2
min

À contre-écran

Image de Garance

Garance

65 lectures

26

Il est confortable ce lit où, assise en tailleur tu contemples la grisaille. Des rires, des exclamations, des « Tu as vu ?» « Il est sublime, non ? » se déversent des lèvres de tes deux amies et troublent ton silence et la surface de ton âme. Ils t’arrachent de la terre ferme. Tu contemples leur dos courbé, leurs pupilles fascinées par la luminosité de l’écran telles des insectes attirés par la lumière. Tu pointes le bout de ton nez au-dessus de leur tête pour voir l’information si digne d’intérêt sur l’écran. Tu te sens, comme elles, emportée par le courant d’Instagram où nagent des photos de bonheur constant : des paysages luxuriants, des vêtements alléchants, des mets succulents. Tu plonges avec elles pour sentir l’herbe fraiche où une jeune fille se prélasse, tu goûtes ce cookie aux pépites chocolatées, tu portes cet habit si seyant. Tu aimerais qu’elles t’apprennent à nager dans cette rivière aux reflets tendres et lumineux. « C’est qui elle ? » « Quoi ! Tu connais pas cette chanteuse ? » « Euh non ? » « D’ailleurs, tu as vu mon snap à la fête de samedi ? » « Tu sais très bien que je n’ai pas Snapchat. J’ai un iPhone 4 ! » « Tu devrais vraiment le changer ton portable. En plus tu réponds jamais à mes messages sur Messenger, alors que tu les vois. Tu me fous des vents ! » « Je suis désolée ». L’ apparence de cette perfection chimérique peu à peu se dissipe. Tu bois la tasse, tu t’étouffes, le courant est trop rapide... La panique s’empare de toi et tes mouvements dans l’eau deviennent de moins en moins précis. Tu voudrais crier à l’aide à tes amies qui prennent une photo ensemble le sourire trop large aux lèvres «  Les filles, vous voulez pas qu’on joue à un jeu de société ? Cartes, Monopoly, Cluedo ? » «  Oh ! la flemme !! On est bien là, non ? » Cris du cœur qui brisent le tien. Tu as maintenant la tête sous l’eau. Tout te dépasse..

C’est alors que tes dernières forces s’emparent de toi et t’aident à émerger. Tes bras possèdent soudainement des muscles vigoureux et tu commences un crawl en direction de la source. Tu arraches le smartphone des mains de ton amie et le jette sur le sol où la surface en verre se brise en mille morceaux. « Mais qu’est que tu viens de faire ? » Commence une bataille avec le courant, violente et inégale. «  « Vous ne voyez pas que je suis là ? Vous ne voyez pas que je ne suis ni une photo, ni un message mais un être vivant, qui vous parle directement sans écran ? Vous ne voyez pas la barrière entre vous et ces personnes sur le portable ? Et si vous la voyez, ne comprenez vous pas qu’elle est infranchissable ? Dans quelques heures, je partirais et vous ne m’aurez pas une fois regardée dans les yeux, pas une fois observé l’espace où vos os, vos muscles, vos poumons s’activent ! Je suis venue pour vous sentir, pour vous sourire, pour tout simplement partager un moment avec vous. Comment est-ce possible, si vous parlez avec d’autres personnes, si vous riez avec d’autres personnes, si vous échangez avec d’autres personnes en même temps que vous échangez avec moi, que vous parlez avec moi ? Je ne comprends pas !!! » « Mais tu es folle ma parole ! Tu casses mon téléphone juste pour ça ? Parce que nous ne sommes pas assez présentes ? Parce qu’on a les yeux trop rivés sur nos écrans ? Nous sommes là, nous sommes avec toi ! C’est juste que tu n’es pas dans le bon sens du courants. Tu devrais te réveiller et te forcer à être plus réactive parce que ça ne va pas t’aider dans tes relations sociales !!! » Tu trembles, pleine d’égratignures mais déterminée. Ta main saisit ton portable sur le lit avant qu’il soit projeté dans les airs, connaissant le même sort que son confrère. « Nous sommes quittes maintenant. Je nage peut-être du mauvais sens mais au moins je sais où je vais, je sais ce que je veux. S’il faut que je sois à côté de la plaque pour l’atteindre et bien je serais en marge ! Je nagerais à contre courant ! »

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
26

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Adibro
Adibro · il y a
Il faut vivre dans la réalité, pas dans le virtuel où tout est imagé et illusoire et ce texte le montre parfaitement.
Vraiment en accord avec ton texte.
Bravo

·
Image de Alixone
Alixone · il y a
Comme Lise, je trouve que votre récit n'est pas suffisamment lu. Donc, je vais le partager sur Twitter.
Bonne chance pour la suite...

·
Image de Garance
Garance · il y a
Oh mais c'est adorable, je suis très touchée. Après sûrement que je ne suis pas assez réactive sur site. Puis il y a vraiment des chef d'oeuvres dans ce concours.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Superbe texte, pas suffisamment lu à mon gré. Vous êtes dans le vrai et vos 'amies dans l'erreur. Le monde virtuel n'est pas le monde réel, ce n'est que du rêve. Notre monde réel n'est pas souvent idyllique, mais il est tout de même emplie de belles et bonnes choses. Vous avez mes 5 votes.
·
Image de Garance
Garance · il y a
Merci beaucoup <3
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
De rien, je l'ai partagé sur facebook.
·
Image de Maia Acklins
Maia Acklins · il y a
« Stop the screen ! » me répète toujours ma mère quand nous sommes en famille. Profiter de l'instant, des autres, savoir poser le téléphone, se déconnecter du monde entier pour se connecter avec le monde autour de soi : beau texte, je suis ravie d'être passée !
·
Image de Garance
Garance · il y a
Merci, je suis ravie qu'il te parle.
·
Image de Lise Lgds
Lise Lgds · il y a
Triste vérité que ton texte fait ressortir...
·
Image de Garance
Garance · il y a
Malheureusement ....
·
Image de Myriade
Myriade · il y a
J'aime beaucoup ton texte, parfaitement dans l'aire du temps, et dans lequel j'ai le sentiment de me reconnaître :)
·
Image de Garance
Garance · il y a
Merci beaucoup <3
·
Image de Crevetteàlunettes
Crevetteàlunettes · il y a
Tellement vrai !
J'aime beaucoup

·
Image de Garance
Garance · il y a
Merci beaucoup <3
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur