2
min

70

Image de Denis Wickert

Denis Wickert

19 lectures

3

Lise-Anne a 70 ans.
Les voisins font des ladi-lafé :

« Fom-là la souffert vréman ! Ali l'était zoli, mi dis aou ! Akoz la ménopause, li la grossi-grossi ! Malgré : son vizaz la pas fané ! Après-ça, la perde son bonhomme li l'était amoureuse vréman ! Li l'a été hospitalisée. Heureusement, toute son marmay la v'nu voir ali, la soutient ali. »

Après la perte de son deuxième mari, Dan, dont elle était folle d'amour, elle a vieilli d'un coup, avec des complications respiratoires. Elle devait se balader partout avec une bouteille d'oxygène. Mais depuis quelques semaines, elle qui aime sa liberté par dessus tout, essaie de s'en passer le plus possible à la maison. Et puis elle nage doucement dans sa piscine d'Etang Salé. Elle se rappelle ce film où le vieux pilote d'avion, pour échapper aux griffes de la police, enlève son masque à oxygène et court vers l'avion dont le moteur ronronne... Plus que 10 mètres, 5 mètres, 3 mètres...Puis il tombe.

Elle ne fera pas ça. Elle s'entraîne, elle est motivée. Aujourd'hui, c'est le grand jour. Elle s'étire comme un chat et fait le pont avec difficulté, mais veut absolument préserver son dos et sa poitrine. Elle se relève péniblement, enlève sa vieille chemise de nuit qu'elle jettera à la poubelle. Ce soir, elle dormira nue, comme autrefois. Elle se regarde de plein pied dans le miroir. Elle a bien maigri depuis la fin de la ménopause. Elle a retrouvé sa silhouette de vingt ans,... eh oui : seins toujours hauts car elle fait attention à ses ligaments de Cooper, ventre redevenu plat, hanches fines d'ancienne nageuse et danseuse. Et puis ces cheveux gris ! Pourquoi les remonter comme une vieille toupie qu'elle ne veut plus être ? Elle les lâche, ils tombent magnifiques, raides, au milieu du dos. Elle ira chez le coiffeur et ce sera sa nouvelle coupe, djeune, pourquoi pas, après tout ?
Elle se rappelle le bon temps, pas si bon que ça en réalité, où tous les hommes se retournaient sur cette métisse afro-asiatique mince aux longs cheveux noirs. Elle s'était créé une carapace d'attaque contre toutes les réflexions machistes.

C'est le grand jour, oui, elle va enfin essayer de sortir sans oxygène, et elle va faire, doucement les boutiques pour s'habiller, non plus comme une grand'mère, mais comme une jeune femme, son corps le lui autorise : Jeans, T shirt, et peut être même des escarpins. Plus de sac, elle déteste ça. Que diront ses enfants ?

Elle a un petit air de Juliette Gréco. Après une bonne douche bénéfique dans cette île de chaleur, elle se coiffe, c'est sa seule coquetterie. Il faudra qu'elle achète un souffleur, un fer à cheveux, ses anciens n'ont plus servi depuis longtemps. Cette fois, elle ne va plus cacher ses cheveux.. Elle sort sa pauvre garde-robe : elle n'a plus rien de moderne, elle jette tout par terre, c'est bon pour la poubelle, ces nippes de vieille ! Elle extirpe la seule petite robe un peu plus fashion, assez longue, avec des petites fleurs, qui pourrait faire baba cool. Des savates deux doigts, elle n'a plus autre chose. Un porte cartes et ses clefs, c'est tout. Elle jette ses sacs à main et ses vieilles nippes à la poubelle. Elle est prête pour sortir. Elle prend sa Zoé et s'engage sur la quatre voies, direction Saint Pierre.

Aaah ! Que je suis bien, dit t-elle en prenant soin de bien respirer pour ne pas faire de crise. Direction la plage d'abord. Maillot, drap de bain.
Respire !
Plouf en douceur. Il n'y a ni vagues ni requins, dans le lagon de Saint-Pierre, mais toujours un peu de vent.
Respire !
Après une douche et séchage rapides, elle enfile sa robe et direction la rue des Bons Enfants, la rue du shopping....

Renaissance.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite et intéressante ! Mon vote ! Grâce à vos votes, mon “Soleil automnal” est en Finale et je vous en remercie infiniment. Je vous invite maintenant à venir le soutenir de nouveau si le cœur vous en dit toujours. Merci d’avance et bonne journée !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Héhé... Peut-être la rencontrerai-je dans un plus de quinze jours, quand je retournerai à La Réunion ! ;-)
·