1
min

À fond de cale

Image de Philippe Arx

Philippe Arx

22 lectures

1

An de grâce 1685, au large d’on ne sait où.

Je me réveille d’une affreuse gueule de bois dans ce que j’imagine être la cale d'un navire. J’ai peine à comprendre ce que je fais là, gisant au milieu de barriques, de caisses et d'autres énergumènes entravés comme moi.
Rien ne m’est familier ; ni le roulis, ni l’odeur âcre qui règne dans l’entrepont, ni les quelques cris plaintifs poussés dans des langues autres que la mienne.
Je parviens à réunir mes esprits. Je me souviens d'être entré dans un cabaret du port de Brest où l’on pouvait rencontrer un recruteur. Baluchon à l’épaule, j’avais franchi un rideau épais aux couleurs bariolées pour aller m’assoir à une table vide.
J’avais trouvé amusant l’homme qui sortait de la semi-obscurité pour m’accueillir. Le bougre était paré d’un pagne et des tatouages étranges couraient sur ses bras et sa poitrine.
Un pichet dans une main et dans l’autre un gobelet qu’il a rempli en me souriant :
- " Je suppose que vous venez pour le type de la Compagnie qui recherche des tonneliers ? "
J’acquiesçai du chef circonspect.
- " Il n’est pas encore là ! Mais en attendant, goûtez-moi ce rhum, vous n’en reviendrai pas".
En avalant cet élixir au goût douteux, je me rappelle avoir lu sur l’écriteau en bois au-dessus de ce qui servait de bar « Découvrez le Nouveau monde ».
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gil
Gil · il y a
Bon voyage !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur