38 lectures

1

8 mois.
8 mois de cours, 8 mois à rester assis derrière une table et à gratter du papier en écoutant les profs. 8 mois sans avoir le droit de pouvoir passer sur Travian. Saleté de BTS et de profs qui nous obligent à bosser jusqu’à des heures immorales après les cours. Même pas le temps de prendre 5 minutes, si je veux avoir mon année, faut que je bosse. J’ai rien fait l’an dernier, mais promis, cette année, je serai dans les meilleurs. Mais c’est dur. A peine 11 de moyenne au premier trimestre, faut que je m’accroche ! Le second trimestre marche mieux, j’ai progressé de 1, 60 points. Je suis fier de moi et de mes progrès.

Déjà la moitié du troisième trimestre, l’examen est dans 1 mois, je continue à bûcher. Ce soir, c’est gestion. J’ai du mal à suivre les cours, ce n’est pas très intéressant, mais quand j’aurai mon BTS, je serai bien content. Il est 22 h 15, je viens de relire les 6 premiers chapitres de l’année lorsque mon téléphone sonne. C’est Claude, un ami de longue date avec qui j’ai découvert Travian.

« Allô ?
- Géraud ? C’est Claude, ça va ?
- Euh... Ouais, ouais, ça va bien et toi ? Qu’est-ce que tu deviens ?
- Ben, écoute, ça va. Je t’appelle pour savoir si tu peux nous rendre un petit service. En fait, il y a un mec de l’ally qui est engagé volontaire dans l’armée, et il doit partir dans un mois. Je sais que normalement tu auras terminé les cours, ça te dirait de reprendre son compte ?
- Franchement, je sais pas trop... Ca me tente énormément, mais je sais pas, je t’enverrai un mail pour te dire. »


L’examen est arrivé, je l’ai eu avec plus de 12 de moyenne. Revenant chez moi, je retrouvai ma connexion Internet, pour mon plus grand bonheur. Ma boîte mail débordait mais, il y en a un qui m’a attiré l’œil en priorité. Il provenait de Claude et me demandait si je me sentais d’attaque pour reprendre Travian. Je lui répondis que je voulais bien essayer mais que je ne promettais rien. Le lendemain matin, un nouveau mail de Claude m’attendait, me confiant le pseudo et le mot de passe du joueur.

Le nom ne me disait rien, je n’avais certainement jamais joué avec lui. Teutatès... Drôle de nom en plus. Enfin, je m’en accommoderai. Lançant la connexion à Travian, je m’aperçois que c’est un compte gaulois qui m’ouvre les bras.

« Et merde, j’ai jamais joué gaulois... »

Le compte est pas mal avancé pour le serveur apparemment. Plus de 12000 joueurs passent leur temps sur ce serveur, et moi j’arrive comme ça, et je commence à la 856ème place. Plutôt pas mal. Je jette un coup d’œil aux villages. Il y en a 11 pour un total de 8134 habitants. Je regarde l’armée, mais il va falloir que j’apprenne à la connaître. Néanmoins, elle m’a l’air assez conséquente, mais il me semble que le mec jouait hyper défensif. Ah non, sur ce 9c, il n’a que de l’off’. Intéressant. Je regarde « mon » classement offensif et défensif. 3549ème et 286ème. Effectivement, c’était un gros défenseur. L’alliance qui se nomme les Chevaliers de Pendragon comporte 24 membres et est classée 22ème. Je regarde ma position dans l’alliance : 6ème. Cliquant sur le pseudo de Claude, je remarque qu’il n’a pas changé. Toujours romain, toujours commerçant. Je lui envoie un message :

"« Salut, me revoilà donc sur Travian ! Ca commençait à faire un bon bout de temps que j’avais pas mis les pieds par ici. Bon, je devrais pas être très long à retrouver les automatismes, mais par-contre, j’ai jamais joué gaulois, tu sais très bien que je n’ai joué que germain... Va falloir me donner des conseils. »

Je change ma description, indiquant ainsi que je suis un repreneur. Je contacte les pactes de mon prédécesseur et les prévient de ce changement. Je leur dit aussi que pour ma part, je n’aime pas trop les pactes entre joueurs, sauf avec ceux dont je suis certain qu’ils sont de bons joueurs et en qui j’ai confiance. Ne les connaissant pas, je décidais donc de conserver ces quelques pactes (plus d’une douzaine quand même, à mon grand effarement !!), mais je me disais que je ferai du tri dans le futur.

Puis, je m’inscrivais sur le forum de l’alliance. Que de souvenirs les forums d’alliance ! Que de trips avec des personnes dont je ne connais même pas le prénom, que de coups de gueule pour faire avancer les choses, que de fous rires, que de flood à mes débuts... Ah, c’est si bon de se souvenir. Une présentation rapide et j’attends les questions de mes alliés. Puis, je me rends sur la Faq pour connaître les gaulois plus en profondeur. Il est vrai que je m’étais frotté à quelques défenses lorsque je jouais germain, mais je ne me suis jamais réellement penché sur leur cas.

