2
min
Image de Gargamel

Gargamel

667 lectures

26

Qualifié

Il est arrivé aujourd'hui, alors qu'il faisait grand-froid, que la belle race humaine s'emmitouflait dans des fourrures électriques, que son futur était déterminé par l'univers qui n'en finissait pas de se faire et de se défaire, il est arrivé l'heure de la grande dissolution.
Tout ce qui était construit, immeubles, routes, châteaux, ponts, barrages, maisons, voitures, trains, bateaux, machines de guerre, avions, usines, tracteurs, et même le presse-agrumes, tout fut broyé, se dénoua, s'abolit, se décomposa, se pulvérisa en un unique tas de sable.
Tout fut confondu dans une brume colorée, étincelante comme si des milliards de diamants s'évaporaient.
Il y eut le vent qui balaya tout ça ; il y eut des étoiles curieuses penchées au-dessus des nuages, avides de savoir ce qui se passait.
Où êtes-vous passée, belle humanité ?
Des années et des années s'écoulèrent. Les vents s'étaient apaisés.
Il vint des enfants par millions de sous la terre, qui se saluèrent, qui se racontèrent des histoires et qui jouèrent sans fin sur le sable.
Quand le soir tombait, pas un souffle, pas un cri ne venaient troubler les montagnes de sable.
Quand le jour se levait, les enfants recommençaient leurs jeux, inventaient de nouvelles histoires, sculptaient le sable avec leurs mille et une idées, riaient, s'aimaient. Tellement !
Pourtant, ils se réveillèrent un matin aux pieds d'arbres qu'ils avaient rêvés, et une forêt qui chantait auprès d'eux. Le sable avait disparu.
La Terre poursuivait sa route, tournant autour du soleil.
Les enfants jouaient maintenant dans les arbres, s'envolant de branche en branche, gravaient le bois et pépiaient avec la forêt.
Et le soir arrivait vite, et ils s'endormaient en aspirant le parfum des arbres.
Cela dura longtemps, toujours...!
Mais il arriva un matin où les enfants pétillant de rosée perçurent, au plus loin de la forêt, un son nouveau, comme si des milliers de clochettes résonnaient au plus loin de la forêt.
Ils partirent à la recherche de cette vibration réjouissante. Ils découvrirent une cascade immense, et se sont jetés dans les eaux précipitées presque du ciel.
Ils n'en avaient jamais assez de cavaler dans cette eau et ils s'éclaboussaient, se gorgeaient de cette eau claire et fraîche. Ils nageaient dans les grands bassins creusés par la dégringolade des eaux.
La vie continuait, s'enfantait, renaissait les matins de tous les jours, de toutes les éternités.
Et les enfants de sous la terre se saluaient, s'aimaient, racontaient des histoires nouvelles, chantaient, riaient, cajolés par la forêt, la cascade et la Terre qui les avaient engendrés.
De leurs rêves, doux et tranquilles, naissait un monde doux et tranquille.
Les enfants, paisibles, se levaient le matin, prêts à de nouveaux jeux, de nouveaux chants, écoutaient la Terre tourner autour du soleil.
Les étoiles les regardaient dormir, veillaient leurs nuits, leurs jours, discrètement émerveillées de leur éternité paisible.
Et il n'y eut pas de fin.

PRIX

Image de Eté 2016
26

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Athor
Athor · il y a
Un récit poétique qui fait plaisir à lire. S'il fallait comparer notre monde avec celui qu'annonce ce texte, je ne saurais pas dire lequel est le plus puéril^^ Sûrement le nôtre, mais dans le sens négatif du terme. Nous devrions apprendre parfois à profiter de la nature et à nous amuser.
·
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Beau texte, original et poétique, qui se lit comme une légende ou une prophétie. Un triomphe de l'innocence.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Belle découverte ce soir : votre texte, au hasard de mes lectures. Beaucoup d'espérance et beaucoup de poésie dans votre texte : j'aime. Mon vote.
Si vous avez deux minutes, je vous invite pour une poésie (vite lue!) sur ma page: "le coq et l'oie". Merci !

·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
L'univers à travers le monde ou l'inverse, excellent. +1 de la part de Tilee auteur de "transparence" catégorie poésie.
·
Image de Dizac
Dizac · il y a
La terre les enfants et l'avenir. C'est poétique. J'aime
·
Image de Gargamel
Gargamel · il y a
Merci.
·
Image de Gargamel
Gargamel · il y a
Ondes électromagnétiques converties en ondes sonores, par les très grandes oreilles des savants.Merci sans début, et sans fin.
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Qui pourra dire quel bruit fait la Terre en tournant dans l'espace comme une toupie paresseuse. Et puis il n'y a pas de fin, parce qu'il n'y a pas de début, c'est une invention de l'homme.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Très beau texte sur une histoire du monde, et une fin sans fin... bravo Gargamel.
·
Image de Gargamel
Gargamel · il y a
Merci.
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
J'aime ce monde poétique qui me fait penser à l'un de mes poèmes "un frémissement". Beaucoup de lumière se dégage de vos mots.
·
Image de Gargamel
Gargamel · il y a
Je lis "l'odeur du réglisse". J'admire, j'aime. Il ne fait pas super beau, mais ça sent bon le réglisse.
·
Image de Denis Lepine
Denis Lepine · il y a
beau texte, j'ai voté, je vous invite à découvrir mon texte de chason: 'dans mon cahier' sur: http://short-edition.com/oeuvre/poetik/dans-mon-cahier
·