Cette fois, ce n’est plus sa mâchoire, c’est son cœur tout entier qui vient de tomber par terre. Cela faisait si longtemps qu’elle rêvait de faire réduire sa poitrine ; des seins « comme des soleils » (disait Jacques Brel). Elle l’a tout de même fait et... embolie pulmonaire.
Désormais plus d’alliance, marquée à jamais dans la chair de son annulaire. Plus de Saint-Valentin, fête mercantile, que chacune de ses nombreuses Amours lui reprochent de ne pas fêter... sans savoir. Il faut s’aimer chaque seconde, se le dire à chaque possible, car il y a tant d’amours à vivre et à donner.
Qui se souvient de son prénom, caché dans un poème ?
C’était, de ses amours inassouvies, de ses vingt ans jamais célébrés : l’aube.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
78

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Oh non, je ne m'attendais pas à ça ! Triste et beau à la fois ce texte
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Comme promis Christel je reviens commenter votre texte.
Je l'ai lu une deuxième fois avec plaisir.
Il mérite d'être propulsé plus haut. J'ai été très émue par ces deux adolescents et catastrophée par la fin tragique qui s'inscrit dans l'écriture efficace et bien adaptée aux personnages (dialogues) et j'ai apprécié la critique fine de cette fête qui fait tant de mal à ceux qui ont perdu la personne aimée.
Mes votes (sans barguigner, + 4)

·
Image de KaB
KaB · il y a
Mes 3 votes vont à cette très belle histoire sur l'Amitié et l'Amour sincère! Bien écrite, cette histoire décrit aussi très bien la souffrance cachée : un amour qu'on n'ose avouer, une solitude, une poitrine trop grosse ... Beau travail. Continuez comme cela !
·
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
Très triste mais très beau aussi. Mes voix.
Mon texte si vous le souhaitez: http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/je-te-promets-6

·
Image de Demens
Demens · il y a
Terrible. Construction efficace, texte bien écrit, mon soutien.
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
des rêves fous d'ados qui se terminent en cauchemar... mes voix !
si vous les aimez , dans le même prix : " A l'aube " et " Aux lueurs du jour "

·
Image de Jean Jouteur
Jean Jouteur · il y a
Une Belle histoire d'amour adolescente, elle romantique, lui, trop pressé, maladresse de ne pas savoir comment aimer. Et puis cette fin que l'on se refuse de croire. Il y aurait peut être des choses à affiner ou plutôt à dévoiler, notamment le ressenti des personnages, mais il est vrai que le format impose un nombre de mots restreint. Une chose m'a gênée, un détail, un psy qui se permet de demander à son patient de ne plus voir quelqu'un tout en le jugeant, est, excusez moi, un très mauvais psy.
·
Image de Christel Jacquemin
Christel Jacquemin · il y a
Merci beaucoup pour votre avis....J'en prends bonne note...Et malheureusement il y a de mauvais psy. qui éloignent le "problème" plutôt que de développer en leur patient la capacité de trouver des solutions adaptées à leur personnalité.... Mais ce sont les hasards de la vie , parfois ils sont malheureux....Bonne journée à vous et encore merci.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien écrite, triste et émouvante ! Une invitation à partir en voyage sur ma “Croisière” ( qui est en FINALE ) si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne soirée!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un beau récit, une histoire triste et pleine d'émotion.
Je participe avec un sonnet au Prix de la St Valentin. Je vous invite à aller le découvrir. Merci.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/au-bout-de-la-nuit-1

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
bien triste...
·