Petit à petit, les automatismes revinrent, comme je l’avais prévu. Au final, les gaulois étaient de braves petits soldats qui faisaient tout ce qu’on leur ordonnait. Tant mieux ! Les germains avaient tellement sale caractère ! Quelques semaines de jeu et je retrouvai le stress qui précède le combat. Stress de réussir son coup, stress d’avoir suffisamment de béliers et de catas, stress de détruire le mur et la résidence avant le passage de chefs, stress de la famine, mais surtout, stress d’avoir une bonne connexion Internet et qu’un lag ne survienne pas au moment d’intercaler des troupes défensives lors d’une attaque. Ah, que de folles nuits je passais à faire tomber murs, silos à céréales et résidences... Mettant le réveil à 2 ou 3 heures du matin pour réussir une synchronisation parfaite, j’étais au Nirvana lorsque mes Combattants à l’épée, Hédouins et autres éclairs de Toutatis enfonçaient une défense héroïque mais trop faible. Mon héros gagnait inexorablement des niveaux, s’entraînant toujours plus pour ne laisser derrière son passage, que des villages aux âmes vides qui se pliaient aux quatre volontés de mes chefs.

Mais, bien trop vite à mon goût, l’information tomba sur le forum officiel : les Natars, le terrible peuple Natar revenait en ses anciens territoires pour asservir de nouveau nos villages désormais libres. Mais, nous ne nous laisserions pas faire, par Toutatis ! Nous avions progressé au classement des alliances. Nous pointions à la 7ème place. C’est vrai, ce n’était pas exceptionnel, mais, nous avions une alliance soudée, avec un seul pacte total en qui nous avions une confiance absolue. A ce moment-là, les jours succédaient aux nuits sans que je ne m’en aperçoive. Mes troupes étaient sans cesse en mouvement, mes céréales, souvent en production négatives, mais, les peuples libres gagnaient de l’avance sur le peuple des Natars. Nous construisions une merveille, allumant ainsi, au cœur de certaines alliances, une haine envers nous, encore inconnue jusqu’à ce jour. Puis, le serveur pris fin. Nous ne l’avions pas gagné. Nous avions seulement la 5ème merveille du serveur, mais nous estimions avoir tiré notre épingle du jeu.
Dans 3 semaines, je reprends les cours. En licence cette année, et je n’ai pas envie d’arrêter Travian. Tant pis, je continue. Nous commençons un nouveau serveur, mais cette fois-ci, je reprends mon peuple d’origine : les germains. Mais, les notes ne suivent pas, je m’investis plus dans Travian que dans les études. Ça va mal... Je dois arrêter quelques temps, mais, si on a besoin de moi, je répondrai présent, je le sais, je ne pourrai jamais arrêter complètement.

J’ai eu mon année. De justesse !

Mon téléphone sonne, c’est Claude. Avant de le saluer, je lui dis :

« Travian, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas ! »

1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Même si je n'ai aucune notion de ce jeu, j'ai suivi votre texte avec intérêt :-)
Si ce récit est autobiographique, vous devriez être en train de terminer votre année de licence... ? J'espère donc que "Trajan" n'aura pas détourné toute votre énergie vers ses champs de bataille, et que vous passerez vos examens avec succès !
Une petite remarque : au milieu des passés composés de votre récit se glissent de temps en temps de sournois passés simples ;-) Eh oui, comme vous l'avez sans doute deviné je suis (ou plutôt j'étais) une de ces "saletés" de profs, empêcheuses de se tourner les pouces en rond ;-)
Bonne journée et à bientôt, j'espère, le plaisir de vous retrouver sur ce site !

·
Image de Cra Gheal
Cra Gheal · il y a
Chère Joëlle, permettez moi tout d'abord de vous remercier pour avoir pris le temps de lire mon texte et surtout d'avoir pris quelques minutes de plus pour laisser vos impressions. Il est toujours agréable d'avoir du public, surtout quand il est de qualité et qu'il permet d'échanger sur des choses constructives.
Ne voyez pas d'attaque envers le corps enseignant dans mon texte, car, même si en effet il est autobiographique, j'ai rajouté quelques éléments romancés. Je dois bien avouer que j'étais un élève plutôt concentré et assidu. :-)
Mes études sont terminées depuis quelques années et je participe activement au marché du travail depuis. Mais c'est gentil à vous de vous en soucier. Si je peux vous rassurer, j'ai même validé un Master.
Effectivement quelques dysfonctionnements grammaticaux existent dans ce récit. Comme pour "Condamné à mort", j'ai souhaité le laisser tel qu'il a été écrit dans ma jeunesse. J'ai soumis un texte pour le concours du Court, j'espère qu'il sera validé par le Comité afin que vous puissiez me lire (attention, à ne pas tomber dans le piège de mon poème) à nouveau.
Je vous souhaite également une excellente journée, retourne à mes occupations professionnelles et reviendrai sur votre page pour lire vos textes car "C'était pas pour du beurre !" m'a énormément plu.

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ne prenez pas mes taquineries au sérieux, Cra Gheal ! C'est un "jeu de rôle" auquel je me laisse aller avec certains auteurs du site... On fait semblant de s'insulter de se fâcher... J'ai d'ailleurs pris la précaution de mettre un souriard quand j'ai fait mine de me choquer en reprenant le terme de "saleté" de prof.
En tout cas, étant abonnée à votre page j'aurai le plaisir de lire vos prochains écrits alors... à bientôt !
Bonne soirée ! :-)

·