2
min

9 heures moins ..le car

Image de Jl Herrbé

Jl Herrbé

7 lectures

2

Elle s'appelle Julie Poisson mais tous au collège l'appellent "La Poisse " ; Allez savoir pourquoi...
" N'oubliez pas , ce soir, 20 heures, sur le parking !". Toute la nuit dans le car,quel courage ! Je dirais même plus, quelle folie !..Onze heures de stress, de fatigue, de courbatures et la promesse d'un lendemain difficile. Mais que ne ferait pas le prof de langues pour gagner quelques heures d'immersion , quelle fierté d'entendre ses élèves pratiquer ! !Une journée supplémentaire sur le terrain est pure joie ..enfin théoriquement ..Jour après jour les 24 collégiens s'épanouissent dans les familles allemandes, tous ? Non,Frau Meier me téléphone " à cause " de sa Française." Julie n'est pas bien , elle pleure, pas moyen de la raisonner". J'arrive, elle m'interroge: " Est-ce-que je m'y prends mal "?. La famille typique qui culpabilise au premier raté. Je m'emploie à la rassurer avant que Julie ne m'interrompe "Plus les jours passent,plus j'ai le sentiment,la conviction que je ne reverrai plus jamais mes parents. Vous verrez Mr, il va se passer quelque chose, à chacun de mes voyages scolaires l'invraisemblable surgit,tel ce garçon opéré de l'appendicite à Londres...". Inouiet dur de trouver les mots qui apaisent !!. " Tout va bien se passer" , enfin je l'espère..C'est le soir du retour vers la France, après douze jours d'intense germanisation ." Mr, je commence à rêver en allemand".Les coffres des grosses cylindrées se vident, les bagages , gonflés de souvenirs, s'entassent,s'emmèlent au sol. Malgré l'obscurité, certains affichent une mine illuminée: " Retrouver enfin parents, frères, copains, ordinateur ". D'autres, les plus nombreux, prolongeraient volontiers la fête:" Retrouver deja parents, soeurs, profs, cours à rattraper..Et le correspondant est si cool..Mr, on peut rester encore 24 heures?". S'ils savaient..Tout le monde discute, personne ne voit le temps passer, personne ??si,moi qui lorgne discrètement la nationale, envahi par le doute, et Julie , les yeux rivés sur s a montre. " Mr, il est 22 heures"..Ses mots sonnent le réveil de la troupe,dans un seul élan tous s'écrient: " Le car ?"? Il faut se rendre à l'évidence,le car, commandé pour 20h45 n'est pas là..." Il ne va pas tarder " dis je dans un grand souci d'auto-persuasion. Julie, près de moi, vire au blanc. " Vous voyez,Mr, je vous l'avais dit"? 22h15 et pas de car,il est désormais évident qu'il ne viendra pas.Comment gérer cette évidence,cet inconnu,d'autant que plusieurs familles sont indisponibles demain.Impossible de joindre l'autocariste, impensable d'attendre davantage; Julie, effondrée, clame sa culpabilité. "Partout je porte la poisse". Je vous jure que personne n'en rit..Il faut maintenant agir vite,répartir les élèves et lancer côté Français la chaîne téléphonique d'incident.Je n'ose à peine penser aux réactions des parents,exacerbées par l'heure tardive. D'abord la frayeur " Il s'est passé quelque chose" puis, chez certains, la colère, l'accusation:" Qu'est ce que c'est que cette (dés)organisation !!!.Angoisses, soucis, rien ne m'est épargné. Une fois le calme revenu de part et d'autre du Rhin,chacun reprend ses esprits, ses forces et ses bagages et s'en va .Il est onze heures moins ..le car ." Bonne nuit" Tu parles, jamais souhait ne fut aussi malvenu.Le cauchemar du soir va céder la place à ceux de la nuit...Ouf, il est 6h et quart, j'ai hâte de me lever pour voir, pour savoir.J'appelle l'autocariste " Oui,les deux chauffeurs viennent de partir..Comment ça,notre retour était prévu hier.An non,c'était le 22 et nous sommes le 22 !! Tout s'effondre tout est de ma faute !!.Je pense à Julie, à mon image ternie, je rêve,non,je cauchemarde.Dure journée à attendre.Enfin il est 20h j'explique brièvement la"vérité qui sera vérifiée..Je tremble, surtout ne pas regarder Julie,j'ai peur de ses prémonitions." Hurra" Le car arrive,MERCI chauffeurs. Jamais ils ne furent autant éspèrés . Une brève relation des faits suffit à chasser leur étonnement,ils en rient. Pas moi !Ce bonus d'imprégnation linguistique est loin de me consoler.21 h et..car, au revoir l'Allemagne, à l'année prochaine..peut-être . 7 H du matin, à l'heure convenue ( à un jour près ..) nous retrouvons parents, frères, soeurs, collège..Mes appréhensions sont balayées par les nombreux commentaires positifs et réconfortants :" Un excellent souvenir ,un séjour génial ,merci pour votre investissement ". Ceux qui pensent le contraire se taisent - pour le moment - et me laissent savourer la joie générale, générale ?? Non, Julie pleure " Mr, mes parents ne sont pas là...
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Françoise Grand'Homme
Françoise Grand'Homme · il y a
Angoisse prémonitoire. Julie aurait-elle un don ?
·
Image de Dominique Tesson
Dominique Tesson · il y a
mon vote
·