À la vie, à la mort

il y a
2 min
1 041
lectures
189
Finaliste
Public

J'écris pour inventer des libertés, pour m'approprier les pleins pouvoirs, pour (m'auto)critiquer, pour (me)sauver, pour (me)venger...mais aussi pour déterrer et dompter les monstres (intérieurs)  [+]

Image de Automne 2016
Ce jour-là, avant que mon téléphone portable ne sonne, j'avais l'impression que je vivais le jour le plus terrible de mon existence.
Je venais à bout d'une bataille inégale qui s'était jouée avec une poussette double qui refusait obstinément de se déplier, mes jumeaux qui braillaient pour je ne sais plus quel motif, dans une voiture neuve dont la climatisation ne marchait plus depuis la veille, sous un soleil de plomb annonçant une canicule certaine, sur un parking bondé dont les arbres se refusaient à une croissance bienfaitrice d'ombre précieuse.
Lorsque j'ai répondu à mon téléphone, le mécanisme de la poussette émit un « clip » caractéristique d'un bon montage et je pus enfin envisager d'y installer mes bébés dans leur assise respective ainsi que l'énorme sac de linge sale dessous. La machine à laver venait de rendre l'âme et la garantie extensible onéreuse souscrite ne prévoyait pas son remplacement. Il me fallait attendre que le réparateur diagnostique la panne, commande la pièce défectueuse, programme un nouveau rendez-vous dans un planning déjà chargé. Dépitée, je me savais vouée à squatter la laverie pendant des jours.
Essoufflée j'émis un « allo » étouffé. Face au silence qui s'ensuivit, je réitérai plus posément ma question :
— Allo, qui est à l'appareil ?
— Lisa, c'est moi, Tom.
Les jumeaux buvaient goulûment leur biberon d'eau. Ils ne pleuraient plus. Je changeai mon téléphone d'oreille afin de gagner du temps dans une réflexion qui échappait à mon interlocuteur étant donné qu'il ne me voyait pas. C'était un geste vain mais qui avait au moins l'avantage de me déconnecter quelques secondes du stress récent. Car, même si je ne situais pas encore ce Tom, sa voix titillait ma mémoire.
— Tom ?
— Tom du lycée.
Un flot de souvenirs m'a alors assaillie. J'ai remis un visage sur Tom. Et mes années de lycée ont resurgi en un flash. C'était l'époque bénie de ma jeunesse. L' insouciance, l'amitié pour l'éternité, l'amour pour quelques jours, le bar et son baby-foot, les cafés partagés faute de blé, les clopes roulées qui tournaient... Tom, Cynthia, Guillaume et moi, notre bande à la vie, à la mort.
— Bon sang ! Tom ! Mais ça fait un bail !
— En effet Lisa, ça fait vingt ans. Comment vas-tu ? Que deviens-tu ?
J'ai récupéré les biberons d'eau des jumeaux avant qu'ils ne les jettent par-dessus la poussette, leur ai fiché une sucette chacun dans la bouche, leur doudou collé à l'oreille et j'ai avancé vers le centre commercial, lieu qui abritait la laverie salvatrice.
— Mon dieu, Tom, comment résumer deux décennies comme ça en quelques phrases ? Faudrait qu'on organise un truc. Avec Cynthia et Guillaume. Tu as leur numéro de téléphone ? Tu es dans le coin ?
— Écoute Lisa, je vais abréger... Moi aussi je réalise qu'on a bafoué nos promesses de jeunesse de rester en contact. On a grandi. On a suivi des chemins différents. C'est comme ça. C'est la vie...
J'ai stoppé mon allure. J'ai réajusté l'ombrelle de la poussette. Et j'ai attendu que Tom reprenne la parole. Je ne bougeais plus. Mes semelles de ballerines se figeaient lentement dans le bitume neuf et malodorant du parking.
— Tom, tu es toujours là ? Tu sais, à défaut de rattraper le temps perdu, nous pouvons au moins nous retrouver autour d'une table et nous raconter nos vies... Tom ?
— Lisa... Comment te dire... Je t'appelais pour t'annoncer la mort de Guillaume. Les funérailles ont lieu après-demain dans sa ville natale. Écoute, je dois te laisser : il me reste à joindre Cynthia.
Et il a raccroché. Comme ça. Me laissant avec une émotion ambiguë de tristesse.
Lorsque je suis parvenue devant une laverie fermée pour cause de changement de propriétaire, j'ai rebroussé chemin sans réfléchir. Ni au destin, ni à la fatalité. Ni à la vie. Ni à la mort.
J'ai pris la direction du lycée. Comme on remonte le temps.
Avec mes bébés et mon sac de linge sale.
Une sorte de pèlerinage.

189

Un petit mot pour l'auteur ? 295 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sharad Niraj
Sharad Niraj · il y a
Très beau texte, Sylvie !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Déceptions : celui-ci me plaisait vraiment beaucoup... :(
Image de André Page
André Page · il y a
Un texte vivant sur une mort annoncée.. bravo Sylvie.
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
On se sent étrangement en vie après de telles mauvaises nouvelles. Presque gêné d'être encore là. Mais la vie continue avec son quotidien. Merci André ( je passerai sur Livre en Tête dans les jours à venir te lire) !
Image de Perle Vallens
Perle Vallens · il y a
Très émouvante lecture. Bonne chance à vous !
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci pour ton appréciation Lullaby !
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
Mon vote solidaire! Bonne chance Sylvie!
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci beaucoup Alain !
Image de Issouf Sankara
Issouf Sankara · il y a
Bsoir sylvie. Ce très captivant votre texte.! Je le vote et je le revoterai dès que possible.
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est très sympa, merci beaucoup Issouf !
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Houlala!!! c'est poignant!!!
Hein?? encore Sylvie qui me poigne !!!

Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Je te fais pas trop mal quand même hein ?!
(rires)
Merci pour ta lecture !

Image de Fleur de Tregor
Fleur de Tregor · il y a
Je vote pour, vite, confirmer avant la fin de La Finale !
Je vous demande de m'excuser pour ce copié-collé sans commentaire personnel.
Je m'en explique plus longuement sur ma page de profil.
Je vous souhaite Bonne chance !

Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci beaucoup Fleur !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Re! Bonne chance Sylvie!
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Luc !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Très beau *
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci beaucoup Malau !

Vous aimerez aussi !