A la recherche de Zita

il y a
3 min
350
lectures
48
Qualifié
Image de Très très courts
Lenny observait, du haut d'un chêne, le village de Val-de-Laine. Dans les rues, déambulaient des vieux, des femmes et des enfants. Lenny faisait partie des plus âgés. Tous les hommes valides de plus de quinze ans étaient partis combattre Erork, chevalier de la contrée de Landfarg, envahissant depuis peu les territoires qui l'entouraient pour étendre son royaume. Il s'attaquait désormais à Belfond, province paisible où Lenny habitait depuis toujours avec ses parents et ses frères. Aujourd'hui, il était seul avec sa mère qui travaillait sans relâche pour maintenir la ferme en état en attendant le retour de ses hommes.
Une silhouette rouge apparut au coin de la rue principale. Lenny reconnut tout de suite Zita et décida d'aller la saluer. Il sauta du chêne et atterrit lourdement sur sa jambe gauche. En se redressant, il la massa et remis en place l'armature en métal qui lui permettait de la maintenir droite. Ses cascades à répétition lui avaient valu les sermons de sa mère mais aussi une jambe complètement raide. Il courut en boitillant vers Zita.
- Bonjour Zita, tu veux de l'aide ?
Elle croulait sous les paquets qu'elle transportait. Elle lui tendit trois sacs pleins de blé.
- Merci, toujours aussi gentil, lui répondit-elle.
Lenny rougit. Zita avait le don de l'impressionner même s'ils se connaissaient depuis toujours. Peut être à cause de ses grands yeux gris qui lui donnaient l'impression qu'elle pouvait lire ses pensées.
- Comment va ta mère ? La mienne est fatiguée....je ne sais plus quoi faire pour l'aider.
Il allait lui répondre quand un groupe d'Azrog fit irruption dans le village en hurlant. Ils courraient, flambeaux en main et les jetaient sur les toits de Val-de-laine. Immenses, vêtus de noir, on ne distinguait leurs visages, cachés derrière des casques à pique. Certains Azrog donnaient l'impression d'avoir deux têtes mais Lenny savait que la celle du dessus n'était qu'un trophée, la tête d'un ennemi vaincu.
Zita lâcha ce qu'elle portait et pris la main de Lenny. Ils se mirent à fuir vers l'autre porte du village pour prévenir leurs mères mais furent stopper par un géant. Lenny fut jeté au sol et sentit que sa main quittait celle de Zita. Elle, était maintenu par les bras puissants d'un Azrog et se mit à crier lorsqu'une goutte de sang lui tomba sur la main. Elle leva la tête et hurla de plus belle en voyant la tête planté sur la pique. L'Azrog cria :
- Je l'ai. Azrog, allons y !
En l'espace d'une minute à peine, tout redevint silencieux. Les survivants reprirent possession des rues et Lenny aperçut sa mère et celle de Zita courant vers lui.
- Lenny, as tu vu Zita ? Cria la mère de celle-ci.
- Ils....ils l'ont prise, bafouilla Lenny. Et dans un murmure, il lâcha.
- Ils étaient venu pour elle.
Les deux femmes le regardèrent.
- Ils étaient venu pour elle, répéta-t-il en se levant. Il parlait pour lui même en tournant en rond.
- Les Azrog rejoignent Erork sur le front de Belfond, c'est certain. Et enlèvent des personnes de valeur sur le chemin.... Quoi de mieux que la fille d'un chef.
Sa mère le stoppa. Il releva la tête et conclut.
- Ils essayent de prendre notre armée à revers. Il faut les prévenir.
Sa mère vit la lueur dans les yeux de son fils et sut qu'elle ne pourrait rien faire pour l'en empêcher. Ils ne pouvaient pas, de toute manière, rester sans agir.

Son cheval filait à travers la campagne de Belfond. Parti une heure à peine après le passage à Val-de-laine des Azrog, Lenny comptait les rattraper pour la nuit tombée. Il n'eut pas trop de mal à savoir quel chemin prendre. Il suivait les traces de fumée des villages et parfois retrouvait une tête jetée au bord du chemin qui lui confirmait qu'il était sur la bonne route. Le jour baissait et il sentit une odeur de chair brûlée qui lui indiqua le campement des ravisseurs de sa belle Zita. Il décida de finir à pied pour rester discret. Un feu se dessinait à travers les arbres. Lenny rampa et atteignit un rocher proche du camp. Il y avait trois soldats Azrog qui taillaient la pointe de leur lance, se préparant à leur tour de garde. Lenny allait reprendre son chemin quand un quatrième arriva tenant sa monture par la bride. Sans cheval et avec sa jambe de boiteux, la fuite semblait compromise.
Il rampa plus loin, vers un feu plus important que le premier. Il observa les alentours. Beaucoup d'Azrog et dans le fond des barrières de bois qui semblaient contenir des gens. Des bras passaient à travers le bois et les barrières tanguaient comme si la foule à l'intérieur était trop grande pour les contenir. Il s'avança et grimpa sur un arbre bien feuillus. Arrivé sur une des branches les plus haute, il put enfin regarder à l'intérieur. Des enfants s'entassaient sans même pouvoir s'allonger. Il reconnut de suite, la chevelure longue et bouclée de Zita. Elle était dans un coin, juste en dessous de l'arbre. Il attrapa un gland et le lança sur sa tête. Elle leva les yeux et sourit en apercevant à travers les feuilles un éclat de métal. Elle ne le voyait pas mais elle savait que Lenny était là. Une corde descendit le long du tronc. Les enfants commencèrent à la remarquer et ne purent s'empêcher de crier. Tout en s'enroulant la corde autour de la taille, Zita leur dit.
- En haut, je lancerai à nouveau la corde. Restez silencieux pour que tout le monde puisse sortir.
Elle tira sur la corde pour prévenir Lenny. Il commença à tirer et elle se souleva dans les airs. Les enfants crièrent de plus belle. Lenny accéléra en voyant les Azrog qui se levaient pour voir ce qu'il se passait. Ils levèrent la tête et l'armature de métal révéla la présence de Lenny et Zita qui l'avait rejoint.
- Il faut qu'on détale.
- Les autres ? Demanda Zita.
- Là, on peut rien faire. On reviendra. Promis.
Les Azrogs se rapprochaient en criant. Lenny détacha son armature qui le trahissait et la lança au loin pour les induire en erreur. Sa ruse marcha et ils en profitèrent pour passer d'arbre en arbre, s'éloignant de la menace. Au loin, les cris continuaient. Lenny avait sauvé Zita. Maintenant, il fallait sauver tous les autres : les enfants et les hommes du front.
48

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,